• A la une,  Le Mag',  Poèmes

    Un seul, un joyeux, un étourdi, et la lune.

    Les seuls dansent avec les joyeux et les étourdis avec la nuitLa coquille du solitaire se fendilleComme os de poussières anciennes Quand surgi des profondeurs du néant,L’autre tend sa main. Les joues du souriant défient la gravitéQuand la paume rêche du nouveauFrotte la sienne comme la mer lèche le sableEt les pétales de confiance semblent éclore. De celui dont la tête rit avec les étoilesL’écrin d’innocence demeure ineffleuréTrop occupé à farfouiller l’espace mauvaisCar on dit que c’est dans le noir que la lumière fut. Portée par monts et vallées de gloireLa dame du soir se cale dans le confort des…

  • A la une,  Actualités,  Le Mag',  Poèmes

    Soulagement et incertitude

    Samedi 30 AVRIL. Poème d’exil. Parisiens, comment trouver les mots justes pour décrire l’horreur ? 24 février, Invasion. Rangez les charrues, place aux chars russesAux bombes et aux coups de feuAux tombes et aux échafaudsPar la forêt, par la montagneLa dictature avance à grandes enjambéesPar la forêt, par la montagneLa dictature déploie ses forces arméesL’Ukraine ne peut demeurer ainsi plus longtemps. 25 février, Évasion. Dans la capitale, tout le monde sur le Kyiv-vive.Les gourdes et les gares se remplissentOn dévalise les placards et on fait ses valisesAu revoir Papa, au revoir Papi, au revoir tontonLes larmes coulent, on les laisse…

  • A la une,  Le Mag',  Poèmes

    À sa Sérénissime Majesté.

    Vendredi 29 AVRIL. Au printemps, enfin, quand le grand aigle daigna descendre de son nid, Ce ne fut pas pour rigoler. (Car en ce temps nous rigolions particulièrement) De son palais, il se fait porter sur sa litière, jusqu’au plateau argenté. “Ne m’appelez plus Monsieur l’Aigle, appelez moi Monsieur le Candidat-Aigle”.  lançait-il à la foule des souris qui se pressaient pour caresser les plumes au bout de ses ailes. Sur le plateau argenté, les animaux avaient convié sa majesté. Et pour la formalité, une hyène, sûrement plus futée que les autres.  Se retenant de pleurer à la vue de sa majesté l’Aigle, …

  • A la une,  Le Mag',  Poèmes

    Quelques aphorismes (et autres phrases courtes)

    MERCREDI 27 AVRIL : aphorismes = proposition concise formulant une vérité pratique couramment reçue. Au revoir ma tête, bonjour mon ventre. Profession des parents : Michel Houellebecq.  Il est des systèmes de pensée qui ne fonctionnent qu’en vase clos. Par exemple, les épisodes de Oui-Oui ne peuvent en AUCUN CAS intercéder avec le réel. Ce serait un désastre.  Le prostitution n’est pas une idée, c’est un corps.  L’histoire de la philosophie française peut se résumer au café de flore et à une chemise blanche.  Comment te dire… Je commence par les voyelles ou les consonnes ? ANONYME.

  • A la une,  Le Mag',  Poèmes

    poème sans titre.

    Mardi 26 AVRIL. L’air de ce matin est drôlement sombre Au fond sur le ciel, on à peint en ombre Des formes sur les bleus orangée qui couvrent  Chaque regard.  “Il est 3 heures du matin sur la ville de Rouen” L’incendie, le Grand incendie, se propage lentement et déverse dans l’air matinal, des millions de particules  Un halo de chaleur s’élève, c’est l’usine qui brûle.  Silence – Réveil Matin.  On découvre la saleté en poussant ses volets On s’essuie sur le sopalin. On allume la radio :  “… les mécanismes ont sauté… tout, TOUT à brûlé ! Rien, RIEN…