• Actualités,  Vie du campus

    Mais à quoi sert la 2A ?

    « Choisir quelques enseignements électifs tout en gardant la perspective pluridisciplinaire qui caractérise Sciences Po. » C’est ainsi qu’est décrite la 2A sur le site de notre bien aimé établissement. Pourtant, entre les différents électifs aussi insolites les uns des autres, la 2A est aussi l’année de la spécialisation. Alors entre 1A et 3A, entre découverte de la vie étudiante et départ à l’étranger, à quoi sert vraiment la 2A ? Un cursus encore très généraliste  « L’objectif de la 2e année reste d’approfondir la formation générale dispensée en 1ère année ; elle n’a pas pour objet d’offrir une spécialisation, qui est mise…

  • 27ème degré,  Le Mag'

    Ils ont fait SciencesPo

    Ils ont été des écrivains géniaux, des journalistes engagés et des politiciens véreux. Pourtant, il y a bien des années, ils discutaient dans le même hall et s’asseyaient sur les mêmes bancs que vous. Avant que vous ne marchiez – ou pas – dans leur sillage, la Péniche vous propose de revenir sur le parcours de ces alumnis pas comme les autres. 15 janvier 1884 : Pierre de Coubertin a l’idée d’une immense compétition sportive qui mettrait en concurrence des centaines d’athlètes venues de diverses patries, dont chaque édition se tiendrait dans une ville différente et qui serait organisée par…

  • Le Mag'

    L’histoire de France à travers la publicité, ou comment réviser en toute sérénité/hilarité (rayez la mention inutile).

    Paris regorge de majestueuses expositions, toutes plus imposantes les unes que les autres. Mais ce qui fait le charme culturel de la ville, c’est la myriade de petites expositions disséminées dans la capitale. Felicity l’évoquait la semaine dernière (voir l’article Paris & Culture in International Waters) , j’y reviens aujourd’hui. Celle que je suis allée visiter se trouve dans une bibliothèque (qui tient plus du château fort qu’autre chose) : la bibliothèque Forney. Relativement peu médiatisée, l’exposition qu’elle renferme est un petit bijou d’humour, de marketing, et d’histoire. Son nom ? L’histoire de France à travers la publicité. Plutôt explicite.…

  • Vie du campus

    Beau, l’Aisne se tue, Harraps bourre, trois reines à l’affiche.

    Historiens néophytes, agrégés prétentieux, les siècles passés resurgissent dans notre actualité culturelle et ce serait dommage d’en perdre une miette. Nous vivons sans nous en rendre compte dans un film d’horreur des plus angoissants. Trois reines sans tête sortent de leur tombes pour hanter le paysage. Le monde des arts rend un hommage de plus à trois victimes de leurs destins, vous n’avez plus aucune excuse pour vous tourner les pouces, il y en a pour tous les goûts.

  • Littérature

    Babeth la première et Loulou le quatorzième font encore parler d’eux

    Aime t-on encore l’Histoire à Sciences-po ? Je l’espère. Et maudit soit celui qui ne ressent rien à l’écoute des récits de ceux qui ont fait le monde tel qu’il est. Pour Noël, l’Histoire avec un H gigantesque s’invite dans nos médias et depuis ma petite capitale irlandaise j’ai tout vu en avance alors je vous prédis l’avenir : érudits, érudites, historien confirmés et néophytes, voici deux grandes sorties à ne pas louper.Quand les historiens rencontrent la grande distribution, on n’obtient pas nécessairement que du Berstein & Milza… Bientôt sur vos écrans ‘Elizabeth, the Golden Age’ de Shekar Kapur et dans vos…