• Cinéma

    Revue Ciné: semaine n°2

    Deuxième volet de notre revue consacrée aux sorties cinéma de la semaine, consacrée à deux films, Two Days in New York, de Julie Delpy, et Week-End, d'Andrew Laigh. Une revue écourtée puisque des comptes-rendus plus exhaustifs sont à venir dans le courant de la semaine. Sans oublier de remercier Dylan Buffinton, membre du Ciné-Club de Sciences-Po, pour sa contribution.

  • Cinéma

    Revue Ciné: semaine n°1

    La rubrique cinéma du magazine fait peau neuve ! Afin d’être au plus près de l’actualité cinématographique et de rendre son format plus plaisant, LaPéniche publiera dorénavant chaque lundi un compte-rendu des sorties notables de la semaine passée, assorties des coups de cœur des rédacteurs. Et pour faciliter la lecture des différentes critiques, une typologie, évidemment nautique, mettra en lumière l'appréciation des auteurs.

  • Vie du campus

    Réponse : Lana Del Rey, Born to Die

    La malheureuse Lana Del Rey, douce voix sortie des tréfonds new-yorkais passait à la guillotine en six, sept paragraphes sur LaPéniche.net, et ailleurs sur la toile. Mais comme le monde n’appartient pas aux hipsters, la contre-critique pullule… La belle a le mérite de ne laisser de marbre personne, depuis quelques suaves déclarations d’amour susurrées sur fond de clip bricolés maison. Qu’a t elle compris, depuis les échecs de sa voix auparavant haut perchée et de sa blondeur fadasse ? Qu’elle n’avait rien à perdre à révéler sa personnalité et son univers torturé, ou bien qu’un tel personnage serait bien plus…

  • Littérature

    La Ligne de Courtoisie – Nicolas Fargues

    Que reste-t-il de l’écrivain quand il cesse d’écrire ? C’est la question qui hante Nicolas Fargues dans son neuvième roman, La Ligne de Courtoisie. L’écrivain parisien de 38 ans dresse un état des lieux qu’on pourrait qualifier de « sans concession » si l’on ne souhaitait pas joncher cet article de poncifs. Sans concession, donc, ce récit d’un romancier en panne, tant dans ses livres que dans sa vie. A partir de cette trame mince et presque banale, Nicolas Fargues parvient à surprendre, style précis et cynisme bien placé faisant mouche. « J’ai préféré discrètement m’éclipser en direction de la cuisine où j’ai…