Vie du campus

Non, le Crit n’est pas mort.

CRIT_n_2.jpg Il y avait comme une odeur de sueur et de sang ce vendredi 19 dans la cafétéria du 27. Alors que le reste du bâtiment était désespérément vide de ses habitués, ceux-ci s’étaient massés devant un local de l’AS sadiquement fermé. Vous l’aurez deviné, ce sont bien les places du Crit 2010 qui se vendaient là (quoi d’autre pourrait-il mobiliser autant les foules ?). Les places se vendaient à partir de midi pile, mais déjà à 10h15 une petite cinquantaine de personnes étaient là (sans parler de celui-qui-était-là-depuis-7h45-ce-matin !).

Pour les non-initiés, le Crit (critérium inter-IEP), est une compétition sportive réunissant des participants venant de Sciences Po et des IEP de province qui est organisée chaque année par un IEP différent. Il attire autant pour ses activités sportives que pour ce qu’on appellera l’extra-sportif, et chaque année les provinciaux se liguent fébrilement pour former un semblant d’adversaire crédible à Paris (mais on sait bien qu’on les domine dans tous les domaines !) – je vous invite à le constater vous même sur le groupe Facebook du ChouKrit ’10.

Mais cette rivalité fraternelle somme toute assez classique n’est pas le sujet ici. En effet, cela ne vous aura pas échappé si vous suivez un peu les évènements associatifs: cette année des galops d’essai on été organisés pile au milieu du weekend en question. Était-ce volontaire de la part de la direction? L’AS tempère et explique que celle-ci n’a simplement pas tenu compte de leur requête en début d’année – rappelant que c’est la première année que cela se produit (le dernier week-end de mars de l’année prochaine est d’ailleurs d’ors et déjà réservé, pour éviter ce genre d’ennuis).

L’AS a par ailleurs entamé dès l’annonce des dates de galops des négociations « difficiles » (pour lesquelles elle remercie, au passage, les syndicats étudiants et élus aux deux chambres) avec la direction, afin de permettre aux supporters parisiens d’être excusés. Julien Palomo, interrogé sur ce sujet, explique qu’il n’y a « pas d’équipe sportive sans supporters » et que la direction en est consciente. Étrange, dans ce cas, que les négociations aient été difficiles: il paraitrait – confie une membre de l’AS – que la direction comprenne de moins en moins le principe du Crit’, tant le fonctionnement de SciencesPo Paris tends à s’éloigner de celui des autres IEP (et avec lui la cohésion qui rendait cette rencontre logique), mais qu’elle est dans le même temps consciente de l’attachement des étudiants à cette tradition.

Cette année introduit également une nouveauté de poids: la charte d’éthique signée par tous les participants et supporters au Crit. Certains la trouveront sans doute assez restrictive: elle proscrit en effet la nudité, les injures trop extrêmes et toute sorte de comportement susceptible de (trop) choquer le passant. L’AS explique ainsi que, sans tuer l’ambiance, ils n’hésiteront pas à renvoyer chez eux (à leurs frais) les personnes qui abuseraient – après avertissements. Ça n’est donc pas du bluff, d’autant que l’IEP de Strasbourg surveillera également les évènements.

Faut-il pour autant s’inquiéter de ces mesures et de l’impact négatif qu’elles pourraient avoir sur l’ambiance du Crit’ ? Selon Julien Palomo il faut effectivement mettre un cadre aux activités extra-sportives de l’évènement avant qu’il n’y ait un accident. Ce serait donc avant tout la sécurité des élèves qui motiverait la dynamique de freinage opérée par SciencesPo, et non une question d’image de l’institut. Mr Palomo explique en effet que le dynamisme des activités extra-scolaires est une composante essentielle cette image, et qu’il n’y aurait aucune raison d’essayer de freiner ou de masquer ces activités. La rumeur selon laquelle la direction chercherait à minimiser un événement parce qu’il nuit à son image serait donc fausse..

CRIT_n_1.jpg CRIT_n_4.JPG

Images des supporteurs du CRIT de 2009, et des futurs supporteurs du CRIT de 2010 amassés devant le local de l’AS.

Pas de craintes donc concernant ce Krit’10: l’ambiance sera sans doute très bonne, d’autant que notre AS suggère cette année l’achat en commun d’une énorme coupe que le gagnant du Crit’ garderait jusqu’à l’année suivante – à la manière du Brennus. L’AS rappelle que les piques ne sont pas à prendre au premier degré (notamment sur Facebook), et que chaque IEP est différent: les supporters rennais seraient « sympas », mais les lillois « complètement tarés »…

Bref, une chose est certaine pour ce Crit 2010: l’évènement promet d’être encore une fois immanquable et, bien sûr, une victoire sans faille pour Paris.

Merci à l’AS pour les photos du Crit 2009.

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.