Vie du campus

Le stage de 3ème année à l’étranger, compte-rendu de la réunion du 12/10/2006

Nombreux étaient les étudiants présents en Chapsal jeudi après-midi pour assister à la présentation des stages à l´étranger pour l´année 2007-2008, à la grande surprise des différents intervenants (Karen Frattini, la responsable des stages du 1er cycle, et 3 heureux stagiaires 2005-2006), qui en étaient du coup tout intimidés.

En effet, s´ils n´étaient les années précédentes qu´une quinzaine à assister à ce genre de réunions, le nombre de têtes a dû cette fois, à vue de nez, être multiplié par 10. Engouement soudain pour le stage, marre des cours, concours du CV le plus fourni ? Pas si sûr, au vu du nombre d´élèves qui ont finalement pris rendez-vous avec Karen Frattini à la fin de la réunion (une vingtaine).

N´empêche, l´idée d´une véritable expérience professionnelle à l´étranger a séduit de nombreux étudiants. Si, pour une raison ou pour une autre, vous n´avez pas pu vous rendre à cette réunion et si, bien sûr, le stage vous intéresse, en voici un petit résumé en exclusivité sur LaPeniche.net !

Le stage : pour qui, pourquoi ?

Pour les élèves ayant un projet. Ne pas faire de stage « pour ne pas faire de séjour d´études », mais parce que celui-ci s´inscrit dans un véritable projet pédagogique / professionnel.

Pour les élèves motivés. Le stage nécessite une forte motivation :

  • dans sa recherche, dans sa préparation
  • dans son déroulement : il demande une grande capacité d´adaptation (autant au sein de votre structure d´accueil que dans la vie quotidienne : logement, vie sociale, etc)

Pour les élèves qui, sans forcément être bilingues, ont une bonne maîtrise de la langue pratiquée dans leur structure d´accueil : les tâches que l´on vous confiera n´en seront que plus intéressantes.

Il n´est pas nécessaire de passer de test de langue pour postuler. Cependant, certaines entreprises anglo-saxonnes disposent de leurs propres tests pour recruter leurs stagiaires.

  • Les + : expérience enrichissante – tant du point de vue personnel que pour votre parcours professionnel -, progression linguistique, blablabla…
  • Les – : principalement la difficulté de tisser des liens sociaux en dehors de votre travail, même si notre intervenant de Dublin nous a parlé avec émoi de ses soirées arrosées et de ses 10h de sommeil par semaine…

Où ?

Un peu partout dans le monde (sur les 3 intervenants, l´une était partie en Amérique du Sud, l´autre au Canada et le troisième en Irlande), sauf dans les « zones à risque ». Karen Frattini, la responsable des stages de 3e année a dit : pas de stage en Afghanistan, en Irak, ni même en Israël.

Dans des domaines variés : administration française, européenne, internationale ou étrangère, entreprise, culturel, humanitaire… Nos 3 intervenants avaient travaillé dans des secteurs aussi divers que l´humanitaire, la communication et la finance. C´est ça, au fond, Sciences Po : pouvoir aussi bien porter la cravate à Dublin qu´ouvrir une boulangerie à l´autre bout du monde, au sein d´une tribu indienne qui ne parle pas un mot de votre langue !

Pour en savoir plus, consultez les rapports de stage de l´année 2005-2006.

Comment s´y prendre ?

Prendre RDV avec Karen Frattini, la responsable des stages 1er cycle avec CV, lettre de motivation, résultats académiques depuis le bac avant le 11 décembre 2006 pour lui exposer votre projet (courriel : karen.frattini@sciences-po.fr). Elle vous dira si vous êtes autorisé ou non à déposer un dossier de candidature.

Déposer le dossier de candidature que l´on vous aura remis courant décembre le 5 janvier 2006 au secrétariat des 1er cycle. Y joindre CV et lettre de motivation.

  • Attention, si le dossier est accepté, plus de possibilité de changer d´avis et d´opter pour l´université… Réfléchissez bien !

Vous plonger dans votre recherche de stage, avec l´aide de Sciences Po Avenir qui peut vous accompagner dans cette démarche (ateliers CV, entretiens individuels, offres de stage…). Pour plus d´infos, consultez ces pages

  • Attention, pour les stages dans les ambassades et consulats, ne pas contacter directement le MAE mais remplir un dossier spécifique auprès de Sciences Po Avenir.

Vous préoccuper des questions financières : vous intéresser à la possible rémunération des stages ou aux différentes bourses, comme celle du FMI (Fonds de Mobilité International), pour laquelle les dossiers sont à rendre avant fin avril au bureau de l´aide sociale, 27 rue St Guillaume, à l´attention de Marguerite Merlino.

Faire valider son stage par Sciences Po Avenir qui vous délivrera une convention.

Si vous avez des questions, contactez Karen Frattini, très aimable et disponible ou rendez-vous directement à Sciences Po Avenir, au 26 rue St Guillaume les lundi, mardi et jeudi de 14h à 16h30. N´oubliez pas le Forum des entreprises, à la Maison de la Chimie, le 31 octobre. Si ce compte-rendu comporte des erreurs, des omissions, merci de nous le signaler…

Bon courage !

3 Comments

  • Frederique

    Hello,

    Si vous voulez des renseignements sur les stages en ambassade ou la possibilité de faire un séjour mixte (semestre à Georgetown suivi d’un semestre de stage à l’ambass de France à Washington) contactez moi, je serais heureuse de vous donner des infos et/ou des conseils. Si vous hésitez entre stage et séjour d’études pareil, puisque j’ai donc fait les deux en 3A et qu’actuellement en double diplôme à SIPA (une sorte de 3A bis…) je fais aussi un stage. Je commence à connaître les avantages respectifs de chacun de ces types de séjours.

    See you,
    Fred

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.