• Avec Les choses humaines, Yvan Attal propose une adapation décevante du roman de Karine Tuil

    “La société malade du viol ne peut guérir que si, en ayant fait le diagnostic, elle accepte de remettre radicalement en question les grands rouages de sa machine culturelle, et son contenu. », écrit Gisèle Halimi dans Le crime.  Avec son nouveau film, “Les choses humaines”, Yvan Attal déploie une réflexion sur la mécanique sociale du viol et la notion de consentement. Mais la légitimité du sujet cache une pâle adaptation du roman de Karine Tuil paru en 2019 et lauréat du prix Goncourt des lycéens. Dès lors, se confronter à des sujets importants ne suffit pas à réaliser un film de qualité. …

  • Corpus X de Frederic Bischoff, Compte-rendu d’une entrevue avec la France de l’après-démocratie

    Remarque préliminaire : En tant qu’ancien étudiant de Sciences Po, Frédéric Bischoff serait heureux de vous communiquer l’e-book de son ouvrage Corpus X ; retrouvez les détails en fin d’article !  « Monsieur, on ne fait pas dépôt de colis, il vous faudra communiquer vos propres adresses à l’avenir.  – Oui oui Madame. Merci. »  Ainsi commençait ce qui allait être ma rencontre avec un des futurs possibles pour notre pays ; une confrontation avec une France de demain, gagnée par le fléau autoritaire et un populisme liberticide. Sortant du petit bureau du 56 rue des Saint-Pères à Sciences Po…

  • Mohamed Mbougar Sarr, auteur sénégalais, remporte le prix Goncourt

    Le 3 novembre dernier, aux alentours de midi, l’Académie Goncourt décernait son 119e prix à Mohamed Mbougar Sarr pour son quatrième Roman La plus secrète mémoire des hommes (éditions Philippe Rey coédition avec Jimsaan). L’auteur Sénégalais fait partie de ces rares écrivains qui, francophones certes, sont récompensés par le prix Goncourt sans être français. Né à Dakar en 1990, il suivra sa scolarité jusqu’au bac au Sénégal avant de venir s’installer en France pour ses études supérieures. Son premier roman Terre ceinte, paru en 2015, connaît déjà un certain succès et se voit remettre le grand prix du roman métis, ainsi que le prix du roman…

  • Billet culture

    Le matin dernier, j’écoutais l’inspirante Amélie Nothomb nous conter sa vie et la relation qu’elle entretenait avec son écriture.  Le journaliste admirait le parfait et logique enchainement de sa vie, de sa relation paternelle, jusqu’à son prix Renaudot 2021 pour un livre justement dédié à son père, décédé quelques mois auparavant. Comme si les moments de sa vie s’imbriquaient à la perfection, comme un puzzle qui finit enfin par être achevé.  Puis, elle a prononcé cette phrase qui m’a marquée, voire troublée. « Mais c’est vrai… C’est vrai… Et croyez-moi, c’est indépendant de ma volonté ! Mais tout ‘tombe trop bien’… Je…

  • Beauté fatale : quand les femmes ne sont plus que de beaux objets !

    « Don’t you know that a man being rich is like a girl being pretty ? You wouldn’t marry a girl just because she’s pretty, but my goodness, doesn’t it help ? » affirmait la croqueuse de diamants Lorelei, interprétée par la fameuse actrice américaine, blonde et voluptueuse, Marylin Monroe, dans le film réalisé par Howard Hawks dans le milieu des 50’s : Gentlemen prefer Blondes. Bien heureusement cette iconique citation fait aujourd’hui grincer les dents de tous, nous pouvons en tout cas l’espérer. Le mouvement féministe des années 60 et 70 a évidemment fait bouger les lignes au sein des sociétés occidentales…