Vie du campus

Elections BDE: la tradition de l’échec

Election BDE
« N’empêche, que Sciences Po soit pas capable d’organiser une élection, c’est quand même un peu fort de café ! » Il y a quelques semaines de cela, la faune 1A du 27 découvrait avec une consternation amusée qu’elle était encore bien loin de voir la fin du ramdam des élections BDE. Les 2A, goguenards, s’empressaient alors de leur apprendre que, loin d’être exceptionnelle, la bérézina électorale est une des traditions les plus solidement chevillées aux murs de notre école.

Envoyez le flash-back. Mercredi 6 avril donc, à 20 heures, les résultats du scrutin tombent. 1003 voix pour Connecting Pipo, 999 pour MAO, 510 pour We Are Familiste, et 258 votes blancs plus ou moins affidés à une Monarliste fantôme. Un bref regard sur les résultats, sur la peau de chagrin séparant la Connecting de la MAO et sur le lourd retard de la WAF, suffisent pour prendre conscience que l’élection a sans grande surprise été biaisée par le choix de l’administration d’opter pour un vote sur Internet dont la progression était visible. En a découlé la disqualification précoce de la WAF, qui accumula un retard de plus en plus important au fil des heures à mesure que ses soutiens se détournaient vers Connecting ou MAO pour voter utile. Ce sort aurait aussi bien pu échoir à n’importe laquelle des deux autres listes si comme la WAF elle avait accumulé un certain retard dès le début du scrutin, retard qui aurait assurément été comblé le reste de la journée si les résultats étaient restés inconnus.

Il y a eu des irrégularités. La MAO a fait projeter en amphi Boutmy une vidéo de campagne alors que toute communication est interdite le jour du scrutin. Connecting Pipo s’est lancé dans une opération de racolage de voix pour ne pas subir le même sort que la WAF, et la MAO lui a rapidement emboîté le pas. Cependant aucune de ces irrégularités n’a joué un rôle aussi décisif que les modalités du scrutin elles mêmes. C’est donc sans surprise que le lundi 11 avril le vote a été annulé par l’administration, après que les éventualités d’une fusion ou d’une victoire de la Connecting aient été écartées à une quasi-unanimité.

Après l’annulation du scrutin, les pleurs, la déception: sous la pression, les wannaviip craquent, et c’est 60 lurons rouges, bleus et oranges qui mobilisent le ban et l’arrière ban des épaules sur lesquelles pleurer un bon coup. Certains, abattus, se disent qu’ils n’auraient jamais dû se lancer dans pareille entreprise. « Si j’aurais su j’aurais pas venu ! ». La Guerre des Boutons touche à sa fin. Pour le moment. Tout ce raffut n’aura servi à rien. Pendant toute une semaine, les candidats colorés se seront échinés à mazouter Sciences Po et ses médias de mots de ralliement gentillets et d’humour clé en main, à se connecter, se brancher, bondir, et tenter de décwaffer la raie potache qu’est une semaine de cours banale à Sciences Po. Le moment du vote venu, c’est en tenue de combat bariolée qu’ils vinrent récolter les fruits d’un mois de dur labeur, s’échinant à distribuer sourires et sucreries pour convaincre les indécis, ou, le cas échéant, à livrer ordinateurs portables et force de conviction pour permettre aux internationaux de participer à leur insu à la vie associative de cette bonne maison. On est libre de croire que ce prosélytisme estudiantin – honteux racolage putassier selon les plus libidineux – ne fut pas du goût de l’administration.

Si ça peut les consoler, rappelons que les élections BDE n’en sont pas à leur première foirade. Remuons un passé lointain que les masters dont la mémoire, la prostate et la barbe blanche ont résisté miraculeusement aux affres du temps, n’évoquent plus que les soirs d’insomnie : 2006. En 2006, la liste Looping remporta les élections d’une courte avance de seulement 14 voix de plus que son challenger, avec le déficit de légitimité que cela induit, à une époque où le BDE était – encore plus – le souffre douleur des étudiants. Plus près de nous, en 2009, s’opposèrent les listes List’N Up, R.E.G.L.E.S. et Vis Ta Mine. Le vote se fit par Internet sur ce site même et le record de 1578 suffrages fût atteint. Cette année fut marquée par une annonce des résultats particulièrement ratée. A minuit, R.E.G.L.E.S. fut proclamée gagnante. Vingt minutes plus tard, c’est finalement List’N Up qui écopa des lauriers. La raison de ce cafouillage était un problème informatique, des voix n’ayant pas été enregistrées, mais l’inimitié que vouait sans en faire mystère l’administration à la liste R.E.G.L.E.S. contribua lourdement à décrédibiliser l’élection, qui accoucha au final d’une liste hybride List’N Up / Vis Ta Mine, R.E.G.L.E.S. ayant préféré renoncer au BDE. Quant aux coups bas entre listes, ils sont, somme toute, le lot commun de chaque élection.

Que faire alors ? Certes, la magouille demeurera à coup sûr une composante inconditionnelle des élections futures. Un peu de bon sens paysan ne serait néanmoins pas de refus et suffirait certainement à s’épargner les conséquences regrettables d’une annulation de scrutin. La progression des votes ne doit pas être visible pour des raisons évidentes, on est d’ailleurs en droit de se demander comment l’administration a pu laisser passer une bourde pareille. Quant au racolage, une manière simple de le bannir est d’organiser les élections le dimanche. Apporter ces deux modifications dans la tenue des élections faciliterait grandement la tâche et de la commission électorale et de la soixantaine d’élèves qui se sont présentés aux élections cette année.

Pour l’heure, les aspirants BDE, après quelques jours de campagne virtuelle, reviennent demain pour en découdre une bonne fois pour toute. Espérons qu’il s’agira là du dernier épisode d’une élection BDE qui, fidèle à la tradition du 27, capota avec brio.

19 Comments

  • court mais précis

    @vote blanc : tu charies tu charies, cela dit hypocrisie a raison, tu nous a fait un splendide raccourci à te sentir visée direct.
    et dans la série raccourcis vous aimez les gars, entre VU qui prend sa loupe pour déchiffrer les interlignes et le reste…

    Je préfère m’en tenir à dire à Moïse que je plussoie, voila

  • vote blanc

    @Hypocrisie: C’est vrai que le « plus ou moins » fait toute la différence. Bravo pour la glose, je n’y aurais pas pensé toute seule. Merci.

  • MIP

    Ah non je proteste je n’ai pas voté blanc par compassion pour feu-l’ex-future-morteetenterrée Monarliste,
    J’ai voté blanc parce que vous êtes tous nuls et betes.
    Je vous déteste

    Mip

  • Petite 1A

    @ La Vérite
    Ce qui est le plus scandaleux dans tout ça, c’est que les étudiants votent massivement pour le BDE et pas pour la commission paritaire. A se demander où sont nos intérêts…
    Mais c’était tout de même une belle idiotie d’utiliser le même mode de scrutin que pour des reconnaissances des associations.
    Ces élections ont été à l’image de la campagne: RIDICULE

  • VU

    Ce qui me frappe le plus dans cet article c’est l’inattaquable assurance de l’auteur qui se permet d’affirmer qu’en fait, sans la visibilité du vote en ligne, la WAF aurait eu 2000 voix, CP 100 et MAO 90.

  • Hypocrisie

    et quant à la question du vote en ligne qui serait selon « la vérité » à remettre en cause parce qu’on n’est soit disant pas capable de changer la plateforme le temp de l’election, il faut voir que la justification que tu donnes ici est quand meme qu’on ne va pas trouver une solution informatiqu « pour une SIMPLE election BDE », on voit bien le crédit que l’administration, dont tu reprends le discours (ou au moins celui de palomo, accorde a cette association qui a vocation a devenir, si notre poursuite du modele organisationnel universitaire americain continue, une association quasi professionnelle et en charge de responsabilités toujours plus nombreuses et lourdes, politiques et syndicales, sociales et associatives.

    dernière chose: il parait quand meme abérrant quand on y réfléchi une seconde que Sciences Po, à travers julien palomo (dont tu nous dis qu’il ne voulait pas le vote en ligne) se rabatte sur une option de vote papier en raison de la difficulté d’un vote en ligne. sommes nous dans les années 1990? un vote papier n’a pas de sens au regard de comment marche sces po: un promo entière est à l’étranger et elle sera concernée par le BDE en revenant, les masters sont souvent en stage ou sur des sites différents que le 27, beaucoup de gens ne viennent pas à pipo tous ls jours s’ils n’ont pas cours et ne se déplaceront pas juste pour ca.
    a l’heure ou on nous fait voter pour une médaille de bachelor et savoir si on y grave la tete de boutmy à la facon nobel, un arbre de judée dans un élan mystique ou un dessin de cocteau qui n’a aucun rapport avec le suujet, on pourrait avoir la décence d’organiser cette élection bien plus importante correctement.

  • Le Maréchal

    « Un peu de bon sens paysan », c’est tout à fait ce qu’il faut à la strass ça ! Qu’ils prennent donc exemple sur le BDE actuel, de brillants gestionnaires. Et puis le vote secret c’est parfait, la direction pourra choisir selon son bon plaisir, comme en 2009. La terre, elle au moins, ne ment pas.

  • Hypocrisie

    @La vérité : parce que bien entendu, la petite institution que nous sommes, en mal de financements et écrasée sous le poids des défis de la modernité, n’emploie pas un seul informaticien capable de modifier rapidement une plateforme en supprimant la page qui affiche la progression des votes.
    il s’agit en effet d’une modification technique à ce point difficile qu’il faudrait recréer une plateforme entièrement nouvelle à moins de faire appel à un ingénieur de la nasa…

    arrêtons de se voiler la face, la seule chose qui fait défaut est la volonté: Sciences Po a d’autres moyens informatique que votre ancien lycée ou meme que beaucoup des autres établissement d’enseignement supérieur. l’administration est bien contente de soutenir le BDE lorsque des événements comme le Prix Philippe Seguin sont un succès mais ils ne prennent pas la peine de donner les moyens à l’asso de bénéficier d’une élection digne de ce nom.

    avez vous jamais vu ailleurs une élection dont les résultats sont données en temps réel ? ça n’a pas de sens et un peu de jugeotte aurait suffit à palomo pour prévoir ce qui pourrait arriver.

    @vote blanc: l’auteur attribue « plus ou moins » les votes blancs a la Monarlist. c’est une supposition peu étayé on est d’accord, mais il n’a pas non plus dit que le monarlist avait fait les 200 et qq voix.

  • La vérité

    Aux Palomo détracteurs : ce n’est pas lui qui a conçu ni mis en place le système informatique de vote. Or on ne va pas créer un nouveau système pour une simple élection BDE, c’est celui du vote pour les associations qui a été réutilisés.

    Il conviendrait plutôt de penser au problème majeur du vote électronique en tant que tel, auquel Palomo, ainsi que la vice présidente de la commission paritaire étaient vivement opposés, mais en minorité par rapport aux membres du BDE faisant partie de la commission électorale. Avant d’accuser à tort et à travers, il faudrait peut-être regarder qui a opté pour l’option électronique, qui plus est, étudiants en master qui ont déjà eu à connaître comme le rappelle l’article des déboires de cette méthode à Sciences Po.

    Enfin, il est quand même dommage de souligner les problèmes d’organisation de vote à Sciences Po lors d’élection pour le BDE et de ne pas s’en préoccuper pour les élections des élus étudiants, autrement plus déterminantes pour la vie des étudiants et leur scolarité.

  • Marrant

    Y a pas à dire, c’est toujours aussi exaspérant les apprentis journaleux qui donnent des petites leçons de morale avec des grands mots.

  • Palomo ou l'incompréhension

    Tout à fait d’accord bahreini

    D’ailleurs, le 6 avril vers 17h40 on a pu recevoir par mail:
    « Flash Vie étudiante :Il vous reste un peu plus de deux heures pour choisir votre nouveau BDE ! »

    Palomo est doué au point de
    1. ne pas vérifier que le progrès des votes soit bien invisible
    2. confirmer auprès des étudiants que le mode de scrutin est valide
    3. attendre qu’il y ait un résultat et une liste élue pour qu’enfin il se rende compte de l’erreur commise

    C’est aussi exaspérant pour les votants que pour les listes candidates. Il n’aurait pas pu stopper le vote 5 min après s’être rendu compte du bug sur le site?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.