Vie du campus

Après l’iPad, les iLarmes

Steve Jobs
L’ambiance innocente et insouciante de la semaine des associations où se distribuaient pêle-mêle gâteaux, bonbons et sodas pour séduire par un sourire et obtenir une promesse de vote accordée du bout des lèvres est terminée. Alors que les présidents d’associations mitraillaient la touche F5 de leur PC, Sciences Po entrait en deuil.

Insensible aux déchirements des candidats à la présidentielle, la communauté sciences piste a vu son âme se déchirer quand son gourou, celui grâce à qui elle pouvait jouir de toutes les potentialités de la technologie, l’a abandonnée. L’émotion est palpable. Les messages de condoléances fleurissent sur les murs Facebook, offrandes dérisoires pour accompagner le maître dans l’au-delà. Les plus éplorés se dirigent vers l’Apple Store conduits par les membres d’Inside Electronic Pipo. Ignorant impitoyablement le portrait de René Rémond, ils se dirigent vers les ordinateurs et versent des larmes sur cet iPhone 5 qui ne sortira peut-être jamais. Au summum de la journée, le système informatique se met en rade. Quelques heures de silence pour les iMac de la bibli. C’est définitif, le Col Roulé est passé de mode.

Ce col roulé c’était le mythe. Réunissant geeks et fashion-addicts il a su faire l’unanimité par sa sobriété, son élégance et surtout son caractère pratique. Certains lui reprochent d’être irritable et irritant, mais pour chacun d’entre nous il est et restera une douceur incomparable au toucher, une réactivité exceptionnelle. Tout cela sans compter un emblème légendaire arboré sans vergogne. C’est un fait : tout sciences piste obéit en son for intérieur à ce slogan impérissable : « Mangez des pommes ! ». IMac, iPod, MacBook, iPhone, iPad sont nos instruments de travail, la source de nos joies comme de nos peines, lorsque survient l’incompatibilité de la présentation PowerPoint au moment de l’exposé. Chacun de ces objets est presque indispensable pour s’évader un instant d’un Boutmy surchargé ou d’une conf’ trop… bref.

Mais le col roulé ce n’est pas qu’un objet, c’est aussi une philosophie. Qui peut se targuer de ne pas avoir essayé (sans succès, ou alors apprenez moi) de partir « vers l’infini et l’au delà » ? Qui n’est jamais re-rentré dans sa chambre aussi promptement que pour surprendre un couple adultérin pour voir si ses jouets n’avaient pas subitement pris vie ? Qui n’a jamais volontairement maltraité ses peluches en espérant qu’elles parlent sous la torture (les embrassades excessives entrent dans cette catégorie de traitement) ? Qui n’a pas préféré Buzz l’Eclair à Woody ?

Dans leur Apple Store inondé, les sciences pistes tout de même se questionnent. Le chagrin s’estompe, René Rémond cesse d’être invisible et les esprits se remettent en route pour poser les vraies questions. Que deviendront-ils ? Sans gourou pour les y conduire iront-ils toujours cueillir les fruits du pommier ? Et ces fruits seront-ils toujours aussi merveilleux ? Alors qu’on leur promettait des miracles de la technologie en cascade, la dernière présentation a entrainé des lamentations précoces. Plutôt que l’onirique iPhone 5, nous devrons nous contenter d’un iPhone 4S au rabais. C’est le drame. Les listes au Père Noël sont à refaire. Oui, les sciences pistes se questionnent, ils veulent des réponses. Le diable est-il revenu prendre son dû à celui qui a vendu son premier ordinateur à $666,66 ? Ou bien le cœur du pauvre homme n’a-t-il pas supporté de voir la qualité des Keynote diminuer aussi drastiquement ?

Autant de questions qui demeurent en suspens. Reste celle de savoir si le génie esthétique du col roulé symbole de la marque. Laissons le dernier mot à Coco Chanel : « La mode se démode, le style jamais. »

8 Comments

  • Adrien Bouillot, le vrai (j'en ai marre d'avoir toujours à écrire ça)

    Je pense que l’on ferait mieux d’honorer la mémoire de Dennis Ritchie, grand chercheur en informatique qui s’est également éteint il y a quelques jours. Il a notamment inventé le langage C et l’UNIX, base de toute la micro-informatique moderne, ce qui inclue l’intégralité des produits Apple.

  • Thomas Garabetian

    @Robert :
    C’est Steve Jobs qui après son éviction de Apple a repris et relancé les studios Pixar, et c’est sous son règne qu’est apparu Toy Story, papa de tous les chefs d’oeuvre d’animation qui remplissent aujourd’hui nos mirettes (aaaah Raiponce, Shrek, Scrat…)

  • Adrien Bouillot

    Pourquoi refuserez-t-on ces sépultures virtuelles, bordel ? Si l’homme le mérite, alors que les éloges tombent du ciel comme les étrons de mon cul mdr. En tant que futur Président de LaPéniche, je sais que n’importe quel « monsieur-tout-le-monde » attache beaucoup d’importance à certains hommes qui font bouger leur vie. Alors même si c’est posthume, je dirai pas « non » d’en-haut lol. (Oui, je suis Président de LaPéniche pour l’année 2012-2013)

  • Sceptique

    Arrêtons de pleurer la mort d’un homme certes très bon, mais qui n’a pas conçu tout à lui tout seul!

    Combien d’ingénieurs, de techniciens, de designers ont travaillé sur ces projets? On ne sait même pas.
    Il serait plus logique de leur rendre hommage que de vanter les qualités soi-disant « de génie » qui a juste réussi à nous faire acheter des produits de plus en plus chers et à nous faire entrer dans un monde de « gated garden ».

    A l’opposé de l’idée première des ordinateurs : la connectivité.

  • i-oli

    Super article. J’apprécie tout particulièrement la petite citation de fin. Et le ton est parfait, un peu d’humour mais de la compassion pour nous autres étudiants ayant perdu notre grand gourou.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.