Vie du campus

Vote d’une occupation nocturne

L’Assemblée générale de 10h30 et 12h30 aujourd’hui en EE a voté pour une occupation nocturne dans l’amphithéâtre Emile Boutmy. Cette occupation aura peut-être lieu la semaine prochaine, les modalités de l’action restant à définir par le comité de mobilisation.

Nous vous donnerons plus d’information dès que cela nous sera possible.

9 Comments

  • Louis

    « Et informe, même, les étudiants qui ne sont pas venus. L’information, c’est pas illégal, non ? »

    Ah non, c’est pas illégal, mais c’est quand même mieux quand c’est pluriel. D’où ma remarque sur les commentaires de votre site qui sont fermés…

  • L'abeille coule

    Durant le blocage nocturne, des activités sont prévues?
    (jeux de société, barbecue, guitares au coin d’un feu).

    ça serait cool aussi qu’il n’ait pas lieu le mercredi soir, j’ai cours tôt le lendemain.

  • Maxence

    Merci de me faire rire. « Des anarchistes veulent s’en prendre à Sciences Po ce soir ». Parole de Direction. Alors franchement, dire qu’on affabule, c’est juste ridicule…

    Et oui ! Parodie de démocratie. Et AG ouverte. Tellement que l’UNI vient. Et intervient ! Et informe, même, les étudiants qui ne sont pas venus. L’information, c’est pas illégal, non ?

  • Louis

    Ca serait bien si l’UNI ouvrait déjà les commentaires sur son site, ça permettrait de préciser par exemple que tous les étudiants de Sciences Po sont invités à participer aux Assemblées Générales où ils peuvent s’informer sur le mouvement en cours, donner leur opinion quant aux revendications et aux moyens d’action pour les obtenir, etc.

    L’UNI a un tropisme patent depuis les élections syndicales envers « l’extrême-gauche », qui, c’est bien connu et particulièrement à Sciences Po, a un couteau entre les dents.

    Enfin :  » Il est tant de mettre un terme à cette parodie de démocratie. » Merci, encore, encore, ne lâchez rien !

  • Maxence

    L’UNI S’OPPOSE À L’OCCUPATION NOCTURNE DE SCIENCES PO

    Lors d’une assemblée générale ne recueillant que 112 étudiants dont une dizaine de sympathisants de droite, l’extrême-gauche a réussi faire faire voter la mise en place d’un piquet de grève et d’une occupation nocturne de Sciences Po. L’UNEF apparaît débordée par Sud, ATTAC, le NPA et Lutte Ouvrière.

    Face à la faible mobilisation des étudiants, l’extrême-gauche a donc décidé de radicaliser le mouvement de façon irresponsable.

    L’UNI Sciences Po dénonce l’illégitimité de cette AG et le grave débordement qui s’est produit. Les revendications portées par ce collectif ne concernent pas Sciences Po et ne sont pas soutenues par les étudiants de Sciences Po. Il est tant de mettre un terme à cette parodie de démocratie.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.