Vie du campus

Sébastien Loubry, Gestion du risque chez AXA

Ancien élève, Sébastien Loubry évoque les atouts et faiblesses de la formation Sciences Po en ce qui concerne notamment les métiers de la gestion du risque.

Avez-vous suivi des formations complémentaires à votre diplôme de Sciences Po ?

Oui, j’ai fait un DESS de Management des risques à Dauphine après Sciences Po. Cela m’a apporté une expertise technique plus ciblée et une connaissance plus approfondie de certains métiers. Je pense qu’il est très utile de compléter sa formation après Sciences Po.


Avez-vous rencontré des difficultés à trouver un premier emploi ?

Non, j’ai pu trouver très facilement à la fin de mes études.


Quels sont les éléments de votre formation à Sciences Po qui vont ont particulièrement aidé lors de vos entretiens pour un premier travail, juste après l’obtention de votre diplôme?

Les éléments de ma formation à Sciences Po qui m’ont particulièrement aidé ont été la capacité à organiser ses idées, l’ouverture et la curiosité, ainsi qu’une connaissance généraliste des différents sujets, permettant de répondre aux différentes questions posées lors des entretiens.


Inversement, des points spécifiques relatifs à la formation que vous avez reçue à Sciences Po vous ont-ils été reprochés au cours des différents entretiens que vous avez passés?

Oui, notamment l’absence de connaissances pratiques. En effet, lors de la scolarité nous voyons un peu trop de théorie, et pas assez de cas pratiques.


Dans le cadre de l’activité de gestion du risque, que jugez-vous être les atouts et les éventuels manques de cette formation ?

Les atouts principaux et reconnus d’un Sciences Po dans cette activité sont principalement la capacité de synthèse mais aussi l’ouverture d’esprit et la façon très globale de traiter les sujets. En ce qui concerne les manques, ce sont les aspects techniques qui n’ont pas été approfondis lors de la formation.


Enfin, pensez-vous que l’on puisse parler de solidarité entre les anciens Sciences Po ?

On peut probablement parler de solidarité, mais de solidarité limitée, moins développée que dans d’autres écoles.

Illustration: www.wilogo.com

2 Comments

  • zipi

    C’est bien beau tout ca, mais peut être aurait-il fallu commencer par expliquer un peu ce qu’est la gestion du risque. Je ne vois pas l’intérêt de savoir quels sont les atouts et les faiblesses des Sciences Po dans un métier dont on ne conais même pas le contenu…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.