Vie du campus

Sciences Po cambriolé (III) : un butin à plus de 700 000 €

Un célèbre journal du soir revient sur le cambriolage de la semaine dernière. L’occasion d’apporter quelques précisions aux deux articles que nous avons consacrés à l’affaire.

Le butin dérobé s’élève à plus de 700 000 euros. Cette somme est constituée à 90 % de chèques libellés, donc non encaissables, mais aussi de tickets repas et de 30 000 euros en liquide. Par malchance (enfin pas pour tout le monde), les chèques avaient été centralisés au 2 square de Luynes par la direction de la scolarité dans la journée du vendredi – soit la veille du vol – en vue de leur encaissement.

La direction de l’école a déposé plainte le 11 décembre.

Selon les premiers éléments de l’enquête dont est chargée la 3e division de police judiciaire, la porte d’entrée principale n’aurait pas été correctement fermée. Une fois à l’intérieur, les cambrioleurs ont fracturé un bureau où se trouvaient des clés donnant accès aux autres pièces.

Selon le journal, il n’est pas exclu qu’il s’agisse de familiers de l’établissement. Toutefois, aucune d’empreinte a été relevée pas plus qu’aucune image collectée. Et pour cause, les locaux de l’Institut ne sont pas équipés d’un système de vidéosurveillance…

A lire aussi dans la même édition, une courte interview de notre directeur.

6 Comments

  • Thomas

    Ce qui est vraiment délirant c’est que dès le lendemain les personnes dont les chèques avaient été volés recevaient un mail leur demandant de soumettre à nouveau leur chèque ! (sans connaître le sort du chèque volé…)

    Genre : vous êtes trop bêtes pour comprendre, repayez tout de suite. Aucune reconnaissance d’erreur ou de faille de sécurité de la part de Sciences po.

    Quant à la communication de la Direction, faut savoir qu’elle ne communique en général QUE ce qui l’arrange. Faut dire que quand on n’est pas doué pour l’auto-critique y compris au sommet…

  • Rirou

    Centraliser tous les chèques (et 30 000 euros en liquide par la même occasion) dans un lieu dont la porte n’est pas fermée et qui n’a pas de vidéo surveillance…
    Pourquoi ce cher Richie ne diffuse-t-il pas un avis à la population en indiquant le numéro de code ouvrant tous les bâtiments de l’IEP tant qu’à faire? En comparaison avec les mesures de sécurité radicales et les services d’ordre qui persécutent les étudiants innocents, ça en devient risible!
    En tout cas merci à nos journalistes de dénoncer les failles du système (Laurent Bigorne s’étant contenté quant à lui de présenter l’effraction comme un coup de force, on se croirait dans braquage à l’italienne…)!

  • Didoun

    Ce qui est bien avec l’administration est qu’il n’y a toujours rien dans la Newsletter de Sciences-po d’aujourd’hui. C’est quand même légèrement exagéré de devoir se référer à La Péniche et au Monde pour avoir des infos sur un sujet aussi grave.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.