Vie du campus

Polna(re)tour

Après 34 ans d’exil et d’attente, le public français a donc bien accusé réception de sa Lettre à France… Non, je ne parle ni de Michel Berger ni de Michèle Torr, mais bien de Michel Polnareff, de retour en France depuis peu, et qui fait un triomphe indiscutable sur scène depuis le 2 mars et jusqu’au 10 août 2007…

A 62 ans (et toutes ses dents), le pari n’était pas gagné pour celui qui était resté célèbre pour sa paire de fesses affichées dans le tout Paris de 1972 ou ses textes quelque peu suggestifs (il sera condamné pour pornographie d’ailleurs) … Et aujourd’hui, après 10 Bercy pleins à craquer, la Poln’attitude semble à nouveau en vogue dans l’hexagone. Partout où il va, l’homme aux boucles d’or déplace rarement moins de 8 000 personnes, avec une moyenne d’âge bien plus basse que ce qu’on pourrait croire (normal j’y étais !!).

Curieux ou inconditionnels de la Poupée qui fait non, non, nonnonnon non…, le Polna’tour vaut justement le détour. Moyennant une quarantaine d’euros pour une place en fosse, notre beatnik favori n’enchaîne pas moins de 26 succès plus ou moins connus et repris à tue-tête par une horde de perruques blondes et lunettes blanches (vendues 30 euros à l’entrée, une bagatelle !), le tout durant 2 heures trente de tour de chant !

Bien sûr (et heureusement) notre Michou national n’affiche désormais plus ses fesses, mais conserve sa crinière blonde et ses lunettes blanches, pantalon slim en cuir et chemise dessinés par Jean-Claude Jitrois (on aime ou pas, moi pas)… Quoi qu’il en soit, l’état de conservation est impeccable, notamment vocalement, ce qui restait l’inconnue majeure pour notre ami aux aigus sauvages et puissants…

Habile mélange entre ses textes et tubes d’hier, et des arrangements totalement nouveaux –voir électro-popisés, jeunes et vieux en auront pour leurs oreilles… et aussi pour leurs yeux… L’espace scénique est tout simplement magnifique, l’artiste, ses choristes et musiciens évoluent sous une espèce de demi cloche, tapissée d’écrans et de projecteurs alternant entre une ambiance exubérante rose fuchsia ou ciel étoilé plus intimiste… Pluie de confettis collectors (car en forme de lunettes) ou karaoké géant, on ne voit plus passer le temps, accueilli par un Michel en retard (pléonasme) et proche de son public (il fait même des blagues… pas forcément drôles, mais le cœur y est !), vous n’en sortirez pas avant 23h30, le temps de mettre le best-of dans la voiture et c’est reparti pour une polna-trajet…

Ma note personnelle : 18/20, faut le voir une fois… Allez-y avec vos parents, ou avec vos amis, mais allez-y ! Un signe du destin, on annonce deux Bercy supplémentaires les 9 et 10 juin 2007… N’oubliez pas d’acheter manteau en moumoute et perruque de mouton blond avant le concert… pour se mettre dans l’ambiance…

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.