A la une

Hashtag NO MORE; Sciences Po’s fancy campaign to end sexual violence is just that; a campaign.

TW: sexual assault

ENGLISH VERSION

Having been at the university for nearly five years now, I have witnessed an incredible deal of work from student organizations and professors to change the university’s approach to mental health and sexual violence. But like many things at Sciences Po, it took a scandal to get things moving. And following the Mion-Duhamel saga, our university has finally become a leading institution in the provision of help and support to victims of sexual violence. Well, at least on paper. Like in many other areas, the focus is rather on the image of Sciences Po and on cases where its reputation could be of concern. From my experience, little has been done to provide quick and reliable support to victims of sexual violence. 

On Friday night, I went out to Le Marais for a drink with two friends. One drink went to another but knowing I wanted to spend the weekend working on my thesis, I left them quite early past midnight walking alone to  Rambuteau metro stop, less than five minutes away. Little did I know that five minutes alone will be enough to be sexually assaulted. 

Walking I noticed a tall handsome guy. He asked for my number to which I smiled and said “no.” He smiled back and walked with me talking to me in French, as I started speeding up. At the turn of the street he got in front of me and gestured for me to follow him. Stupidly – thinking I don’t know what – I stopped and he hugged me and brought me into what I believed would be a kiss. Instead he started touching me everywhere. At this point shocked & drunk, I did not really react in any other way than nervously smiling and asking him to stop. 

Once it became clear to me that he just wanted to fuck in the dark corner in Le Marais, I managed to get out from his embrace with a razant “STOP” and I started walking away. 

Without getting very far, he was suddenly in front of me and pushed me into a small corner in the entrance of a shop. Where he held me, as I heard him undress. Finally, my adrenaline kicked-in and I managed to overcome the first shock and, well, my drunkenness. I forcibly turned, saw him taking his dick out, pushed him away from me and ran. 

When I woke up after a sleepless night at home, the first thought I had was to get help from SciencesPo. After all, there is a big team of psychiatrists and other medical professionals, and I could not afford a therapist in the city. I do not speak French comfortably, do not have French insurance, and have no idea how things work here. What’s more, I was aware of this semester’s new NO MORE campaign and trusted the institution that everything will run smoothly.

At noon, on Saturday, I sent the first of my many “pls help asap” emails, hoping someone would notice it despite the long weekend. Now it’s Thursday morning and I still did not get anything other than many automatically generated emails that « the nurse is on holiday and that there are other services available » (some emails entirely in French) while some just did not bother replying at all. I wrote an email to France Victims too, getting another automated reply back that they are for confidential out-of-SciencesPo reporting and that I can call them if it applies (despite having already explained what happened to me). 

I am not at risk, but like for many of us who go through similar experiences, I am distressed and not ok – shaking as I am typing this down. I have had trouble focusing and I haven’t been able to sleep properly since Friday. But since my situation does not concern SciencesPo staff; my best contact would be the health professionals at SciencesPo to be able to have someone for more than just a phone call, or emergency session and to be able to follow up with them, for free and within the safety and comfort of Sciences Po.

What a pity I was sexually assaulted when they were all on holiday. 

Right now, I am using this article instead of the much needed therapy but I sincerely hope that Sciences Po will listen to me and work on this. And I am happy to help. It is totally ok when someone goes on holiday, we all need it sometimes. However, I expect a university that puts so much effort into a “NO MORE” campaign, to have someone else looking over the nurses’ email during the time she cannot herself. 

Here are some recommendations. My inbox is open, and please director Balme, I will be happy to work with you on creating a system that works for the victims.

  1. An email with “sexual assault” in the subject must always be answered, at least on the first working day since it was sent. Automated responses are just not enough.
  2. Focus should be not only on victims of sexual violence amongst SciencesPo staff/students but in general to everyone in our university who becomes a victim of it.
  3. Outsourcing the necessary helpline and confidential services is perfectly fine, but it cannot be a substitute for what Sciences Po offers – not for ten days during the semester. 
  4. Sciences Po must do better in including LGBTQ+ students into the campaign, we too are at risk of sexual violence.
  5. International non-french-speaking students who cannot afford therapy rely on Sciences Po, understanding this is crucial if the university wants to claim it cares for all victims. 

VERSION FRANÇAISE

Étant à l’université depuis près de cinq ans maintenant, j’ai été témoin d’un travail incroyable de la part des organisations étudiantes et des professeurs pour changer l’approche de l’université en matière de santé mentale et de violence sexuelle. Mais comme beaucoup de choses à Sciences Po, il a fallu un scandale pour faire bouger les choses. Et suite à la saga Mion-Duhamel, notre université est enfin devenue une institution leader dans l’aide et le soutien aux victimes de violences sexuelles. Du moins, sur le papier. Comme dans beaucoup d’autres domaines, l’accent est plutôt mis sur l’image de Sciences Po et sur les cas où sa réputation pourrait être inquiétante. D’après mon expérience, peu de choses ont été faites pour apporter un soutien rapide et fiable aux victimes de violences sexuelles. 

Vendredi soir, je suis sorti dans le Marais pour boire un verre avec deux amis. Un verre est passé à un autre, mais sachant que je voulais passer le week-end à travailler sur ma thèse, je les ai quittés assez tôt après minuit, marchant seul jusqu’à la station de métro Rambuteau, à moins de cinq minutes. J’étais loin de me douter que ces cinq minutes suffiraient à me faire agresser sexuellement. 

En marchant, j’ai remarqué un grand et beau garçon. Il m’a demandé mon numéro, j’ai souri et dit « non ». Il m’a souri en retour et a marché avec moi en me parlant en français, alors que je commençais à accélérer. Au tournant de la rue, il s’est mis devant moi et m’a fait signe de le suivre. Stupidement – pensant je ne sais quoi – je me suis arrêté, il m’a serré dans ses bras et m’a entraîné dans ce que je croyais être un baiser. Au lieu de cela, il a commencé à me toucher partout. À ce moment-là, choqué et ivre, je n’ai pas vraiment réagi autrement qu’en souriant nerveusement et en lui demandant d’arrêter. 

Une fois qu’il est devenu clair pour moi qu’il voulait juste baiser dans un coin sombre du Marais, j’ai réussi à me dégager de son étreinte avec un « STOP » rasoir et j’ai commencé à m’éloigner. 

Sans aller bien loin, il s’est soudainement retrouvé devant moi et m’a poussé dans un petit coin à l’entrée d’un magasin. Où il m’a tenu, tandis que je l’entendais se déshabiller. Finalement, mon adrénaline a fait son effet et j’ai réussi à surmonter le premier choc et, enfin, mon ivresse. Je me suis retourné de force, je l’ai vu sortir sa bite, je l’ai repoussé et j’ai couru. 

Lorsque je me suis réveillé après une nuit blanche à la maison, ma première pensée a été de demander de l’aide à SciencesPo. Après tout, il y a une grande équipe de psychiatres et d’autres professionnels de la santé, et je n’avais pas les moyens de me payer un thérapeute en ville. Je ne parle pas couramment le français, je n’ai pas d’assurance française et je n’ai aucune idée de la façon dont les choses fonctionnent ici. De plus, j’étais au courant de la nouvelle campagne NO MORE de ce semestre et j’ai fait confiance à l’institution pour que tout se passe bien.

Samedi midi, j’ai envoyé le premier de mes nombreux courriels « pls help asap », en espérant que quelqu’un le remarquerait malgré le long week-end. Nous sommes jeudi matin et je n’ai toujours rien reçu, si ce n’est des courriels générés automatiquement m’informant que « l’infirmière est en vacances et que d’autres services sont disponibles  » (certains courriels sont entièrement en français), tandis que d’autres n’ont tout simplement pas pris la peine de répondre. J’ai également écrit un email à France Victimes, et j’ai reçu une autre réponse automatique disant qu’ils sont là pour les rapports confidentiels hors-SciencesPo et que je peux les appeler si cela s’applique (alors que j’ai déjà expliqué ce qui m’est arrivé). 

Je ne suis pas en danger, mais comme pour beaucoup d’entre nous qui vivent des expériences similaires, je suis en détresse et je ne vais pas bien – je tremble au moment où j’écris ces lignes. J’ai du mal à me concentrer et je n’ai pas réussi à dormir correctement depuis vendredi. Mais comme ma situation ne concerne pas le personnel de SciencesPo ; mon meilleur contact serait les professionnels de la santé de SciencesPo pour pouvoir avoir quelqu’un pour plus qu’un simple appel téléphonique, ou une session d’urgence et pour pouvoir faire un suivi avec eux, gratuitement et dans la sécurité et le confort de Sciences Po.

Quel dommage que j’ai été agressé sexuellement alors qu’ils étaient tous en vacances. 

Pour l’instant, j’utilise cet article au lieu de la thérapie dont j’ai tant besoin, mais j’espère sincèrement que Sciences Po m’écoutera et travaillera sur ce sujet. Et je suis heureux de pouvoir aider. C’est tout à fait normal que quelqu’un parte en vacances, nous en avons tous besoin parfois. Cependant, je m’attends à ce qu’une université qui met tant d’efforts dans une campagne « NO MORE », ait quelqu’un d’autre pour surveiller les e-mails des infirmières pendant le temps où elles ne peuvent pas le faire elles-mêmes. 

Voici quelques recommandations. Ma boîte de réception est ouverte, et s’il vous plaît, directeur Balme, je serai heureux de travailler avec vous pour créer un système qui fonctionne pour les victimes.

  1. Un courriel dont l’objet est « agression sexuelle » doit toujours recevoir une réponse, au moins le premier jour ouvrable suivant son envoi. Les réponses automatisées ne suffisent pas.
  2. L’attention doit être portée non seulement sur les victimes de violence sexuelle parmi le personnel/étudiants de SciencesPo, mais en général sur toute personne de notre université qui en est victime.
  3. L’externalisation de la ligne d’assistance et des services confidentiels nécessaires est parfaitement acceptable, mais elle ne peut pas se substituer à ce que Sciences Po offre – pas pendant dix jours au cours du semestre. 
  4. Sciences Po doit faire mieux en incluant les étudiants LGBTQ+ dans la campagne, nous sommes aussi exposés à la violence sexuelle.
  5. Les étudiants internationaux non francophones qui ne peuvent pas se payer une thérapie comptent sur Sciences Po, il est crucial de comprendre cela si l’université veut prétendre qu’elle se soucie de toutes les victimes.