Vie du campus

Les photos de la soirée Samovar sont en ligne !

A l’occasion de la journée de la femme, évènement important en Russie, Samovar, l’association franco-russe de Sciences Po, nous a conviés Jeudi 8 Mars 2007 à une soirée orignalement mais impeccablement organisée…

La Journée Internationale de la femme est célébrée le 8 mars, chaque année par des groupes de femmes dans le monde entier. Elle est également reconnue par l’ONU et donne lieu, généralement, selon les pays et les humeurs, à des attentions plus ou moins expressives de la part des hommes. Il existe cependant un pays où ces attentions atteignent des sommets et se transforment souvent en montagnes de présents: La Russie. Héritée de l’ère soviétique, cette tradition consistant à combler les femmes sur tous les plans (les restaurants sont souvent pris d’assaut, le champagne russe et le vin moldave coulent à flots, quant aux félicitations, chaleureuses, elles sont prodiguées à toutes, même aux inconnues!) donne un caractère particulièrement important, si ce n’est saint, à ce jour précis.

L’association franco-russe de Sciences Po, Samovar, se devait de marquer l’événement. En plus de la soirée, des roses ont été distribuées aux jeunes filles toute la journée en Péniche. Ce fut l’occasion pour certains membres de l’équipe de surmonter leur timidité et d’aller offrir de magnifiques roses rouges, blanches ou roses à des inconnues qui ont généralement accueilli le présent avec joie. Malgré certaines qui ont stigmatisé le côté un peu réducteur de cette journée, l’initiative a été très bien accueillie et fera sans nul doute date.

Passons maintenant aux choses sérieuses: la soirée du 8. Depuis Lundi, les préventes étaient disponibles en Péniche. M.K, secrétaire général de l’association, avoue-lui même avoir été surpris du succès: les places sont très vite parties. Il est vrai qu’avec des tarifs aussi attrayants pour les jeunes filles (un euro) de nombreuses convoitises ont été soulevées. Les représentants du sexe masculin étaient quant à eux également très satisfaits par le prix, quasi symbolique, de l’entrée. A tel point que de nombreuses personnes n’ont pu avoir de place. Samovar les rassure et leur promet une soirée beaucoup plus ambitieuse, très prochainement. En effet, aussi sympathique soit-il, L’Escale est et reste un bar, certes doté d’un caveau confortablement aménagé, mais de taille non extensible. Au final, les calculs faits par l’équipe se sont révélés exacts, la place disponible était suffisante pour se mouvoir mais il y avait largement assez de monde pour assurer une excellente ambiance: à l’étage, atmosphère calme et conviviale, propice aux conversations, dans un cadre typique (mais pourquoi cubain? N’y a-t-il pas de bars russes à Paris?). Au sous-sol, environnement beaucoup plus excité: avec des tarifs négociés au bar (type happy hour), une forte proportion de russophones et une quasi-intégralité de russophiles, inutile de préciser que l’on ne regrette pas sa soirée! Sacha, le président, nous avait assuré que l’alcool serait au centre de la fête. Au final, on salue la diversification des activités qui ont fait apprécier les réjouissances par tous. La musique était quant à elle originale mais particulièrement remarquable: un mix balkano-boomb…izvinitié, ma plume a fourché, un mix d’inspiration slave, donc, a réellement réussi a imposer une ambiance truculente, propre aux concours de danse russe. Certains ont d’ailleurs réalisé de rares performances…

Dernière chose, sans doute la meilleure: la fameuse surprise! Les demoiselles ayant été invitées, dès leur entrée, à déposer leur nom dans une urne, cela avait bien entendu pour but de réaliser le fameux tirage au sort de 23h, à l’occasion duquel six hommes,que dis-je, six éphèbes étaient à gagner: je ne peux résister à l’envie de vous citer les paroles de Natacha, en charge du tirage au sort « Votre troisième lot, mesdemoiselles, vient du froid, c’est un véritable playboy » ainsi que « le cinquième lot, mesdemoiselles, est un homme des cavernes, il a une barbe, c’est un homme sauvage ». Ces éphèbes avaient ensuite pour mission de contenter leur conquérante à tout prix, en lui offrant des fleurs et à boire pour le reste de la soirée. Samovar a également pensé aux nombreuses déçues en leur proposant à toutes une rose.

Bref, une réussite. Nous attendons avec impatience la soirée Oligarque!

Les photos sont disponibles dans la section « Galerie » de LaPeniche.net ! Courez-les voir ici-même Un grand merci à Charlotte pour sa contribution

6 Comments

  • Emma

    Bonsoir

    Serait il possible d’établir un contact avec un(e) étudiant(e) de sciences po paris, afin de me donner quelques renseignements et de me faire part de vos expériences… ?
    Pour qu’un jour peut être l’on me retourne cette demande 😉

    Cordialement, une terminale devant sa boite mail –

  • Charles de habsbourg

    L’escale m’est plutot apparu etre un bar basque et donc pas du tout cubain, mais peut etre ai je trop bu…cela ne change rien a laqualité du rapport…

  • Natacha

    Bah, c’est juste une traduction du russe… Effectivement, "Journée des femmes" sonne mieux. Après, le mieux serait de faire aussi une journée des hommes, un peu comme en Russie, pour effacer le côté pseudo-galant légèrement phallocrate de l’événement…
    (sauf qu’en Russie, la journée des hommes s’assimile à la journée "de la défense de la patrie"… mais c’est un autre débat).

  • C. − arthur me reconnaîtra !

    Arthur, tu ne m’as pas épargnée dis donc… Je t’en veux pas va, ce fut une soirée très sympathique et on s’est bien amusée (même si perso, je n’aime pas l’idée d’une "journée de LA femme").

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.