Vie du campus

Le Petit Pâté, une tranche d’art à partager (6)

Un nouveau magazine en ligne s’est créé à Sciences Po. Encore un, oui, mais qui ne ressemble en rien à ce qui a pu se faire auparavant… L’association artistiquement bigarrée de Sciences Po ? Ne cherchez plus, c’est Le Petit Pâté Illustré, formidable concentré de fantaisie, d’humour et d’éclectisme. LaPéniche est allée à la rencontre de ces curieux écrivains et illustrateurs qui envoient… Du pâté !

lepetitpate2.jpg

Le tout premier numéro, sorti le 1er Octobre, a donné le ton : décalé et intrigant mais avant tout attachant. Alice Des, illustratrice et rédactrice-en-chef du Petit Pâté Illustré le décrit comme « une invitation à la participation libre » : « nous avons recueilli des écrits que des étudiants de Sciences Po nous avaient spontanément envoyés ». L’équipe a également fait travailler un écrivain sur le thème du pâté, « ce qui a donné un conte absurdement mignon sur le Chevalier Rillettes ». Troisième temps de la conception du magazine : les illustrateurs qui déploient l’étendue de leur talent sur les écrits des rédacteurs. « Certains préfèrent qu’on leur donne un récit de base, un scénario à illustrer, d’autres soumettent leurs travaux pour qu’un auteur bricole une histoire dessus. » Les prochaines parutions verront se développer une méthode légèrement différente avec l’apparition d’un thème, d’un fil rouge qui donnera davantage de cohésion aux participations. Le second opus – prévu pour Décembre – portera sur « Noël ou le Soleil… Ou les deux. »

Toutefois « les contributions libres sont fortement appréciées », ajoute Alice, « elles peuvent nous inspirer pour les numéros suivants, donc on garde tout précieusement ! La sélection est nécessaire pour chaque numéro, mais on est vraiment ouvert sur les styles, les genres de travaux et les nouvelles idées. Le but, c’est d’avoir un recueil éclectique, bourré de talents divers qui se rencontrent ». Un beau projet, en somme. Petit plus pour les internationaux ? « On accepte de plus en plus de textes en anglais. » Great ! Et il est né comment, Le Petit Pâté Illustré ?

Sa maman raconte : « … Un soir ensoleillé, en Mars à Montréal. Il faisait 25°C, et le lendemain, il neigeait, pour la petite anecdote ». Plus sérieusement, « l’idée était de créer une association artistique à Sciences Po combinant écrits, dessins, photos, montages, collages… Révéler les talents d’inconnus qui s’assoient sans doute à côté de vous en cours. On a ouvert le magazine à des étudiants d’autres écoles et des autodidactes à l’autre bout du monde. On veut vraiment se faire plaisir tout en faisant plaisir aux autres, artistes comme lecteurs ». Quant au format – celui de magazine gratuit en ligne – « il s’est imposé naturellement ; c’est un recueil organisé, agréable à l’oeil et accessible ». Le nom, lui, a été choisi pour deux raisons : « On aime le pâté et on envoie du pâté ; et puis la tache que l’on fait en écrivant ou en peignant s’appelle également… Un pâté (d’où le logo : l’encre sur la tartine !). C’est aussi une forme d’auto-dérision sur le processus de création ».

petit-pate-brace-yourself-sans-adresses-s.jpgLa magie du Petit Pâté Illustré c’est qu’il est à la fois magazine et association. L’équipe est pour le moment constituée de quatre étudiants en master (tous différents) : Alice, Hugo, Pauline et Olivier. Deux écrivains et deux illustratrices qui établissent une liste des participants, sélectionnent et répartissent les oeuvres dans le temps, au fil des numéros. Et qui mangent des tartines. De pâté, évidemment. « On cherche vraiment à faire collaborer les gens entre eux, les faire se rencontrer – virtuellement, par le magazine, mais aussi physiquement : « lors du pique-nique de lancement, on a mangé mais aussi beaucoup ri et rencontré un bon nombre de participants. » Alice parle d’une « association d’arts et de talents divers et dont le produit final est un magazine ». Ce dernier est bimensuel, gratuit, accessible en ligne et participatif.

« Nos objectifs sont principalement de valoriser les talents, d’assurer leur promotion et leur collaboration pour des projets futurs. On leur donne une visibilité en ligne, afin qu’ils puissent être sollicités par des lecteurs et des professionnels. » La rédactrice-en-chef évoque aussi une éventuelle version papier… « Si la demande est importante. On attend d’avoir assez de numéros et de matière pour commencer à démarcher des sponsors éventuels ». Avec un si chouette blog et un beau premier numéro, on souhaite une longue vie au Petit Pâté Illustré.

Retrouvez aussi du pâté de qualité sur Facebook et sur Twitter et pensez à eux pour la semaine des associations !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.