Grand sondage sur le positionnement politique des étudiants de Sciences Po – Le questionnaire (I)

Les étudiants de Sciences Po sont-ils de gauche ou de droite ? Aiment-ils Bayrou, Besancenot ou Bové ? Autant de questions qui ont souvent été posées et auxquelles personne n’a jamais vraiment répondu.

LaPeniche.net vous propose aujourd’hui d’apporter des éléments de réponse, au travers d’un grand sondage sur votre positionnement politique. Il comporte une dizaine de questions, il vous faudra moins de 3 minutes pour y répondre.

Cliquez sur l’urne pour répondre au sondage

La participation à ce sondage est possible jusqu’au vendredi 20 avril à 23h. Les résultats seront en ligne le même jour avant minuit, afin de respecter la loi sur les sondages.

Toute la rédaction de LaPeniche.net vous remercie pour votre participation !

PS : le BDE organisera mercredi prochain un « vote blanc » afin de connaître vos intentions de vote du premier tour : n’hésitez pas à passer à leur local pour vous exprimer !

23 réflexions au sujet de “Grand sondage sur le positionnement politique des étudiants de Sciences Po – Le questionnaire (I)”

  1. Et puis les gens sont suffisement peu responsables (ou desespéré?) pour se dire "c quand meme plus marrant de voir ce qui se passe si Bayrou est au 2eme tour, et en plus on passe meme pas pour un raciste en votant pour lui comme avec Le Pen ! "

  2. on vote autant bayrou a scpo, parce qu’on reflechit pas !! et puis voter sarkozy c’est pas fashion quand t’as 19 ans, et voter Royal ah non "elle represente pas mon ideal socialiste", et Bayrou c’est dans l’air du temps !!

  3. Ou alors, il faut bien avouer que Bayrou, c’est un vote de protestation face à un leader de la droite trop excité, et à un leader de la gauche pas assez crédible. Bayrou profitera donc peut être de la médiocrité du débat présidentiel cuvée 2007, tout en y participant largement.

  4. Je suis étonné de la force du vote Bayrou dans les IEP. Cela dit, le choix de Bayrou, c’est vrai, est assez séduisant. Nous ne pouvons qu’appeler de nos voeux une démocratie plus détendue, ou les clivages de principe laissent la place à un réelle débat.

    Mais il n’empêche que des choix et des décisions fermes doivent sortir de ces débats. Or c’est là que Bayrou s’arrête. Son programme économique et soit extrêmement mou au mieux (comment relancer l’économie avec 20% des marchés publics aux PME et 2 emplois sans charge par entreprise) ou ambigüe, au pire. Ne se déclarait-il pas il n’y a as si longtemps que ça "plus à droite que Madelin" sur les questions économiques ?

    Problème sur l’économie. Problème sur les institutions, aussi. Il utilise des arguments trop faciles (pour ne pas employer le mot dejà galvaudé de "populiste") sur le suffrage proportionnel en déclarant dans son livre "Au Nom du Tiers Etats": "Au premier tour de la dernière élection présidentielle, le candidat de l’UMP, Jacques Chirac, et le candidat du PS, Lionel Jospin, malgré tous les moyens de l’État dont ils représentaient l’un et l’autre les pouvoirs et les cercles d’influence en place, ont obtenu ensemble au premier tour à peine 35% des voix. Pourtant la mécanique électorale est telle que leurs partis occupent à eux seuls 88% des sièges à l’Assemblée nationale".

    Je pense qu’au vue de l’histoire politique de la France et au vue des expériences européennes actuelles (exemples anglais et espagnole, contre-exemples italien et allemand), il n’est pas responsable de revenir sur le système majoritaire. S’il echappe à la compréhension instinctive ou immédiate de beaucoup de nos concitoyens qu’un système électoral favorise les partis majoritaires au détriment des petits partis, il n’empêche que le système majoritaire à la vertu déterminante de permettre une véritable action politique. Cela ne veut pas dire qu’il y a un monopole figé des grands partis. C’est au sein de ces grands ensembles partisans qu’ont lieu les débats et le renouvellement des idées et des leaders par la démocratie interne. Les Etats-Unis n’ont pas eu besoin d’avoir un parti d’extreme-droite pour se retrouver avec Bush, et le Royaume Uni n’a pas eu besoin d’un parti centriste et réformateur pour se retrouver avec un Tony Blair.

    François Bayrou, c’est le non-choix en matière économique et social, et c’est le choix de la facilité et le renoncement au débat essentiel à une démocratie de l’action (et pas seulement de la posture) sur le plan des institutions.

  5. Les résultats (non représentatifs) du BDE sont en ligne sur leur site. Ségolène Royal l’emporte, suivie de François Bayrou puis de Nicolas Sarkozy (et J.M. Le Pen à 4% quand même…).

  6. J’ai pas pu aller voter au BDE finalement, la haine… Bon comptez une voix de plus pour Royal lol.

    Une estimation de quand est-ce qu’on aura les résultats ? J’ai été voir sur le blog de Morandini et y’avait même pas d’estimations ! Quelle déception ! Quel menteur ce mec !

    (oui je sors –> )

  7. En fait, je vois pas trop pourquoi vous respectez l’article 11 de la loi vu que vous respectez probablement pas les autres: articles 3 et 7 (mais je peux me tromper).

  8. Bon, j’ai voté parce que l’idée est bonne et plus répresentative que les sondages où ne participent que les zelotes de Duhamel.
    Mais j’ai fait pleins de vote blanc. Oui, maintenant, vous connaissez mon secret. Je vote blanc.

  9. L’élection a lieu mercredi de 10h à 19h au local du BDE, on fera le dépouillement dès 19h, les résultats seront ensuite sur le site du BDE et certainement sur Lapéniche!!

  10. Mercredi de quelle heure à quelle heure pour l’élection du BDE ?

    Merci d’avance, pour tout le travail que va représenter l’analyse de ce sondage ! C’est une initiative intéressante !

Laisser un commentaire