A la une,  Le Mag',  Poèmes

Écriture automatique

Mercredi 12 AVRIL. écriture automatique : écrire frénétiquement tout ce qui me passe par la tête, en prenant bien garde à ne poser aucun filtre rationnel.

Vas te faire noyer dans la Seine noire 

Comme l’incendie des palais privés beaux et fades. 

Vides de vie, t’évites mais t’as envie. Vas-y. 

T’es trop satisfait de toute façon tu te tues, c’est bien fait

Je te mettrais des claques. Tu t’enfuis. Vas-y, cours, je t’attraperai 

Même si les filles sautent sur la Lune et que les tableaux se moquent des visages tristes. 

Les travaux crient, je pleure.

 J’ai mal à la main, la pluie va bien. 

Tu cours je tourne je m’enfonce dans les entrailles du musée. 

Chaleur terne et bruit sourd, handicapé tu cours toujours. 

Au château j’y serai si tu ne t’es pas arrêté. 

La lumière des miroirs verra sonner ton glas ; 

Mort sur la gondole du jardin, je siroterai ma victoire sucrée. 

Vas-y, coule. 

Anonyme.