Samuel est étudiant de 2A sur la campus de Paris. Il rejoint LaPéniche en septembre 2011 en tant que rédacteur littéraire et devient Responsable du Magazine en Février 2012

  • Le Mag',  Littérature

    Le coup de coeur littérature de l’année 2012 : Peste et Choléra

    L’année 2013 déjà bien entamée, La Péniche se permet un coup d’œil dans le rétroviseur pour mettre à l’honneur l’un des livres qui aura marqué la rentrée littéraire passée ainsi que nous, lecteurs. Peste et Choléra, Récit d’une vie pour la science de Patrick Deville, aura obtenu le Prix Femina, à défaut de Goncourt. Retour sur une leçon de biographie et, paradoxalement, de style. « Il est jeune encore, et pressé, Yersin, il s’ennuie vite. Il a choisi de devenir explorateur. Il l’avait choisi avant même de devenir médecin. » Avec Peste et Choléra, Patrick Deville a acquis une renommée…

  • Littérature

    Concours de nouvelles : Les Grands Gagnants (1/3)

    Le Magazine de la Péniche tient à féliciter le Club-Litté du BDA pour son concours de haute volée et vous permet de retrouver en conséquence l'intégralité des trois nouvelles primées. Distinguées par un jury composé à la fois d'étudiants et de professionnels de la profession (les écrivains Jules Gassot, Arnaud Le Guilcher et Jérôme Attal), ces nouvelles étonnent et épatent par leurs styles, leurs sujets et parfois même la virtuosité de leur plume. Troisième prix, Elliot Khayat a choisi la nouvelle à chute comme format propice à la prose poétique. Un texte habile et onirique. Note : le texte a été…

  • Littérature

    Le dernier Guillaume Musso, Plaidoyer pour un roman de plage

    A l’heure où les sciences-pistes s’acharnent à masquer leur ennui au bord de plages et de piscines, période qu’on nomme communément les vacances d’été, survient parfois un phénomène étrange. Lassé des pavés obscures survolés pour briller dans les diners mondains à venir, ainsi que par les précoces lectures obligatoires des cours du semestre d’automne, il arrive qu’on se laisse aller à considérer le rectangle tape à l’oeil négligemment posé dans un coin. On lit sur la couverture : 7 ans après, de Guillaume Musso. Et pourquoi pas ? Bien sûr, On a toujours dénigré ce genre d’auteurs, cette « littérature plébéienne » qu’il est…