• Le rap des étudiants internationaux à ScPo

      « Un tourbillon d’expériences » c’est ainsi qu’Alexei Ymer-Welsby décrit son échange universitaire à Sciences Po dans une vidéo partagée par la page Facebook de l’institution. Initialement réalisée pour la compétition « Show and Tell » organisée par les Universités d’Australie, Alexei s’y met en scène rappant son expérience d’étudiant international à Paris. Pour mieux comprendre cet étonnant mélange de genres racontant l’expérience des internationaux à SciencesPo, La Péniche a rencontré son créateur. Nous vous conseillons de voir sa vidéo avant de poursuivre la lecture.   La Péniche: Raconte-nous comment t’es-tu retrouvé à rapper ton semestre d’échange à Sciences Po en marinière, une baguette sous le…

  • Faire du droit à SciencesPo, est-ce bien raisonnable ?

    A l’heure où l’école de droit de SciencesPo créée en 2009 fête ses cinq ans, de plus en plus de sciences pistes s’engagent chaque année dans un master droit économique ou d’un master carrières juridiques. L’école compte aujourd’hui 400 étudiants, plus de 15 professeurs titulaires et quelques 200 intervenants extérieurs. Pour autant, quelle est la valeur de cette école de Droit dont la prétention d’apprendre le droit en deux ans agace nombre de ses contradicteurs ? Quelles portes ouvrent cette école de droit ?   Le droit, une matière sans cesse renouvelée Lorsque l’on demande à certains scicencespistes de définir le Droit par un…

  • Sciences Po et les classements internationaux : je t’aime, moi non plus.

    Sur les trois plus grands classements (Shangaï, Times Higher Education et QS World University Rankings), Sciences Po fait pâle figure. A la 214 ème place de QS World University Rankings et non classée au classement de Shangai et du Times Higher Education, l’école est loin derrière les grandes universités américaines et anglaises. En France, elle est systématiquement devancée par la Sorbonne Paris I, l’université Pierre et Marie Curie, Polytechnique et HEC. Même si les résultats sont bien meilleurs par domaines (20 ème en Politique et Etudes internationales), Sciences Po reste, à l’image du panorama universitaire français, le mal-aimé des classements…

  • Autopsie du discours latourien : Sciences Po, l’université anormale, les capteurs et les détours

    A l’occasion de cette Nuit de la Culture et de la leçon de Bruno Latour, « Sciences Po est-elle une université normale ? » on aurait pu craindre l’auto-masturbation intellectuelle qui nous aurait conforté dans notre belle vision de Sciences Po en tant qu’école exceptionnelle. On aurait pu craindre la plate conférence, le banal exercice de style, qui aurait vanté les qualités de la méritocratie et de l’égalité des chances. On aurait enfin pu redouter l’éloge, le tombeau, le pimpant hommage à notre Directeur, « forgeron et refondateur » de notre « Maison ». Bruno Latour a été dans l’entre-deux, évitant nos craintes, s’emballant parfois…

  • Comings and Goings

    “I’d love to go to California,” a French classmate confided to me one Friday afternoon, over coffee at Le Basile. It was a few days before D-Day—February 13—when all Sciences Po second-years would learn which university they’d be shipped off to for their third year abroad. “But it’s always possible for the results to be released a bit before,” she added, gripping her mug in feigned nonchalance. As far as I could tell, it was a weekend defined by the anxious exchanging of rumors and by the feverish refreshing of emails. Though I had only second-hand knowledge of the process,…