Vie du campus

Le BDE : mode d’emploi

elections.jpg

En ce printemps 2010 un certain changement est à l’œuvre au sein de notre Institut : le BDE fait peau neuve. En effet le Bureau des Elèves de Sciences Po a dévoilé il y a maintenant deux semaines son intention de changer ses modalités d’élections en avançant notamment les dates de la campagne. Comment ? Quand ? Pourquoi ? LaPéniche vous dit tout de ce qu’il faut savoir sur cette campagne qui, qu’elle vous amuse ou non, colorera le 27 dans un futur proche.

D’ores et déjà vous avez certainement été abordé, au cours de votre pèlerinage quotidien au 27, par un de ces joyeux drilles réclamant – voire suppliant – votre signature sur une feuille. Pourquoi ça ? Car, comme à l’accoutumée, pour se présenter les éventuelles listes BDE doivent réunir pas moins de 350 signatures. C’est ainsi qu’ayant approximativement atteint le nombre requis on pronostique que 4 listes tenteront de vous convaincre du LUNDI 10 MAI au VENDREDI 14 MAI inclus. C’est à l’issue de cette campagne que vous pourrez voter sur papier ou internet (confirmation attendue). Tout au long de la campagne LaPéniche vous proposera de découvrir les candidats à la succession via des interviews des têtes de listes. Qu’est-ce qui pousse le BDE a avancer la semaine de campagne (d’ordinaire tenue la dernière semaine de cours voire lors de la semaine de révision) ? Une volonté de transparence, indéniablement, car le BDE en poste actuellement entend bien épargner à ses successeurs les problèmes de légitimité que lui même a rencontré à ses débuts.

Car ce BDE (ou List’N’Up+guests) s’est retrouvé, il y a de cela bientôt un an, au cœur d’une des plus vives et obscures polémiques démocratiques de l’Histoire de notre école (et je pèse mes mots). Pour éviter à nos lecteurs qui ne le connaitrait que trop bien un ennui des plus grands et amuser un tant soit peu ceux qui n’en auraient pas eu vent, contons ensemble cet imbroglio électoral à la façon d’une tragédie théâtrale.

Les protagonistes (par ordre alphabétique) :

  • Florian B.ancien élève de Sciences Po (diplômé 2006), désigné par Marco P. comme assesseur de l’élection.
  • Julien Palomomembre de l’administration, responsable (entre autre) de la vie associative à Sciences Po.
  • LaPéniche.netMédia étudiant de Sciences Po, qui hébergea la plateforme informatique des élections, le site du BDE de l’époque n’ayant pu être utilisé pour cause d’engagement dans la campagne de son webmaster.
  • List’N’UpListe dont la totalité des membres composent le BDE actuel.
  • Marco P.Président du BDE 2008 – 2009
  • R.E.G.L.E.S.Liste BDE en lice au moment des élections.
  • VisTaMine Liste dont une partie des membres seulement composent le BDE actuel.

Acte I – Le combat fit rage

Dans un premier temps la campagne suivit son cours. Deux des trois listes occupaient l’espace en péniche à grand renfort de gourmandises sucrées et de mélodies estivales. La première des deux (List’N’Up) est – abusivement ou non, à votre bon vouloir – stigmatisée comme le nouvel avatar du BDE précédent, la seconde (VisTaMine) accusée – … – de n’être composée que de 1A. La troisième liste, plus visible par sa communication internet (des clips tournant en dérision une image caricaturale du BDE) que physique, R.E.G.L.E.S., n’est perçue (et ne se perçoit dans un premier temps) que comme une « vaste blague » en orbite autour de thèmes pour les moins scabreux.

Acte II – « And the winner is… »

Les votes se tinrent toute la journée du vendredi 12 juin sur une plateforme informatique hébergée par LaPéniche.net. A la fin de la journée, à une soirée à laquelle il était, Florian B. put consulter sur son ordinateur les résultats et les transmettre – pour information et pour information uniquement – à Marco P. Celui-ci les transmis à son tour à Julien Palomo qui finalement informa les têtes de listes : R.E.G.L.E.S. est donné gagnant avec une petite longueur d’avance sur List’N’Up.

Acte III – Coup de théâtre

Entre temps, dans cette même soirée du 12 au 13 juin 2009, Florian B., rentré chez lui, put à nouveau consulter les résultats et réaliser qu’il avait inversé deux listes : List’N’Up remportait en fait l’élection. L’information est à nouveau communiquée aux Présidents de listes qui, et c’est compréhensible, crient au scandale.

Acte IV – Enfle la polémique

Les premiers soupçons de tricherie électorale pesèrent – comble – sur la brave Péniche qui dut prouver son innocence. Mais très vite les critiques trouvèrent une nouvelle cible, le BDE de l’époque et son organisation des élections, car des témoignages d’anciens diplômés parurent : le vote avait de toute façon était biaisé par la possibilité qui leur avait été involontairement accordée de voter au moyen de leurs identifiants ENTG, encore valides. L’élection du 12 juin fut officiellement annulée en raison de ce biais et de nouvelles élections « papiers » furent organisées, dans l’ignorance générale, puis annulées de nouveau à la demande des listes.

Acte V – Cooptation

Finalement un accord fut passé entre les listes List’N’Up et VisTaMine qui vit la fusion de la première avec une partie de la seconde, composant un groupe « majoritaire » qui fut reconnu – sur le mode de la cooptation – comme BDE « légitime » par la Commission Paritaire de Sciences Po, lors d’une réunion fin juin 2009.

On peut avancer plusieurs hypothèses quant au pourquoi de cet échec cuisant de la démocratie à Sciences Po. La version officielle veut qu’une mauvaise lecture des résultats soit à la base de cette affaire. Une version plus officieuse court, qui place l’administration de Sciences Po même face au dilemme suivant : d’un côté respecter le vote des étudiants, de l’autre empêcher qu’une liste (à la limite du) scatophile représente l’Institut hors les murs. Le BDE actuel quant à lui ne s’est jamais réellement exprimé au sujet de cette affaire, préférant écarter la polémique afin de poursuivre avec sérénité son action. Toutefois il y a deux semaines il lançait sur Facebook sa campagne d’information quant aux élections, illustrée (je vous laisse deviner) par une photo d’Omar Bongo. Ironie ou autodérision ? A vous de juger.


Pour plus d’information concernant le élections BDE 2009, consulter les archives de LaPéniche : ici, ici, , ici encore et là enfin.

Illustration : Vincent Gautier in http://www.egocyte.net/category/edito-photo/page/5/

11 Comments

  • 1A de passage

    Juste une question, on « découvre » officiellement les listes avec tous les noms seulement le lundi 10 mai et on vote 4 jours plus tard? C’est pas que c’est le vote d’une vie (quoique pour certains) avec un enjeu crucial mais ça me paraît bien court pour se faire une idée des listes, les voir s’entre-déchirer et profiter des massages, bonbons et autres tampons Tampax (surtout) .
    En tout cas, avec 4 listes, ça nous promet une petite semaine sympathique, entre coups de pubs, coups bas et coups de put**. Can’t wait.

  • Jean

    T’es mignon Clément, mais c’est bien beau de se dire ultra et de crier au scatophilisme au premier tampon dressé… Le Rassemblement Ethique pour une Gouvernance Ludique des Etudiants de SciencesPo n’était pas scabreux, juste original, désolé de t’avoir choqué, promis la prochaine fois on distribuera des chocosuisses.

    En plus le problème des élections c’est que si Florian avait vraiment mal lu et inversé les résultats on n’a toujours pas compris comment le nombre de voix avait changé entre les 2 fois où il a vérifié… Des votes « retrouvés » électroniquement c’est quand même beau. Mais bon on va pas revenir là dessus hein…

  • Vingtsangs

    Je remercie le 3A de passage pour ces précisions. Objectivement, il a sa place à la rédaction de La Péniche. Au moins pour « la chronique humoristique de la semaine ».

    Ah oui, sinon, j’avais lu sur ce même site au début de l’année une version un peu plus… enfin, plus proche du point de la liste R.E.G.L.E.S., et au final, le ressenti est quand même différent. Enfin, j’dis ça, j’dis rien.

  • 3A de passage

    Il vous manque des étapes dans votre résumé…

    Etape 1: Le BDE se réveille mi-mai et se rend compte qu’il faut peut-être faire au moins semblant de maquiller la succession en élection. Je cite ici Julien Palomo, croisé dans un état que l’euphémisme qualifierait de ‘passablement énervé’ à ce moment-là: « J’ai vu débarquer dans mon bureau deux jeunes filles du BDE qui m’ont demandé quand étaient les élections. Je leur ai gentiment expliqué que c’était à eux de fixer la date. J’ai appelé Marco P. pour avoir une petite explication avec lui… » .

    Etape je-sais-pas-combien: Suivant le joyeux portnawak de l’élection sur Internet, la direction (aka, le même Julien Palomo, qui dépasse alors le stade d’énervement que le commun des mortels, et donc encore plus lui, peut normalement supporter) et les responsables du BDE sortant, moins parait-il son président déjà parti en stage chez des créateurs de crises financières quelconques à Londres, organisent en catastrophe un vote papier, au beau milieu de la semaine d’exam (il me semble), soit lorsque le 27 est vide. Le jour J, je croise monsieur Palomo (sans savoir que le vote ô combien crucial pour l’avenir de l’univers doit être en train de se dérouler). Il m’apprend que le scrutin devait avoir lieu mais que les assesseurs sensés représenter les différentes listes ne sont pas tous venus, et certains sont arrivés en retard, et que du matériel manque. Et encore, on ne parle même pas du fait que 0 étudiants sur le campus + 0 étudiant au courant du scrutin de sauvetage, ça aurait pas fait beaucoup de bulletins dans l’urne…

    Bref, Julien Palomo a décidé d’arrêter les frais, de fermer la salle et de gérer le bordel un peu plus tard et promet à une mort lente, douloureuse et particulièrement imaginative (et il en a de l’imagination, je vous jure) le BDE sortant, les quelques BDE d’avant (au passage), les listes concurrentes et tous ceux qui de près ou de loin ont eu quelque chose à voir avec ce fiasco.
    On va droit vers une belle réunion de la CP qui pour une fois aurait pu se marrer un peu et passer par les armes les BDE anciens et nouveaux.
    Mais bon, il s’est calmé, personne n’est mort, personne n’a eu à faire de la cabane pour gestion financière Balkanyesque (ce qui, avouons-le, est quand même dommage, ça aurait mis de l’ambiance).

    Finalement, étape je-sais-pas-combien-mais-plus, une Assemblée Générale est convoquée début juillet au BDE pour coopter l’équipe de cette année. Notons d’ailleurs que cette AG-là n’est taxée de « véhicule pseudo-démocratique pour propagande néo-soviétique gauchiste » (oui, je l’ai entendu. Un indice pour ceux qui savent: IForce), alors que, objectivement, c’est pas le moment le plus démocratique de l’histoire du BDE, qui pourtant en a connu de belles, quelle que soit votre définition de la démocratie (sauf éventuellement celle de Iossif Vissarionovitch Djougachvili).

    Mais bon, dans le fond, savoir qui servira les vodkas-pommes tièdes à 5€ à la prochaine soirée de Noël, je sais pas vous, mais comme l’a dit un Corrézien célèbre, ça m’en touche une sans faire bouger l’autre.

  • Jean Louis Bourlanges

    Le BDE c’est un peu comme l’Union Européenne : on n’en parle que durant les élections et le reste de l’année on l’accuse (à tort) de tous les maux …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.