Vie du campus

Elections syndicales 2009 : SUD Etudiant

0.JPGSUD Etudiant est présent à Sciences Po depuis sa création, au lendemain des grandes manifestations de 1995. Antoine Cabon, attaché à la visée intersyndicale de son syndicat, a accepté de répondre à nos questions. Plus qu’un programme, c’est « un autre projet de société » qu’il tient à défendre.

  • LaPéniche.net : L’un des sujets « chauds » du moment est la hausse des frais de scolarité prévue dans le plan « Objectif 2013 ». Que ferait SUD s’il pouvait décider de leur montant ?

On est historiquement opposés aux frais de scolarité, même si on est bien conscient que de dire « l’année prochaine on supprime les frais de scolarité » sans autre aménagement sera difficile. Cependant les frais de scolarité ne représentent que 20% du budget et l’on peut très bien trouver d’autres modes de financement. Ca peut passer par un investissement plus fort de l’Etat, ou, comme ça avait été défendu dans les assemblées générales contre la LRU, par la création d’un fond national financé par les entreprises privées, sans droit de regard de ces dernières, qui serait redistribué par l’Etat aux différentes universités. A partir de là il pourra y avoir une suppression des frais de scolarité couplée avec un rattachement au reste de l’enseignement supérieur. Ce qu’on revendique c’est un investissement égal de l’Etat dans les universités comme à Sciences Po, ce qui veut dire 10 000€ par étudiant au moins.

  • LaPéniche.net : Que pensez-vous du concours d’entrée à Sciences Po ? Faut-il le maintenir ?

Pierre Bourdieu est quelqu’un qui nous influence beaucoup, et comme il l’expliquait très bien, une reproduction sociale se met en place, qu’il y ait un concours ou non. Mais le concours accentue encore cette reproduction des élites : il empêche certains lycéens de s’inscrire en raison de l’issue psychologique qui fait qu’on ne va pas se présenter parce qu’on pense qu’on ne pourra de toute façon pas être pris. Du coup ce concours biaise l’accès pour tous à l’emploi et aux branches qu’ils voudraient.

On est opposé historiquement à la sélection tout court à Sciences Po, même si c’est une solution qui n’est pas applicable du jour au lendemain. C’est seulement en ayant des conditions d’accueil similaires à l’université et à Sciences Po qu’on pourra vraiment supprimer la sélection. A court terme, ce qu’on peut envisager, c’est la suppression du concours, qui est au mois d’août, pour se baser sur le baccalauréat, qui lui est un diplôme national. Donc il faudrait dès l’année prochaine supprimer le concours et instaurer une sélection provisoire à partir des dossiers ; puis, en créant un plan massif dans l’enseignement supérieur, on peut en deux ou trois ans envisager la fin de la sélection à Sciences Po.

  • LaPéniche.net : Plus concrètement, que comptez-vous faire pour améliorer le quotidien des étudiants ?

SUD Etudiant essaie d’aller au fond du problème, or on se rend toujours compte qu’il y a un problème de place dans le 7e arrondissement. C’est l’un des quartiers les plus chers de Paris et du coup les plus chers de France. On considère que ce n’est pas tenable d’y rester. On est pour un déménagement par exemple dans le quartier de la BNF, dans le 14e, où il y a encore quelques terrain vagues qui sont un peu moins chers, ou en banlieue proche avec toujours comme préalable l’excellence écologique : un bâtiment écologiquement responsable et une bonne desserte au niveau des transports, pour qu’on n’aie pas à prendre notre voiture. On pensait notamment au campus de Villetaneuse, et l’on vient de voir, sur le blog de Richard Descoings, qu’il pense que les premières années pourraient y être déplacés. Pour notre part, on sera contre un déplacement partiel des premières années seulement, qui posera vite des problèmes par exemple pour la bibliothèque. Ce qu’on demande c’est vraiment un déménagement complet avec un gros campus qui rassemblerait aussi les campus délocalisés, et du coup une vie étudiante qui serait vraiment parfaite, autant d’un point de vue écologique que d’une restauration de qualité. A court terme, parce que le déménagement ne pourra pas se faire l’année prochaine, on dit d’abord qu’il ne faut pas prendre des bâtiments comme le 13 rue de l’Université, qui a nécessité un engagement massif de Sciences Po, et a coûté beaucoup trop cher. Si on prend des nouveaux bâtiments dans le quartier pour les deux ou trois prochaines années, il faut bien préciser au bailleur qu’on ne va pas y rester, et trouver des bâtiments qui ne demandent pas trop d’aménagements.

Ensuite, nous nous prononçons pour le projet de Pavés qui est une cafet’ autogérée au 13 rue de l’Université, qui mêlerait une vie associative, de la nourriture biologique et équitable et un service entre étudiants, ce qui permettrait de résoudre le problème de la restauration. Pour ce qui est des places en bibliothèque, des espaces verts, on appuiera bien sûr ce genre de réforme, mais aucun syndicat ne s’y opposera. Nous sommes évidemment contre les cours en ligne, ce genre de dispositifs qui provoquent la déshumanisation des savoirs et ramènent les étudiants à une condition d’élève alors que l’élève reçoit un savoir mais l’étudiant débat avec le prof. On est pour un contact humain, que ce soit par des cours avec une présence physique des professeurs, ou par un accueil à l’administration assuré par des secrétaires et non par Internet en cochant des cases sans savoir où on va.

On a aussi une proposition bonus, qui est marginale par rapport à tous les grands chantiers que SUD Etudiant veut mener : ce serait que le BDE puisse disposer de la licence 4 qui permet de distribuer de la bière, ce qui paraît assez logique vu ce qu’est le coût de la bière dans le quartier. Ca permettrait d’avoir un moment pour se relaxer à l’intérieur des bâtiments de Sciences Po, en buvant une petite bière entre copains, je ne pense pas que ça puisse faire de mal !

  • LaPéniche.net : Que pensez-vous des politiques d’aide sociale à Sciences Po ?

On peut voir qu’il y a sincèrement une volonté de l’administration d’accueillir plus de catégories sociales populaires. Mais dans la pratique, ce n’est pas forcément ce qu’il y a de mieux qui est mis en œuvre. Je pense notamment au plan Objectif 2013 qui, pas très ambitieux, scinde la diversité sociale et géographique en deux paragraphes différents, mais sans coupler les deux : avec les 13 000€ que vont payer les étudiants étrangers, il ne peut y avoir de diversité sociale parmi eux.

On est vraiment pour un accès des classes populaires à Sciences Po, qui passe par la fin de la sélection, ce genre de mécanismes qui font que seules les classes aisées tentent le concours. Une proposition qui est aussi défendue par l’UNEF, c’est que les conventions ZEP soient mises en place dans tous les lycées de ZEP et pas seulement dans les lieux choisi par le Prince. Il faut une représentativité sociale et un métissage à Sciences Po.

Pour les aides sociales évidemment on ne peut pas être contre les aides qui sont faites par Sciences Po mais ce qu’on dit c’est Attention! Parce que ce n’est pas à Sciences Po de palier les problèmes qui concernent l’ensemble de l’enseignement supérieur. Dans notre idéal et dans notre projet de société, c’est plutôt à l’enseignement supérieur en général d’aider les étudiants. Il faut une aide sociale mise en place par l’Etat et non seulement par une administration qui gère 7 000 étudiants.

CapturerSUDorg.JPG

  • LaPéniche.net : Pourquoi voter SUD Etudiant ?

On ne considère pas que les élections syndicales vont faire changer beaucoup de choses ; on n’a pas un discours hypocrite. Par exemple, on a récemment eu une assemblée générale où un ancien de l’UNEF nous a raconté qu’il y a eu un projet sur lequel les élus étudiants s’étaient opposés à 7 voix sur 8 en 2004, et pourtant le projet était passé.

Donc même si demain notre nombre d’élus étudiants augmentait et s’il n’y avait que des élus SUD, on ne pourrait pas mettre en œuvre les propositions qu’on vous a énumérées parce qu’on n’a pas assez de pouvoir.

Pourquoi voter SUD Etudiant ? D’abord parce que vous adhérez au même projet de société ; ensuite pour recevoir de l’information. Il faut savoir qu’un élu SUD est un élu qui avant d’aller en conseil fera une réunion qui sera ouverte à tous les sympathisants, ce n’est pas la bureaucratie syndicale qui prend les décisions, c’est un élu qui décide collectivement. Et puis après le conseil, on s’engage à redistribuer l’information, domaine dans lequel les syndicats pourraient mieux faire ; malheureusement ce qui se passe en conseil est souvent flou et on s’y intéresse peu. Vous serez bien sûr intégrés aux prises de décision, vous aurez le droit de donner votre avis et on ne va pas décider à votre place !

Photo : Antoine Genel

37 Comments

  • citoyendemocraterealiste

    Laissez-nous donc épandre notre crétinisme pathologique comme bien nous semble ! Pourquoi donc ouvrir SciencesPo à tous ? Que deviendrait notre usine à « production de l’idéologie dominante » (Boltanski et Bourdieu) ? Où formerait-on les « experts », les « politologues » de plateau-télé dont la vacuité intellectuelle est au moins aussi grande que l’égo ? Comment ferions-nous la promotion du conservatisme progressiste, qui fait en sorte que tout change pour que rien ne change ?
    Comment jetterions-nous des miettes aux classes populaires, en les faisant rêver de devenir, elles aussi, DRH, trader, idéologue « réuplicaincitoyenréaliste » ? La République est bien généreuse! Quoi ? Remettre en cause les présupposés biaisés dont nous n’imaginons pas même l’existence ?

    Laissez donc l’UNEF, le syndicat unique stalinoïde de la « gôche » unique représenter la partie progressiste du Spectacle ! Laissez-là démocratiser l’accès aux postes d’idéologues réificateurs!

    Et puis merde, penser, ça fait mal à la tête.

  • Louisa, UNEF

    Cher Thomas R,

    penses-tu que le problème du coût de la vie dans le 7ème puisse être résolu par un repas au RU?

    Et les loyers? Aussi bien pour les étudiants que pour Sciences Po il me semble que c’est un vrai problème… Si Sciences Po s’installe en banlieue, ça fait un poids en moins dans le budget non?

    Tu es content d’être à Paris? moi aussi! mais quand on sait qu’il n’y a que 3% des étudiants en IDF qui ont accès à une chambre en cité U, je pense que tu ne devrais pas sous-estimer la question du loyer… Si tu n’habites plus chez tes parents, que tu viens de Province, que tu ne reçois pas d’aide financière de ta famille ou du CROUS, les prix de Paris, et surtout du 7ème, sont difficilement abordables. Sans compter le transport, et comme tu le soulignes justement, la vie étudiante (sorties festives et culturelles)

    Alors oui c’est vrai les pauvres ne sont pas obligés de venir à sciences po Paris… Et tout le monde peut bien faire quelques heures de transports par jour pour aller étudier…

  • Benjamin

    MDR et PTDR… quand l’alliance de deux amibes se produit, on appelle ça une tentative d’accouplement hermaphrodite. Encore faut-il espérer que leur progéniture sera morte-née.
    J’hésite à prendre le dit commentaire pour une grosse blague. Après tout, les arguments de ND sont les mêmes.
    Bonnes barres tout de même. Entre Sud et vous, il reste peu de places dans l’amphithéâtre de la vacuité intellectuelle; sans vouloir vous presser, il est l’heure d’aller à la douche, qu’on en finisse.

  • MDR et PTDR

    Gauchistes hors des facs! Ils osent infiltrer notre bel institut qui s’enorgueillit à juste titre de voir s’épanouir les plus beaux esprits d’aujourd’hui.

    68 c’est fini les gars, va falloir vous faire une raison. Faut revenir à la réalité, regardez nous, étudiants de Finance et Stratégie, on est touché par la crise, provoquée par des gens comme vous, le complot islamo-judéo-gaucho-libertaire (il suffit de voir vos listes)! Depuis des millénaires vous mangez notre pain, couchez avec nos filles et égorgez nos enfants avec votre couteau entre les dents!

    Il va falloir un jour dénoncer une bonne fois pour toute cette idéologie liberticide et absurde, qui a fait des millions de morts. Et combien encore? Vous exploitez les peurs des gens, vous êtes avides de gains, populistes avec vos tribuns qui montent sur la place public haranguer la foule avec leurs diatribes subversives. Pas de ça chez nous! Nous voulons du Nouvelle Donne, de l’UNI, de la Cé et que sais-je encore, des gens réalistes qui s’inscrivent dans notre processus réactionnaire de société!

    LA FRANCE AUX FRANCAIS, SCIENCES PO AUX NOTABLES!

  • Louis

    « des propositions populistes utopiques d’extrême-gauche »
    Attends, t’en as pas mis assez… Je te propose : « dangereuses, démagogiques, irréalistes, idéalistes, insensées, indécentes, subversives, graves, abérantes, révoltantes, démentielles, démoniaques, irresponsables, archaïques, arriérées, grandiloquentes, erratiques, illogiques, inconfortables, non-conventionnelles. »
    Et encore
    « d’ultra-gauche, anarcho-syndicalistes, guévaristes, léninistes, trotskistes, staliniennes, maoïstes, soviétiques, bolchéviques, rouges-brunes, couteau-entre-les-dentues, libertaires. »
    Content de déranger sinon…

  • Thomas R

    Le mérite de quoi ? De soulever des propositions populistes utopiques d’extrême-gauche, dont 95% des étudiants ne veulent pas ? J’aurais presque envie de dire : aller bosser vos partiels au lieu de perdre votre temps à chercher des idées plus irréalisables les unes que les autres ! L’UNEF, ND, UNI, etc formulent des propositions censées ! Supprimer la sélection, et délocaliser Sciences Po, c’est vraiment du n’importe quoi. Ouvrir Sciences Po à tout le monde dans trois ans ? Pourquoi pas ! Venez, venez, petits enfants ! On va les trouver ou, les profs, les fonds ? Et surtou : on va les caser ou, les 20 000 personnes qui voudront venir ? Dans votre méga-super-campus irrélisable ? Je suis a Paris, j’en suis très content, comme tout mes camarades. Si vous trouvez les restos du boulevard Saint-Germain trop cher, ce que je comprends, je vous signale qu’il y a des RU pas cher dans le coin.

  • Christian

    Quand bien même je ne partage pas l’entiereté du programme de Sud, je trouve qu’ils ont le mérite de soulever des questions importantes et d’offrir une perspective novatrice, de manière assez intelligente. Il me semble crucial, face à la tendance au centralisme des syndicats « traditionnels » de rencontrer des thèses clivantes et qui amènent chacun à réagir et à débattre. Je partage l’amertume de certains face à la profonde vacuité de certains commentaires qui m’inquiètent quant au niveau de politisation des étudiants de sciences po. Si l’éducation supérieure était performante, sciences po n’aurait pas besoin de se distinguer : en ayant un concours sélectif, en ayant de beaux bâtiments en plein septième, en créant une coterie gonflant artificiellement la valeur du diplôme. Tâchons donc d’avoir une perspective plus large et plus systématique… de faire preuve de jugeotte, en un mot.

  • Cedric

    Non, le plus ridicule est de vouloir prendre de la hauteur quand tout n’est que foutaises, humour et gags. Le programme est risible, donc les gens en jouent, les responsables s’irritent, les apolitiques s’offusquent de l’absence d’un débat de fond, mais au final une chose est sûre, tout le monde s’amuse et l’on arrêtera de se divertir lorsque les élections syndicales serviront vraiment à quelque chose et lorsque les programmes cesseront de balancer des idées aussi vides de sens que celles de cet entretien.

    So just smile.

  • Benjamin

    Vraiment, une poignante hésitation me prend au corps. Répondre? Ne pas répondre?
    Le commentaire comme les articles confirment une chose observable depuis des décennies à sciences po, et c’est leur seul attribut digne de ce nom); les élections ne servent décidément à rien. Entre Antoine qui nous sort l’idéalisme type qui porte certaines personnes à encore croire à la possibilité de sortir pipo de la fange dans laquelle il est né, et les loboto-geekisés adeptes sans aucun doute des soirées BDE (trop dla bombe bébé, mdr ptdr xpdr dtc cmb)… on est en bonne voie.
    La réflexion comme l’activisme semblent des valeurs d’un autre temps. Pourquoi ne pas les traiter d’une manière également d’un autre temps? Un bon génocide de classe et on en parle plus? On fait des merveilles avec les énergies renouvelables.

  • Thomas R

    Je rejoins l’hystérie générale ! Mon Dieu, c’est vraiment à mourir de rire. Supprimer entièrement la sélection, délocaliser Sciences Po, what else ? Cela revient à rayer l’école de la carte ! Avec un programme pareil, vous ferez de grandes choses !

  • ezzdine

    cette série de commentaire est unique, 4 ou 5 types qui se marrent quand on remet en cause leur petit monde à coup de lol et mdr.
    très constructif, et quand un autre répond d’une manière aussi drôle que vos commentaires, vous le considérez sans jugement critique comme appartenant à sud.
    faut peut-être vous dire que le militantisme c’est pas cliquer sur une souris ! enfin bref vous nous faites bien marrer au tout cas.

    un non sudien qui réfléchi un peu

  • Hardi

    Oui Abdère, la joie de MDR fait chaud au coeur, il reste des gens enthousiastes dans ce monde! Toi, en revanche, tu as l’air quelque peu… désabusé, frustré?? Vote SUD, et ta vie sera plus belle.

  • Hrn

    Ma foi, des commentaires utiles, constructifs, avides de débat et de discussion, intéressés et intéressants, qui démontrent des analyses puissantes et d’une grande finesse…

    Vous êtes pas les seuls à rigoler en fait.

  • Abdère

    Oui MDR, tu nous éclaire de ton intelligence lumineuse.
    Tu es heureux quand tu utilise un « pseudonyme » censé représenter ton état jovial et ainsi subsumer tes sentiments derrière ton acronyme.
    Tu es heureux quand tu « poste » des message sur des sites. Car ta jouissance onaniste n’a d’égal la frénésie avec laquelle tu tapes sur ton clavier. Tu aimes ça.
    Tu es heureux quand tu « update » ton « profil » facebook. Cela te met en joie d’employer tous ces mots anglais. Tu sens que tu appartiens à ce grand tout mondial.
    Oui tu es heureux.
    Et tu nous fait part de ta bonne humeur.
    Et de l’inanité qui t’habite.

  • MDR

    J’admire la finesse avec laquelle s’achève cette puissante diatribe. Si votre programme était aussi inspiré…a non je m’arrête là car avec des Si on mettrait Paris en bouteille n’est ce pas? ^^

  • MDR

    J’admire la finesse avec laquelle s’achève cette puissante diatribe. Si votre programme était aussi inspiré…a non je m’arrête là car avec des Si on mettrait Paris en bouteille n’est ce pas? ^^

  • Marie

    re MDR!!! je croyais que tout y etait, mais non! il manquait la poesie!
    merci, du fond du coeur merci. une seule chose: ne vous arretez pas, c’est trop bon!!
    bibiz

  • Antisthène

    « Posséder l’intelligence ou une corde pour se pendre ».
    Si tant est que les commentateurs anonymisés par le dispositif disciplinaire mise en place par la grande partouze internationale du vide technologique, représentent l’effectif sciences po, on verra bien des suicides au balcon de Boutmy. Et sur les tables de Nouvelle Donne.
    Allez, continuez de militer via Facebook et de réifier vos êtres-là dans ce grand panoptique auquel vous êtes heureux d’appartenir. Oui, car quand on vous encule, vous souriez.

  • MDR

    je m’associe a Aurel et Hardi pour souligner l’humour poignant de votre interview. Merci pour les bons moments que SUD nous fait passer.
    Votez SUD Votez pour plus de blagues sur lapeniche.net

  • Droole

    Je m’associe à Aurel et Hardi pour souligner l’humour poignant de votre interview. Merci pour les bons moments que SUD nous fait vivre. Votez SUD, Votez pour plus de blagues sur lapeniche.net

  • Mdr

    Un campus en banlieue, fin de la sélection, suppression des frais de scolarité, êtes vous sûrs de vous présenter aux élections syndicales de Sciences Po? Ce sont de telles idées qui feront qu’un jour ( jamais j’espère ) Sciences Po ne sera plus qu’une formation parmi d’autres…

    « on n’a pas un discours hypocrite » >> Non ce n’est pas de l’hyprocrisie mais bien le populisme typique de l’extrême gauche qui avec ses rêves d’égalitarisme détruit l’excellence.

    Alors oui à l’extension des CEP, à la création d’une prépa publique ou internet accessible à tous, oui aux objectifs de mixité mais non au nivellement par le bas de Sciences Po dans le seul but de satisfaire les fantasmes égalitaires que vous répandez dans un programme vide de sens. Vous êtes le seul syndicat à proposer des idées dont le seul énoncé fait rire n’importe quel étudiant sensé. Sciences Po est une école de l’excellence qui s’est ouverte et continue à s’ouvrir mais j’espère qu’elle ne deviendra jamais une sorte de fomation quelconque en sciences humaines classée au bas des guides d’orientation comme ce qui arriverait si on mettait en oeuvre votre « programme ».

    PS: La distribution de bière est finalement la seule proposition drôle du projet.

  • Alex

    … et nous voilà une preuve criante que Sud n’est qu’une façade qui dissimule des trotsko-mangeurs de bébés archéo-passéistes.

    L’Etincelle, sors de ce corps ^^

  • Antoine

    Désolé pour la photo, je viens d’en prendre une et de la mettre; ce syndicat a tellement de succès que quand je suis passé jeudi je n’ai pas pu prendre de photo: il y avait trop de monde sur le stand.

    En tout cas content de voir que la seule chose que tu critiques dans cet article soit la photo.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.