Vie du campus

Elections du BDE : le Droit de Réponse de la Commission électorale

En réponse aux légitimes interrogations des listiers candidats à la reprise du BDE pour l’année universitaire 2010-2011 et de leurs futurs usagers, la Commission électorale créée par la révision des statuts du BDE samedi 17 avril 2010 tenait à rendre publiques ses décisions.

Selon l’Article 10 des nouveaux statuts du BDE :

« La Commission électorale est composée du Bureau sortant ainsi que d’un représentant de la direction de l’Institut d’Etudes politiques de Paris et le Vice-président étudiant de la Commission paritaire. Il est présidé par le Président du Conseil d’Administration dont le vote compte double en cas d’égalité. Les membres de la Commission ne peuvent se faire représenter et ne peuvent faire partie d’une liste des listes candidates

» Il est compétent pour le litige électoral strict, à l’exclusion des aspects financiers, notamment des dotations que le Conseil d’Administration sortant accorde aux listes candidates.

» Il est compétent pour prononcer la clôture des listes candidates, vérifier les éventuelles incompatibilités des membres et le respect des critères de qualité des membres.

» Il se réunit au minimum au moment de la clôture des lites candidates et après la clôture du scrutin. Il peut être réuni à la demande d’une des listes candidates. » Il peut prononcer l’exclusion d’un membre ou d’une liste, de manière temporaire ou définitive. L’exclusion temporaire est votée à la majorité des 4/5ème alors que l’exclusion définitive est votée à la majorité absolue des membres de la Commission.

» Son but est de faire respecter la Charte des élections du Bureau des Elèves, adoptée par l’Assemblée Générale de l’Association sur proposition du Conseil d’Administration qui a valeur de Règlement Intérieur, en accord avec le Règlement de la vie étudiante de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris, et notamment son préambule, ainsi que les lois et les règlements de la République.


» Il peut prononcer l’exclusion d’un membre ou d’une liste, de manière temporaire ou définitive. L’exclusion temporaire est votée à la majorité des 4/5ème alors que l’exclusion définitive est votée à la majorité absolue des membres de la Commission.

» En cas d’impossibilité de déclarer un vainqueur à l’issue du scrutin, l’Assemblée Générale est saisie de la question.

» Chaque décision doit être motivée par écrit, classée dans un registre mis à jour et mise à disposition des membres de l’Association. »

L’une des questions soulevées par une liste candidate, revendication relayée par LaPéniche.net, est : pourquoi le module informatique utilisé lors de la procédure de reconnaissance des associations n’est-il pas adapté et remis en service à cette occasion ?

Il n’aura pas échappé au corps étudiant que le module de la procédure de reconnaissance des associations propose à chaque élève de donner deux voix – par « chaque élève », nous signifions tout élève régulièrement inscrit administrativement et pédagogiquement pour l’année universitaire en cours, Collège universitaire, Masters, mais aussi doctorants. Lorsque cette solution a été proposée devant la Commission paritaire le 8 mars 2010, j’avais, représentant la Direction de Sciences Po, émis devant les élus des réserves techniques sur sa faisabilité. La Direction des systèmes d’information de Sciences Po l’a confirmé : les informaticiens de Sciences Po ont besoin d’une période de tests et de développements afin d’adapter ce module à la situation présente, à savoir restreindre à une voix le vote, et retrancher les élèves de première et deuxième année des campus conformément aux décisions de la Commission électorale (qui s’est appuyée sur le Règlement de la vie étudiante qui pose que les élèves des campus votent pour leur propre BDE). Il ne s’agit pas de simples modifications du php du module : la fiabilité d’une telle plateforme tient essentiellement à son raccordement au logiciel de gestion de la scolarité de Sciences Po, Banner, qui assure tous les contrôles nécessaires. A ce stade, la DSI de Sciences Po fait tout son possible pour la livrer pour les prochaines élections. Si nous avons du attendre la Commission Paritaire du 8 mars 2010 pour discuter cette option, c’est parce que le BDE, dans un soucis de transparence, a tenu à écrire une nouvelle charte électorale permettant un déroulement plus serein de ses élections. Cette démarche prend du temps certes, mais elle est extrêmement positive et largement encouragée par les élus de la Commission Paritaire (élus que vous avez choisi en février 2010).

Pourquoi, de ce moment, le BDE sortant et les listes candidates ont-elles, sur les conseils de la Commission électorale, renoncé à faire appel à un prestataire informatique extérieur ?

La Présidente étudiante de la Commission paritaire, Louisa Acciari, et moi-même, n’avons pas voulu aller à l’encontre des décisions des conseils qui gouvernent Sciences Po, le Conseil de direction et la Commission paritaire, décisions prises à la veille des élections syndicales cette année : recourir à des sociétés informatiques extérieures, spécialistes du vote électronique. Vos élus ont émis des doutes raisonnables sur les solutions techniques proposées et ont remis à un examen ultérieur par les groupes de travail du Conseil de direction et de la Commission paritaire la décision d’expérimenter le vote électronique à Sciences Po (vote du 9 novembre 2009, consultable ici : http://www.sciences-po.fr/formation/pdf/PVCD20091130.pdf. Un premier groupe de travail sur la question se réunira le lundi 31 mai 2010). La Commission électorale a décidé de me confier, ainsi qu’aux mêmes équipes de la Direction des études et de la scolarité de Sciences Po qui ont veillé en février au succès des élections syndicales, l’organisation d’un scrutin traditionnel dont nous pouvons certifier qu’il sera d’une parfaite fiabilité (tenue des bureaux de vote par des responsables pédagogiques de Sciences Po, présence d’assesseurs choisis parmi les élus étudiants et les membres de chaque liste, plutôt que dans le BDE sortant).

Comme nombre d’entre vous s’en émeuvent sur LaPéniche.net, les élections l’an dernier étaient organisées de façon pour le moins douteuse, plus par inexpérience que par malveillance, dois-je immédiatement ajouter. En attendant que soit mise en place la solution informatique prônée par certains listiers et qui, j’en suis heureux, emportera la satisfaction de la majorité du corps électoral, nous avons décidé de reproduire à l’exact le dispositif des élections syndicales qui sont également, dans l’esprit du même corps électoral, un modèle de rigueur. Je tiens à rappeler que les élections papiers n’ont rien d’anormal, de scandaleux, ou de douteux. C’est aujourd’hui le type scrutin le plus fiable, et un scrutin qui fait tous les ans ses preuves.


La participation sera favorisée. Un calendrier serré de flashs newsletter est prévu d’ici le scrutin ; un débat qui devrait être fort médiatisé sera organisé le mardi 11 mai à 12h30 en amphithéâtre Emile Boutmy. Quant au problème des procurations, une solution satisfaisante a été trouvée, qui garantit que les certificats et cartes d’étudiant fournis pour le recueil des signature ne seront pas réutilisés : une adresse de messagerie est d’ores et déjà disponible, procurations.bde2010@sciences-po.org, où les étudiants hors les murs souhaitant participer au scrutin peuvent nous faire parvenir leur procuration, la copie de leur justificatif d’inscription, et le nom de l’étudiant à qui ils donnent procuration. Tout électeur se présentant au bureau de vote muni de procurations qui n’auraient pas été signalées à cette adresse se verra refuser ces procurations. Pour votre information, la Commission paritaire du lundi 3 mai 2010 doit étudier ces dispositions et proposer un cadre en vue des élections de mai 2011.

> Procurations :

Le système dont nous avons convenu avec les listes ce 29 jeudi 29 avril n’est pas spécialement léger mais nous pouvons en garantir la fiabilité.

L’étudiant absent de Sciences Po doit envoyer une procuration a procurations.bde2010@sciences-po.org (il en a la possibilité dès maintenant), sur le modèle : « Je soussigné, X, donne procuration à X pour les élections du 12 mai 2010 », accompagnée d’un scan de sa carte d’étudiant ou d’un certificat de scolarité en absence de carte d’étudiant. Seule obligation – légale – le scan (ou photo) d’une signature. Il doit mettre en copie de ce mail l’étudiant à qui il donne procuration. Nous sommes ainsi certains que les procurations qui seront présentées le jour du scrutin ne sont pas une simple réutilisation des cartes et certificats collectés pendant le recueil des signatures.

Pour assouplir le système, et dans la mesure où l’adresse procurations.bde2010@sciences-po.org sert d’instrument de contrôle (seuls Louisa Acciari et moi en avons les codes, pas le reste de la Commission électorale), nous avons autorisé un étudiant à être porteur d’un nombre illimité de procurations.


Article par Julien Palomo pour la Commission Electorale.

9 Comments

  • CamilleD

    Vote donc PlayListe, tu seras donc ravi de payer 20 euros l’entrée aux soirées de la PlayListe. C’était leur promesse électorale lorsqu’il leur fallait des signatures.
    En attendant nous avons une idée différente des moyens financiers des étudiants.

  • soit dit en passant

    « Depensez environ 25 euros a une soiree bde pour boissons, taxis, entree nous semble trop cher! » je pense que cela se passe de tout commentaire!

    Si je comprends bien… vous voulez faire des soirées à moins de 10 euros l’entrée et à moins de 10 euros les 5 hards? (quand il est question d’une vraie soirée en boite bien entendu!)…

    Il vous arrive de sortir de temps en temps à Paris (a part justement dans les soirées BDE?)… A l’alimentation générale, la pinte est à 5,5 E, au CAB la bouteille est à 200 E (à 5 dessus, cela revient à 40 euros uniquement pour les boissons), aux soirées de Noël des écoles de commerce l’entrée est à au moins 17 euros (pr les adhérents) et peut atteindre les 25 E et leur consos sont en générale plus chères qu’au soirées bde de pipo…

    Le grande différence est que dans les écoles de commerce, les bde sont appréciés par les étudiants, soutenus par l’administration de l’école (qui comble à tout va le déficit de leurs soirées (s’il y en a un bien entendu)) et surtout la baisse des prix (que se soit les adhésions, entrées ou autres) n’est jamais un argument de campagne. Leurs étudiants préfèrent dépenser en moyenne 100 euros de plus sur l’année, mais savoir que les soirées seront, pour le moins, correctes (de bons djs, de l’alcool buvable etc.)!

    DONC, par pitié, arrêtez de sombrer dans ce populisme malhonnête! Dites aux étudiants les choses telles qu’elles sont réellement! Avec de pareilles envolées Camille, il me semble tout à fait légitime qu’on vous demande un budget prévisionnel (ne serait-ce que pour l’orga d’une soirée).

    ET l’argument du… les boîtes ne veulent pas nous donner ou négocier tant qu’on est pas élus… blabla, au contraire les boites donnent toujorus certaines indiacations et s’ils ont confiance dans la liste ils font plein plein de dons en nature!

     

  • CamilleD

    Je suis ravie de cette reponse de l’administration, elle nest pas ideale mais facilite grandement la participation des 3a dans des conditions qui ne mettent pas en doute la sincerite des scrutins.

    Je n’ai jamais directement accuse l’administration et encore moins les syndicats de participer a un complot. J’ai juste souligne qu’il y avait des mesures qui s’additionnaient etrangement et qui favorisaient la PlayListe. Jai beaucoup discute avce Julien Palomo et je pense que l’administration ne mesurait sans doute pas les consequences de certaines de leurs decisions (comme autoriser uniquement deux procurations par personne).

    Le doute, le scepticisme vient du desastre de l’annee derniere.Les rumeurs disent que l’administration a finalement favorisee les sortants sur la liste R.E.G.L.E.S. Il y a des rumeurs car il n’y a jamais eu de clarifications sur ce qu’il s’est passe exactement.

    Il me semble que cest normal detre sceptique quand il y a tant de convergences douteuses.
    Aujourd’hui, avec ces nouveaux efforts, l’administration ne me semble pas trop biaisee. Juste tres mal organisee. Mais je pense que l’an prochain cela ira mieux.

    Pour les propositions concretes, tu peux regarder notre programme, tu ne seras pas en reste.

    Pour le reste, il me semblerait irresponsable de s’avancer sur des chiffres. En effet, nous voulons baisser les prix. Depensez environ 25 euros a une soiree bde pour boissons, taxis, entree nous semble trop cher. Nous voulons donc trouver des lieux moins chers et plus originaux. Aussi, nous voulons faire des partenariats avce des entreprises mais beaucoup dentre elles nacceptent de discuter qu’apres l’election. Il y a donc beaucoup trop de variables en jeu pour s’avancer sur un prix.

    Alors les projets concrets, malheureusement, il faut les trouver ailleurs que sur des details financiers. Neanmoins je peux te dire que nous avons negocier avec le shell de la rue du bac un dejeuner SGSH a 2,50 euros. Et je peux aussi te dire que cest le bde sortant qui organise (trouve le lieu…) le week end dintegration: cetait prevu depuis longtemps visiblement.

  • Soit dit en passant

    Par rapport à l’utilisation de la plateforme de reconnaissance des asso, in « Elections BDE, Chronique d’un fiasco annoncé »

    « Avec cette idee je pense que c’est possible car c’est facile a faire! Si Julien Palomo recoit plein de mails, il ne pourra pas les ignorer!

    CamilleD »

    Es-tu satisfaite Camille, tu as non seulement été entendue, mais on t’a même répondu publiquement et, pour le moins, de manière détaillée et rigoureuse…

    A cet article tu répondrais quoi? (Inclurais-tu Julien Palomo et les syndicats, Unef en tête, dans le complot du « bde génétiquement et socialement renouvelable »?.) Cette dernière mention car vous avez clairement fait campagne sur ce registre via facebook.

    C’est juste tellement décevant qu’au lieu de faire une vraie campagne de promotion de leurs listes, les uns comme les autres s’obstinent à s’accuser, à se défendre, à se dénigrer, à s’insulter presque. C’est pour quand la liste BDE qui s’en foutra un peu des BDE précédents et qui ne verra pas le complot ou qui ne voudra pas faire table rase (pour le principe de faire table rase) du passé…

    Dans aucuns des programmes on ne retrouve des engagements concrets – combien coutera l’adhésion l’année prochaine, l’entrée des soirées, les wends (cb de personnes? où? des fourchettes de prix?). Une simulation de budget pour montrer aux étudiants qu’à part leur coté fun, cool et frais, c’est aussi des jeunes sérieux qui comprennent l’envergure du truc. Ce que j’adore le plus c’est: « des soirées MOINS CHERS, dans des endroit insolites avec de GRANDS DJS », oui et l’histoire de la marmotte qui emballe le chocolat vous connaissez…

    A mon modeste avis, il ne faudrait pas s’attendre à des miracles l’année prochaine.

  • un autre ami qui vous veut du bien

    Pas mieux, bon résumé.

    D’ailleurs, pour répondre à Florian, quand on envoie au Krit une équipe de « Pom’Putes », je trouve que ça prépare bien le terrain pour le retour de ces pratiques…

  • Un ami qui vous veut du bien

    Florian : en terme de kilos de procurations à ton nom, tu as une certaine expérience en plus 😉 Tu as complètement raison.

    Arrêtons le délire un moment, il faut se rendre à l’évidence : les étudiants de Sciences Po sont incapable d’élire un BDE de façon normale. C’est un constat froid et lucide mais chaque année c’est le même bordel. L’article de IVV le montre bien !
    Il faut croire que nous sommes trop procéduriers et qu’on appelle Papa à l’aide dès qu’on a un problème : seule l’Administration peut nous sauver c’est bien connu ! On n’est pas Français pour rien après tout.

    Et puis franchement, vous vous rendez compte, en 2010, 25 siècles après la démocratie athénienne, on en est encore à voter avec des morceaux de papiers dans une boite en plastique ! Mais où est le progrès !!! C’est bizarre mais les élections syndicales, c’est un vote papier non ? Personne n’a jamais trouvé cela dérangeant, pourquoi cela serait un scandale pour le BDE ?

    Le BDE a Sciences Po a une image exécrable, c’est un fait, mais malgré tout, il conserve un espèce de statut mystique qui fait que tout ce qui l’entoure est forcément mystérieux et donc suspect … Mon Dieu, ils demandent de l’argent à des sponsors !!! Mais c’est un scandale ! Je préfère le dépenser dans un orphelinat à Yaoundé moi !

    Le vote papier n’est il pas le meilleur moyen que seul les gens que cela intéresse puissent s’exprimer pendant ces élections ?? Il y aura 200-300 personnes qui feront l’effort de se faire entendre mais cela n’empêchera pas les 7000 autres élèves de notre belle institution de gueuler car il n’y a pas assez de places au Gala, que de toute façon c’est trop cher, que le local c’est pas bien et puis de toute façon j’aime pas leur coupe de cheveux…

  • djougachvili

    Bash, bash, bash… Je m’apprêtais à expliquer gentiment à Clément Caillol que j’acceptais ses explications (cf. article précédent) et que je regrettais de m’être emporté dans mon post, mais voir resurgir les habituels censeurs – Florian est Florian B., n’est-ce pas ? qui n’a pas peu contribué à foutre la merde l’an dernier – m’écoeure tout spécialement. Son BDE a peut-être été plus clean ? Je suis le seul a avoir une mémoire, ici ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.