Vie du campus

WEI 2007 Premier Cycle (I) : Take a walk on the WEI side

Ce vendredi 12 octobre, la Péniche a été mystérieusement investie par des centaines de jeunes gens charriant de petites valises à roulettes. Toujours prête, LaPéniche.net a lancé ses équipes sur le terrain pour enquêter sur cet étrange phénomène. A 17h30, les intéressés ont tous convergé à l’angle du boulevard Raspail et de la rue de Sèvres, perturbant le traditionnel flot de professeurs sérieux, élèves en retard et mères-au-foyer-du-septième-avec-poussettes…

Quelques bousculades plus tard, les 250 sciences potaches de l’expédition étaient tous -presque- sagement entassés dans des cars. Le car numéro 4 s’est particulièrement distingué lors du voyage ; on a pu y voir le staff du BDE au sommet de sa forme, ainsi que quelques revenants de 2A décidés à donner le ton de ce WEI 2007 : dès les cinq premières minutes, les réserves d’alcool prévues –ou pas- pour le voyage, étaient liquidées. Se sont définitivement grillés : William B. , ayant fait les pires harmonies de l’histoire des chansons paillardes ; Arnaud S., souffre-douleur officiel du BDE ; Suzie J., alcoolique sortie de l’anonymat – et bien d’autres, dont on taira les agissements ! Le conducteur du car, notre bien-aimé Sylvain, est actuellement en cours de béatification pour le flegme dont il a su faire preuve malgré les « à-poil-Syl-vain » qui retentirent au cours de la seconde partie du voyage.

C’est au son du désormais légendaire « Amphi Boutmy, amphi Boutmy, pour te faire ** demande à Richie » que les futurs intégrés investirent la charmante bourgade de Montigny-en-Morvan.

Avec la ponctualité caractéristique de ce genre d’expéditions, la fête put commencer vers 1h du matin. A ce stade, la Rédaction s’excuse du flou des détails qu’elle peut vous communiquer sur la soirée. Ont néanmoins été aperçus : Biteman, digne représentant du BDE dans la zone du bar ; les Boys Bandent et leur sens aigu des jeux de mots ; Ben Laden, fraîchement délocalisé en Bourgogne ; Bacchus au sommet de son art ; un Bolchevik, toute une armée de Bonnes, une Brigitte Bardot, une Bohémienne, un Beauf, un Brésilien et tant d’autres vinrent compléter les trésors d’imagination déployés par tout Pipo en cette première soirée de WEI.

Des témoins dignes de confiance ont certifié avoir vu, le lendemain matin, un groupe de jeunes gens au teint livide, à l’œil hagard, aux cernes historiquement creusées, se presser autour de quelques quignons de pain ornés de « pâte à tartiner » éco + et du café compris avec. Ce grand moment de gastronomie écoulé, on pouvait passer aux choses sérieuses. Sans aller dans les détails des activités de l’après-midi, on pourra en retenir les conséquences matérielles par l’examen d’un t-shirt BDE à 17h : à 17h, tout t-shirt BDE qui se respecte était garni d’une vaste auréole de Flamby harmonieusement complétée de longues traînées de Pastis, elles-mêmes entourées d’un alléchant fumet de bière préalablement réchauffée au soleil de Bourgogne.

La soirée fut celle du sentiment national : jamais promo de Pipo ne fut plus patriote, et la Marseillaise retentit maintes et maintes fois dans la salle des fêtes (parfois entrecoupée d’appels à la mère à Willou) jusqu’au moment M de l’heure H où nous fûmes forcés de boire pour oublier. Quelques membres de l’AS sont à l’heure qu’il est toujours sous le choc. Mais les traumatismes furent vite vaincus par le déferlement sur scène d’une masse de chair en mouvement – masse qui fut ensuite identifiée comme résultant de l’élection de Miss et Mister WEI. Se sont illustrés : Roxane B., Miss WEI largement plébiscitée ; Thaïs G. et ses kikis Britney ; les occupants de l’appartement 7, au sommet du délire à 7h du matin…

Deux heures de sommeil et quelques tartines éco + plus tard, les 250 fantômes du voyage se rassemblaient devant le terrain de pétanque pour une session bronzage/photo souvenir avant d’embarquer à nouveau à bord des cars. L’ambiance y fut inexplicablement moins énergique qu’à l’aller. On observa cependant des pics d’adrénaline à l’apparition d’une paire de fesses devant le pare-brise, à la découverte des révélations du dossier sexe de Elle et à l’annonce d’une pause Mac Do (qui a dit que le droit constitutionnel était l’intérêt profond du Sciences Po ?).

Toujours fidèles à leurs principes, les membres du BDE nous ramenèrent à bon port avec deux heures de retard après le week-end le plus WEI de l’histoire du 27…

Contre toute attente, votre envoyée spéciale a survécu à toutes ces épreuves et est aujourd’hui là pour témoigner.

11 Comments

  • Witold

    Je comprends fort bien la jalousie de ne pas avoir été un des happy-few du vodkar, mais sachez que le vodkar est le seul car digne de ce nom. Les autres ne furent que de pâles copies à l’ambiance mollassonne.

    Bisous

  • Gabriel

    On va le redire une bonne fois pour toutes: le meilleur car, c’est le Kartouz. Ca a été dit et redit et il n’y a rien à y redire. Vive le Kartouze!!!

  • Lucille

    Ah au moins une fière représentante du Kartouz. Je vois que chaque article et donc chaque rédacteur fait la promo de SON bus mais vous n’y êtes pas, le Kartouz était bien meilleur que le Vodkar ou autre "bus n°4"… Tsss ces jeunes !

  • Charles Le très tès mais alors vraiment très beau

    COMPTE RENDU OFFICIEL DU BDE

    1) les membres administrationnant susditement ladité ont duement observé et notifié par interposition que le vod’car est le seul car dans lequel l’ambiance a été identique a l’aller comme au retour.
    2) attendu qu’aucun car n’était à sevres bab au rtour du vod’car, il est motivé que celui ci est le premier grace aux qualidfications expresse de wladimir son chauffeur

    La voix du BDE est parole d’évangile
    amen

  • Sarah

    En effet je crois que le Vod’car a largement battu les autres, en attendant les articles du WEI le resument assez bien. En attendant vive Vladimir et restez WEI!

  • Camille

    Je crois surtout que vous n’avez pas saisi la profonde spiritualité, le délire bachique, les chants lyriques, les vibrations produites par.. le CARTOUZE ! (arrivé le premier à sevres-bab d’ailleurs)

  • Alexandre

    J’ai envoyé mon article hier soir, il devrait être publié très prochainement! Effectivement je pense que certains ne se sont pas rendus compte de la suprêmatie du Vodkar (le nom parle de lui-même) sur l’ambiance du week-end

  • jean

    En effet suivant les cars, les bungalows, les groupes d’amis et équipes, les versions du WEI et anecdotes diffèrent… On attend ton article avec impatience (appréhension ?) Alex… Belle article quand même, malgré l’ineptie sur le car 4 alors que tout le monde sait bien que le seul car, le vraie, l’unique, fut le Vodkar.

  • Alexandre

    Je vois que ça balance pas mal de dossier! C’est marrant comme on a vraiment pas les même anecdotes (tu verras ça quand mon article sera plublié)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.