Vie du campus

Un Ancien chez Areva

Etudiant en Masters à Sciences Po de septembre 2004 à juin 2006, Louis Cointreau possède un parcours aussi bien éducatif que professionnel, en tout point atypique. Ainsi afin de vous montrer, à vous étudiants, attirés par les domaines techniques, les différentes portes qui vous sont ouvertes à la sortie de Sciences Po, La Péniche vous détaille dans cet article le parcours de celui qui est actuellement « Contract Manager » chez Areva.

Au sortir de sa Terminale, il rentre en classe préparatoire à Paris jugeant que le diplôme d’ingénieur est celui qui permet, en France, d’avoir le plus d’options à la sortie des études. Deux ans plus tard il réussit le concours des Arts et Métiers et quitte la capitale pour Angers. Mais la perspective de devenir ingénieur ou de faire un métier technique ne l’enthousiasme pas. Il postule donc pour des écoles de commerce mais passionné par la politique internationale, il fait le « choix du cœur » et rentre à Sciences Po pour suivre un master en Affaires internationales. Après deux ans passés au 27 rue Saint Guillaume, Louis Cointreau est employé dans le cadre d’un VIE (volontariat internationale en entreprise) pour Technip au Qatar sur un chantier de construction d’installation gazière. Il rentre au « pire moment imaginable pour trouver un emploi, fin 2008, une semaine après la faillite de Lehman Brothers. Le marché du travail est alors bouché mais après six mois de « galère » il obtient un post de Contract Manager chez Areva.


Areva Lorsqu’il choisit Sciences Po, Louis Cointreau ne rejette pas son diplôme d’ingénieur, il cherche au contraire à acquérir des connaissances dans des domaines tels que la géopolitique, l’économie et le droit pour compléter sa formation. Cependant il n’a pas d’idée précise du travail qu’il souhaite faire une fois le diplôme en poche, il affirme même « je ne savais pas à quoi m’attendre, car personne ne le sait; étudiant, on ne connaît pas vraiment les postes ». Apparemment adepte des Humanités scientifiques, il veut travailler dans un secteur technique avec une forte implication politique, comme l’énergie. Attiré par l’étranger, il se rend au Forum des VIE : le Volontariat International en Entreprises (loi du 14 mars 2000) permet aux entreprises françaises de confier à un jeune, jusqu’à 28 ans, une mission professionnelle à l’étranger durant une période modulable de 6 à 24 mois, renouvelable une fois dans cette limite. L’entreprise Technip, leader français des groupes parapétroliers, recherche alors quelqu’un pour gérer des problèmes contractuels sur une plateforme pétrolière au Qatar. Il laisse son CV, passe deux entretiens, un de motivation et un autre en situation, et est engagé quelques semaines plus tard. Sur la plateforme, on lui attribue en raison du manque de personnel sur place, de nombreuses responsabilités. Son travail consiste à faire de la gestion contractuelle, c’est-à-dire négocier, avec les sous traitants leur demande, ultérieure au contrat, de compensation supplémentaire. Ces demandes sont généralement du à des modifications du contrat entraînant des surcoûts et des retards. Outre les négociations, il gère la correspondance contractuelle avec les sous traitants et approuve les paiements sur la base des conditions de contrat. Il faut cependant savoir que les conditions de travail sont difficiles et que les salaires d’un VIE sont relativement bas. Ces deux ans constituent pour lui une expérience enrichissante, « si c’était à refaire, je le referais », nous précise-t-il. Aujourd’hui son « job » chez Areva est à peu près le même. La différence c’est qu’il a un travail beaucoup plus élevé dans la hiérarchie, il n’intervient plus que sur les gros dossiers, alors qu’avant il avait un portefeuille de « petit sous-traitant », toutes proportions gardées.

article_photo_1207904990072-7-0.jpgMais quel a été et est l’impact de Sciences Po sur son parcours professionnel ? En ce qui concerne la recherche d’un emploi, Louis Cointreau a pu bénéficier à Sciences Po, de rencontres avec des entreprises et d’une journée formation, préparant pour la recherche d’un emploi (lettres de motivations, CV, entretien). Le droit est très utile dans son travail, car il y négocie des litiges liés à l’exécution d’un contrat après la signature. La compréhension des raisonnements juridiques est donc essentielle. En revanche, le contenu des autres matières ne lui sert pas directement. C’est la méthode et l’esprit de Sciences Po qui l’aident le plus. Il déclare ainsi : « Le fait d’avoir fait Sciences po m’a donné des méthodes et de l’entraînement pour améliorer mon expression écrite et orale, et ma façon de communiquer et de présenter, c’est primordial. L’école m’a donné une ouverture culturelle et une connaissance du monde, très utile lorsqu’on travaille dans un contexte multiculturel ».

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.