Vie du campus

The WEB WATCHER n°2 : « Je te spamme, tu me spammes, nous te spammons : la procédure de reconnaissance des associations « 

Même si tu n’as pas internet, on t’a nécessairement tendu en péniche un joli tract destiné à t’émouvoir quant au sort des enfants guatémaltèques, de la faim dans le monde et des superbes moustaches géantes (journal humoristique). Mais la procédure de reconnaissance des associations, outre des stands remplis de bonbons au 13 rue de l’université, se passe avant tout sur internet. Aujourd’hui, on ne peut pas monter un projet collectif ou diffuser un message sans avoir recours à internet.

Facebook, l’outil indispensable pour une communication ciblée

La magie de facebook repose sur une réactivité permanente. Constamment en évolution, le site s’adapte à ses utilisateurs grâce à leurs informations. Au final, vos « amis » constituent une immense base de donnée en temps réel, c’est une aubaine incroyable pour une entreprise qui cherche à cibler un certain type de consommateur. A l’échelle de Sciences-po et d’une association, Facebook vous permet de diffuser rapidement et facilement votre message. De plus, les intéressés seront réorientés sur votre page. En outre, si vous avez une vidéo, le réseau social vous permet de la diffuser rapidement à vos abonnés et de la partager. Si lorsqu’on se connecte sur n’importe quel réseau, on ne peut pas passer côté de votre page, c’est que vous avez réussi à faire passer votre message. Ainsi, à sciences-po, la combinaison « facebook-twitter » est rarement utilisée par les associations.

D’une part, le « news feed » (fil d’actualité) de facebook sélectionne des actualités qui pourraient vous plaire (en théorie). Pour tester la réactivité du site, le Web watcher vous propose une expérience simple : postez plusieurs fois un mot sur votre timeline, puis regardez vos publicités à droite. Si vous avez opté pour le mot « manga » ou « sexe », vous découvrirez sûrement une annonce pour un site de rencontre entre passionné de manga ainsi que les dates de la prochaine paris manga.

D’autre part, une opération de communication bien orchestrée sur internet peut parfois sauver la mise d’une association qui peine à dégoter ses 120 soutiens. Ainsi, dans le cas du MHS (le mouvement humaniste et social), bien que porté par un projet politique louable : « le mouvement humaniste et social a vocation à s’étendre chez tous ceux qui croient en la possibilité d’un avenir où la valeur de l’homme et de la vie serait réaffirmée. » L’association avait une stratégie de communication médiocre qui ne mettait pas en valeur son projet. Néanmoins, une opération de spam promptement menée lui a sauvé la mise au dernier moment.

284179_287719028009095_789904093_n-1.jpg

Le meme : l’avenir de la propagande ?

Le mimétisme n’est pas une nouveauté pour le genre humain, mentionné pour la première fois par le biologiste américain Richard Dawkins dans son livre le gêne égoïste (1976), la mémétique humaine est un phénomène qui se rapproche selon Dawkins de la génétique. En effet, les phénomènes culturels fonctionnent par duplication, ainsi, nous reproduisons à l’instar d’un gêne les comportements dominants. Cependant, l’extension à internet du meme au XXIe siècle pourrait changer notre rapport à internet. Apparu à l’origine aux Etats-Unis, le «internet meme» reprend un comportement humain pour le tourner en dérision, la force du meme repose dans sa simplicité, son universalité et la rapidité de sa diffusion. Ainsi, une actualité peut se retrouver déformer, afin d’en faire un meme. Récemment, le saut dans l’atmosphère de l’autrichien Félix Baumgartner a déchainé les passions. Une aubaine commerciale pour red bull dont le logo ornait la combinaison du casse cou autrichien.

REdbull.png fElix.png

En politique, le meme est une formidable arme destinée à détruire l’image d’un candidat sur internet. D’une part, la touche humoristique qui s’associe avec une image ou un fait contribue à désacraliser la personnalité politique. Ainsi, la campagne américaine s’est également déclinée en meme, dans sa chanson « I got 99 problem », le rapeur Jayz a recomposé au profit d’un certain Barrack Obama son hit en « I got 99 problem but Mitt ain’t one ». Alors simple gag ou arme médiatique, le mémétique sur internet n’est pas prêt de s’arrêter.

Obamajayz.png

A sciences-po par contre, le meme en est à ses balbutiements. Cette stratégie de communication n’était pas franchement utilisée par toutes les associations, les ténors du genre reste Inside Electronic Pipo dont le « spam meme » répétitif s’est déchainé durant la campagne. (A sciences po on meme beaucoup mais pas à la folie)

cresnyan.png

2 Comments

  • Suipilut

    « En politique, le meme est une formidable arme destinée à détruire l’image d’un candidat sur internet. « 

    Non, le meme sert tout aussi bien à promouvoir un candidat, une citation, une idée, un parti. Obama a fait l’objet de nombreux memes positifs. Son célèbre lolcat ne visait pas la destruction de quoi que ce soit

  • Konrad

    Attention, ce n’est pas parce que le « mème internet » tire son nom de la théorie de Dawkins que c’est la même chose. Parler de « mémétique », ça donne une allure scientifique au mème qu’il n’a pas. Tu peux dire mème, comme tout le monde.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.