Vie du campus

Réunion d’information sur le Canada

Son année à l’étranger a changé la vie de Matthew Thomas. Pour ceux qui ne le savent pas, Matthew est américain et il est chargé de mission pour l’Amérique et le Canada. Le Canada, d’ailleurs, parlons-en ! (Ça tombe bien, c’est justement le sujet de la réunion d’information sur la troisième année qui a eu lieu hier après-midi.) Le Canada a récemment été classé par l’ONU en tête des pays où il fait bon vivre. Et le Canada, ça n’est pas que le sirop d’érable et les caribous. Non, c’est aussi un pays sûr et stable, où la nature est grandiose, le système universitaire de qualité, où les soins de santé sont excellents malgré la proximité avec les États-Unis, où bla bla bla…

Le Canada, c’est, surtout et en ce qui nous concerne, quatre provinces et dix-huit universités partenaires pour une quarantaine de places en 2007-2008. La liste ci-dessous indique le nombre de Sciences Po en échange cette année. Matthew Thomas précise d’ailleurs que ce nombre doit pouvoir être porté à quatre voire cinq étudiants par université.

Québec

Université de Laval (Québec) : un étudiant
Université de Sherbrooke : aucun étudiant cette année mais l’échange ne demande qu’à être mis à profit !
Université de Montréal : deux étudiants
HEC Montréal (qui, précisons-le, n’est pas une succursale de notre HEC française) : un étudiant
Concordia : quatre étudiants
McGill : quatre étudiants
Université de Québec à Montréal (UQUAM) : quatre étudiants

Le Québec est une province bilingue. Cependant, certaines universités sont exclusivement anglophones (c’est le cas de McGill ou de Concordia) ou francophones (Laval, par exemple). Pensez donc à vérifier les tests de langue requis en conséquence. Attention à Montréal : la tentation est grande de n’y parler que français…

Ontario

Carleton (Ottawa) : trois étudiants
Université d’Ottawa : trois étudiants
Université de Toronto : quatre étudiants
York U (Toronto) est une des rares universités canadiennes à taille humaine (2 200 étudiants) : quatre étudiants
Queen’s U (Kingston) : zéro étudiant
Université de Western Ontario (London) : zéro étudiant

L’Ontario, autre province bilingue, est au bord des grands lacs et aux portes des États-Unis, situation géographique stratégique s’il en est pour ceux qui souhaitent être à un jet de pierre de New York ou de Chicago.

Alberta

Université d’Alberta (Edmonton), la plus au Nord des universités partenaires de Sciences Po : zéro étudiant
Université de Calgary : un étudiant

Colombie britannique

Simon Fraser University (Burnaby/Vancouver) : trois étudiants
University of British Columbia (Vancouver) : cinq étudiants
University of Victoria-British Columbia : un étudiant

Matthew Thomas précise que, comme son nom l’indique, la Colombie britannique est la plus britannique des provinces canadiennes ; au programme : plates-bandes et jardins religieusement entretenus.

Quelques avantages des universités canadiennes

Les universités canadiennes sont réputées plus flexibles que leurs homologues américaines. Elles sont, d’une part, moins regardantes sur les dossiers (les grades ECTS « C » sont relativement moins handicapants) ; d’autre part, les scores requis au TOEFL ou à l’IELTS sont, souvent mais pas toujours, moins élevés.

Budget

Parce que troisième année rime avec gros budget (oui, je suis inspiré), la DAIE nous a fait part d’un budget-type et purement indicatif. Pour un an à Toronto, qui est parmi l’une des villes les plus chères du Canada avec Vancouver, comptez :

• Billets d’avion : 700 CAD
• Logement : 600 CAD × 9 mois = 5 400 CAD
• Nourriture : 200 CAD × 9 = 1 800 CAD
• University Health Insurance Plan : 513 CAD
• Téléphone : 30 CAD × 9 = 270 CAD
• Voyages : 2 000 CAD

Soit, au total, 11 000 CAD, soit plus ou moins 8 000 euros (taux de change favorables). C’est moins que pour une année à New-York, plus que pour une année à Mouscron (Belgique).

C’en est tout pour ce compte-rendu, LaPéniche.net vous tiendra au courant des prochaines réunions ! N’hésitez pas à vous renseigner directement auprès du Centre des Amériques de la DAIE : Matthew Thomas prend des rendez-vous à partir du 19 octobre. Autre source de renseignements : les sites Internet des universités.

13 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.