Vie du campus

MCM (I) : Le master Management de la Culture et des Médias supprimé !

Le master Management de la Culture et des Médias (surnommé « Master Chômage de Masse » pour son peu de débouchés) va être supprimé dès la rentrée 2008. La dernière promo MCM sortira donc de Sciences Po en 2009. Les trois spécialités qui sont aujourd’hui proposées – Équipements artistiques et culturels, Presse et éditions, et Audiovisuel et cinéma – seront rattachées respectivement au master Affaires publiques, à l’école de Journalisme et enfin à l’école de la Communication (créée à la rentrée 2007).

EDIT : Ci-dessous pour plus d’information, le message de Jean-Baptiste Nicolas (Directeur des études) aux élèves du master MCM

« Cher(e)s élèves, Comme vous le savez, Sciences Po a successivement créé une Ecole de journalisme en 2005 et une Ecole de la communication en 2007. Le positionnement des différentes filières de la mention « Management de la culture et des médias » doit aujourd’hui être mis en cohérence avec la nouvelle cartographie des masters de Sciences Po issue de ces innovations.

A partir de l’année universitaire 2008-2009, chacune des filières de l’actuelle mention « Management de la culture et des médias » du master de Sciences Po sera donc réorganisée, et adossée à une autre mention du master (Ecole de la communication pour la filière « Métiers de l’audiovisuel et du cinéma », Ecole de journalisme pour la filière « Presse et édition », Affaires publiques pour la filière « Equipements artistiques et culturels »).

L’objectif de cette réorganisation ne consiste pas à renoncer à assurer les formations dont vous bénéficiez aujourd’hui, mais à l’inverse à préserver chacune de ces filières, qui souffrent aujourd’hui tant d’un problème de cohérence interne du master que d’un problème de positionnement de la mention par rapport aux autres formations de Sciences Po.

Il était naturel d’en informer en premier lieu vos représentants élus étudiants – ce que nous avons fait dans le cadre de la réunion de la commission paritaire de ce lundi 19 novembre.

Nous souhaitons également vous rencontrer collectivement pour expliquer notre décision, recueillir vos réactions et suggestions, et répondre aux questions que vous pourrez vous poser.

Nous vous invitons donc à une réunion qui se tiendra le vendredi 7 décembre, à 15 heures, amphithéâtre Émile Boutmy, en présence de Laurent Bigorgne, directeur adjoint de Sciences Po.

Je compte sur votre présence. J’espère vous y retrouver nombreux.

Bien cordialement, Jean-Baptiste Nicolas »

41 Comments

  • Laurie

    Nous allons justement publier une interview de Laurent Bigorgne sur le sujet ainsi que le compte-rendu de la réunion d’information sur la suppression du master MCM et la réaction d’une de ses élèves !

  • Lina

    Bonsoir,
    Je suis en 4A à l’IEP de Lille. Je suis sidérée par la suppression de ce Master que je voulais essayer d’intégrer en 5A avec la convention de mutualisation. Que signie exactement "adosser la filière AV et cinéma à l’école de communication" ?? est-ce que ce sera un master à part entière, accessible par le biais de la convention de mutualisation?
    L’IEP de Paris était le seul IEP à proposer une telle formation, c’est vraiment, vraiment dommage que ce ne soit pas maintenu.
    Merci d’avance pour vos infos.

  • raf

    Je ne peux que me réjouir que mes priorités sont aussi partagées par des gens qui ne travaillent pas pour le milieu culturel. D’accord aussi pour le fait que la méritocratie ne règne pas pour ces métiers.

  • ...

    Un master ne se définit pas par ses débouchés, mais ses contenus et ses élèves. Si ceux-ci poussent des cris d’orfraie dès qu’on touche à leur réputation d’excellence, on a lieu de douter de leurs talents. Le talent ne questionne pas.

    En l’occurrence, tu ne fais pas cette erreur. Mais il est aussi très convenu de faire valoir son goût pour théâtre, le cinéma d’auteur ou le patrimoine culturel français, qui ma foi n’est pas l’apanage de ceux qui prétendent travailler dans le milieu de la culture. Tu admettras aussi, je pense, que la méritocratie n’est pas toujours flagrante dans ces métiers et que la reproduction sociale joue pas mal… (mais ne généralisons pas non plus)

    tu as tout à fait raison: ces commentaires n’étaient pas bienveillants (pas méchants non plus). Mais ils visaient les élèves, pas la filière. Quand on veut bosser dans le théatre ou le cinéma, qu’on ne se plaigne pas des critiques et de la précarité du métier, elles en sont les bases

  • raf qui répond

    Réponse à ceux qui m’ont répondu.

    D’abord, je vais expliquer ce que veut dire « s’intéresser à la culture » puisque, apparemment, c’est creux. S’intéresser à la culture, c’est avoir besoin aller voir plusieurs films par mois (et pas que des productions divertissantes, cela va de soi), faire du théâtre toutes les semaines, adorer lire, avoir étudié la danse classique et contemporaine pendant quinze ans dans un Conservatoire National de Région et en sortir avec le diplôme pour enseigner. S’y intéresser, c’est penser que si la France est encore connue dans le monde entier, ce n’est pas que pour L’Oréal ou Total. La danse classique a été inventée en France, l’exception culturelle française n’est pas une utopie, Paris est une capitale culturelle et doit le rester. S’intéresser à la culture, c’est vouloir que la culture ait une place importante dans nos vies, nous éduque et nous réveille. Ce n’est pas de l’idéalisme naïf à l’état pur mais simplement une priorité, un choix.
    D’autre part, quand je dis qu’il y en a qui visiblement méprise les métiers de la culture, je ne fais pas référence à la dénomination « Chômage de Masse ». Je veux travailler pour le monde culturel et je sais que les places sont peu nombreuses instables. Un peu d’humour ne fait pas de mal et puis après avoir fait L, je suis vacciné, j’ai eu ma dose de « série poubelle », « série de glandeurs » ou autres, ça ne me dérange pas. Seulement, lorsque l’on dit « si vous avez besoin qu’on ne dise que du bien de vous, c’est peut-être qu’il y lieu de douter de vos talents », ce n’est pas bienveillant. Ou encore « le MCM semble tant souffrir tant d’un 8e lien google », ce qui n’est pas vrai. Ce n’est pas parce que deux étudiants demandent qu’on enlève le titre que tout le master crie au scandale et accuse le lien de Google de leur empêcher. Enfin, si on dit que « s’intéresser à la culture est une phrase un peu vide », considère-t-on aussi que travailler pour la culture parce qu’on s’y intéresse est tout aussi vide de sens ?
    Si j’ai une facilité à me sentir méprisé, je note aussi une facilité à critiquer la formation pour les métiers de la culture et ceux qui la suivent. C’est bien connu, la culture c’est olé olé ! Néanmoins, je ne doute pas que la majorité à Sc Po respecte ce master et ses étudiants actuels. Je ne suis ni parano ni idiot.

    Pour finir, je trouve cela dommage qu’un master se définisse principalement par le nombre de ses débouchés et sa place dans le marché du travail. C’est pragmatique mais regrettable (là je le reconnais, je suis utopiste !)

  • Sid

    D’abord c’est pas Master Chômage de Masse, mais Master Chômage et Mendicité.
    Et en plus on l’a supprimé parce que ça faisait doublon avec le Master Recherche qui vont finir à l’ANPE, et que ni TF1 ni le Figaro, ni la BNP ne voulaient financer des gens qui s’"intéressent à la culture". Comme si la culture pouvait rapporter de l’argent… C’est même pas rentable.

  • raf

    Pourquoi êtes-vous tant à mépriser les métiers de la culture ? Pourquoi ne pas nous laisser faire de tels métiers même s’ils sont mal payés et qu’il y en a peu. Merci de respecter ceux qui ne s’intéressent pas à l’économie, la politique,…. mais à la culture.
    C’est ne pas vous qui allez galérer pour trouver un job. C’est notre choix et on l’assume. Désolé de faire tâche à Sciences Po !! mais c’est le monde culturel qui est comme ça; ce n’est ni la faute de la formation ni des étudiants, on ne le répétera jamais assez…..

  • Lauren

    Vous pouvez en effet comptez sur LaPéniche pour vous tenir au courant ! Une interview de JB Martin, directeur de la scolarité du MCM, est notamment à venir. Si vous avez des questions/interrogations/hésitations, n’hésitez pas à les poster ici…

  • 3A

    peut-on compter sur lapeniche pour faire un compte-rendu détaillé de la réunion du 7 décembre. Parceque après tout, ceux qui sont le plus concernés par la décision, c’est les 3A qui peuvent difficilement s’y rendre!

  • Aglae

    Pour répondre à Félix, en 5A du master MCM nous sommes à peu près 70 étudiants : une trentaine en équipements artistiques et culturels, une trentaine en audiovisuel, une douzaine en presse et édition.

    Et en réponse à "azerty" ("ca n’est pas parce que plusieurs du master ne trouve pas d’emploi que la formation est mauvaise") : les étudiants du master MCM trouvent tous un emploi ! plus difficilement, plus lentement, à des conditions salariales beaucoup moins palpitantes que celles des étudiants de droit éco, de F&S ou de GRH. et c’est ça je pense qui pose problème : nos salaires d’embauche font baisser la moyenne de sciences po. nos salaires sont à peine plus élevés que ceux d’étudiants de la fac titulaires d’un master Métiers du livre ou Management des entreprises culturelles. on passe quasi-obligatoirement par les cases stage – restage – CDD – reCDD – CDI… mais bon, du boulot on en trouve, je crois.

    et puis il faut arrêter de réagir aussi brutalement face à l’expression "master chômage de masse" : c’est de l’humour et nos employeurs n’en ont vraiment rien à faire. déjà qu’ils ne comprennent pas franchement ce que signifie "management de la culture et des medias" et qu’il faut expliquer à chaque fois… plus simplement, ils se foutent même du nom de notre master. alors on peut bien le détourner avec un peu de second degré !

  • ...

    je parlais des MCM
    je veux dire, ceux qui font AP, finance, urbanisme n’ont pas grand chose à faire qu’on fasse des blagues sur leur master? ou bien si, je ne sais pas. Ce qui est drôle, c’est que le MCM semble tant souffrir tant d’un 8e lien google. Est-ce que ça en dit long sur ce qu’ils font et la valeur de leur formation? Je ne crois pas, mais à être aussi zélé à éliminer tout commentaire malveillant ou surnom désobligeant, on se dit qu’il y a un problème.

  • LaPéniche.net

    De toutes les façons c’est trop tard, même si on voulait modifier l’article cela ne changerait rien : le référencement ne changera pas sur Google (même si on enlève cette mention elle apparaitra toujours sur la page de résultat.)
    Comme le disait Florian il y a quelques commentaires.

    Je rappelle que c’est un surnom donné par les gens du master eux-même, qui évoque juste le fait que ce master a des difficultés non pas à cause de la compétence des étudiants mais à cause du secteur en lui-même.

    ——
    " "…" a dit :
    si vous avez besoin qu’on ne dise que du bien de vous, c’est peut-être qu’il y lieu de douter de vos talents….je dis ça, je dis rien ^^

    je dis cela sans mépris, mais si votre crédibilité est entamée par d’aussi innocents commentaires, posez vous des question…"

    Tu parles de qui ? LP.net ou les étudiants de MCM ?

  • Sarah

    Non mais je pense qu’il a tout de même raison… Si on googlise "Management de la Culture et des Médias", le 8ème link obtenu (sur la première page donc) mentionne ainsi :

    Le master Management de la Culture et des Médias supprimé …
    – [ Translate this page ]
    Le master Management de la Culture et des Médias ("MCM"), surnommé Master Chômage de Masse pour son peu de débouché, va être supprimé dès la rentrée 2008. …
    http://www.lapeniche.net/blog/index.php?2007/11/26/380-le-master-mcm-serait-supprime – 14k – Cached – Similar pages – Note this

    Nul besoin de lire les commentaires sur LaPéniche ni d’entrer dans les pages de forum-scpo, c’est la première chose qu’on lit dans la description du site, c’est quand même dommage…

  • Z.

    Et moi je propose qu’à chaque fois qu’un titre d’un quelconque journal déplaît un tant soit peu à quelqu’un, il soit édité!
    "Jeremie Margeault" ==> nan mais tu craques, là. Si t’as fait ce master, c’est parce que les sujets abordés te plaisaient, pas pour avoir un job à la sortie.

  • ...

    effectivement, c’était une blague, faite pour souligner que les gens du MCM, confiants qu’ils sont, à raison, dans la qualité de leur formation, pourraient éviter de demander l’abrogation d’une expression sous prétexte qu’elle porte ombrage à leur réputation

    On ne peut pas être à ce point tatillon sur les mots….à moins que leur niveau ne soit qu’affaire de réputation… (blague, je ne sais même pas ce qu’on y fait dans ce master d’ailleurs et je ne leur souhaite que de réussir)

  • Thomas

    Pour "…" ,
    j’ai envie de te dire vive la démocratie, d’aucuns pourraient simplement fermer la section commentaire dès que ça commence à déplaire.
    Nous ne le faisons pas. Tout simplement parce que nous admettons la critique, sauf quand elle est irrecevable -ou proche de la blague, comme c’est le cas ici.
    Quant à nos talents, je ne suis pas jury au Goncourt, donc je ne débats pas! 😉

  • Witold

    Oh, c’est fou, lorsqu’on googlise "master chômage", c’est également le MCM qui apparaît en première position…

    C’est un scandale, d’ailleurs, si la promo 2007 du MCM ne trouve pas d’emploi, je ne saurais que trop leur conseiller d’attraire forum-scpo en justice pour diffamation.

    La remarque de Thomas est tellement vraie. Nous n’allons pas bannir les expressions "Sciences Pipo" et consort sous prétexte qu’elles "font mauvaise pub".

  • ...

    si vous avez besoin qu’on ne dise que du bien de vous, c’est peut-être qu’il y lieu de douter de vos talents….je dis ça, je dis rien ^^

    je dis cela sans mépris, mais si votre crédibilité est entamée par d’aussi innocents commentaires, posez vous des question…

  • Béné

    Mais attendez là c’est ridicule en plus. Dans le titre on ne mentionne même pas "chômage de masse". Le titre c’est "le master management de la culture et des médias supprimé", rien de plus basique quoi.
    Alors tu veux peut être qu’on censure : "le master management de la culture et des médias… biiiiiip".
    La blague.

  • azerty

    la peniche a t-elle déja éditée??
    ca n’est parce que plusieurs du master ne trouve pas d’emploi que la formation est mauvaise, c’est juste que aller dans la direction du master c’est comme aller en journalisme !

    mais personne ne doute de votre superbe formation scpo (culture en plus attention !)

  • ohhhjoli

    JE suis pour que La péniche garde le titre !!c vraiment ridicule de changer, c’ets un journal bon enfant, pas crédible à l’extreme pour un employeur voila !

    on est à l’université alors ce qui ce dit c’est tout à fait commun, et encore a sciences po c’est gentil !

    pour la derniere citation du com précédent se voulant sarcastique ?? !! difficile à voir ! a mon avis a scpo l’avis et ce "qui se dit" est super important, surtout quand l’admin est muette sur beaucoup de choses

    deja que lapeniche ne veut pas se mouiller pour donner son avis, je vois pas pk elle changerait le titre

  • Thomas

    ALORS JE DEMANDE SOLENNELLEMENT A CE QUE PLUS PERSONNE N’UTILISE LES MOTS SCIENCES PIPO OU PIPO TOUT COURT… ça nous fait mauvaise presse, non?

    Vous savez les gens, moi je vous aime bien quasiment tous en tant que camarade de Sciences Po, et même si je vous connais pas. Mais y’a un moment où il faudrait pas trop tirer sur le ponpon.
    "nous souhaiterions que le titre, au moins, de l’article soit changé."
    Et un encart d’excuse en première page, avec la mention "excusez nous de faire des articles sur à peu près tout en utilisant des expressions utilisées par la plupart des étudiants de Sciences Po", faudrait y penser.
    Mais bon, je dis ça, je dis rien.

  • JEREMIE MARGEAULT

    SUPER IMPORTANT :

    JE FAIS PARTIE DU MASTER MANAGEMENT DE LA CULTURE ET DES MEDIAS – 5e ANNEE. LORSQUE L’ON TAPE "MASTER MANAGEMENT DE LA CULTURE DES MEDIA" SUR GOOGLE : ON TOMBE DES LA 1ere PAGE DE REFERENCEMENT SUR

    "MASTER CHOMAGE DE MASSE".

    Vous imaginez que si un employeur ou maitre de stage potentiel fait des recherches sur notre Master, c’est vraiment de la très mauvaise pub, qui en plus est abusive puisque ce n’est pas pour des raisons d’emploi que le master est réorganisé.

    Après en avoir parlé avec d’autres camarades du Master, nous souhaiterions que le titre, au moins, de l’article soit changé. J’aime bien ce que fait la Péniche et c’est en tant qu’ami et camarade de Sciences Po que je vous demande cela.

    Merci de faire le nécessaire dans les plus brefs délais, je pense que les raisons en sont assez claires.

    Bien à vous…

    Jérémie

  • Valentine

    A. : et puis ce n’est pas comme si LaPéniche avant inventé ce surnom… On est un peu mous et institutionnels tu comprends, alors on répète bêtement ce qui se dit (notamment à l’intérieur du master MCM)…

  • Lauren

    Aucun mépris, aucune volonté de ne pas respecter ce master : ce surnom je l’ai appris de la bouche de gens en MCM et c’est précisemment ce master là que je voulais faire.

    "Certes, il souffre de peu de débouchés mais ce n’est pas à cause du master en lui-même, ni des élèves, mais bien du secteur culturel en ce moment."
    -> qui a dit le contraire ?

    Désolée de t’avoir blessé(e ?) en tous les cas.

  • Aglae

    "Master Chomage de Masse" : c’est une pointe d’humour qui reflète la réalité du manque de création d’embauches et de créations de postes dans la culture, en comparaison aux autres domaines vers lesquels s’orientent les étudiants de Science Po. Mais pas la moindre trace de mépris… Je suis en MCM et la première à employer cette expression avec désinvolture. Parce que non, ce n’est pas le master ni les étudiants qui sont mauvais, mais simplement le secteur culturel qui est d’un accès difficile… Mais je suis bien persuadée que valorisé et redynamisé, ce master aurait pu être maintenu à Sciences Po.

  • Aglae

    Oui merci Florian d’avoir précisé que les stats des diplômés de 2006 sont fortement influencées par le recrutement de France 24. En temps normal, les medias et la culture ne représentent pas tant de débouchés pour les étudiants de Sciences Po, ni même l’un des trois premiers secteurs de recrutement !

  • A.

    Chère Péniche,

    que t’arrive-t-il ?
    Garde stp ton "ton neutre" que certains trouvent mou et institutionnel mais par pitié, arrêtez l’humour nul (cf Martine et les private jokes) et surtout le mépris : "surnommé Master Chômage de Masse pour son peu de débouché" !!

    L’info est importante certes, mais ajouter ce surnom débile à ce master n’ajoute absolument rien à l’article.
    Certes, il souffre de peu de débouchés mais ce n’est pas à cause du master en lui-même, ni des élèves, mais bien du secteur culturel en ce moment.
    Et puis ayez au moins un peu de respect pour ceux qui sont dans ce master en ce moment et qui peuvent avoir des doutes sur le plan de la valorisation de leur formation plus tard. Ou alors dézinguez les autres master aussi pour être un peu équitable.
    C’était vraiment une remarque ridicule, gratuite et un peu bête de votre part, reconnaissez-le.
    Et je me permets de vous dire ça parce que je vous aime bien.

  • Florian

    Il me semble que ça avait été souligné lors de la publication de l’enquête : l’année 2006 n’est pas forcément représentative pour ces métiers, puisque la création de France 24 avait entrainé une très forte embauche d’étudiants de Sc Po dans cette nouvelle chaîne, qui a été le 2ème recruteur de la promo 2006 (après BNPP). Ce serait étonnant que cela se renouvelle.

  • Eve

    Ce qui signifie que la spécialité presse et éditions deviendra sélective! Sans aucune garantie, en plus, que la direction augmente le nombre de places en Ecole de Journalisme suite à cette restructuration, au vu de ce qui ressort de la dernière Commission Paritaire.
    Si on peut se permettre d’ajouter que l’Enquête Jeunes Diplômés 2006 de Sciences Po montre bien que les secteurs de la presse, de l’édition et de la culture représentent plus de 15% des débouchés de Sciences Po, et que donc l’allégation sur le "master chômage de masse" et la fatalité en matière d’absence de débouchés… C’sst totalement faux!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.