Lettre ouverte à Monsieur Frédéric Mion, directeur de l’IEP de Paris, par Sciences Po pour le climat

Monsieur Frédéric Mion,
Directeur de l’IEP de Paris
A Paris, le 10 mars 2019

Monsieur le Directeur,
Comme cela n’a pas dû vous échapper, un large mouvement pour le climat est en train de prendre une ampleur inédite partout dans le monde. Face à la grave dégradation de la planète par notre système économique et social, sans que rien ne soit entrepris à grande échelle pour la stopper, ce mouvement exprime son désir de sortir d’un système basé sur la croissance à tout prix et de connaître un futur vivable pour toutes et tous. Il n’est plus possible d’ignorer les multiples études scientifiques, et les innombrables témoignages citoyens qui démontrent un peu plus chaque jour le lien entre notre mode de vie actuel et la crise climatique et écosystémique que nous vivons. Le dernier rapport du GIEC (AR6) est formel : au-delà de 2°C de réchauffement la situation pourrait atteindre un niveau critique de non-retour, menaçant très sérieusement l’avenir de l’humanité et du vivant dans son ensemble. Le temps pour agir est compté. Nous ne pouvons plus nous permettre d’être stoïques face à l’inaction de nos représentant.e.s et de nos institutions. L’inaction et l’inconséquence de nos représentant.e.s. face à la gravité de cette menace suscite notre désarroi et notre colère.

Face à ce contexte alarmant, la jeunesse se mobilise partout dans le monde pour demander aux États d’agir. Un appel à faire grève pour le climat a été lancé pour le vendredi 15 mars prochain et a trouvé un véritable écho chez les jeunes, étudiant.e.s comme lycéen.ne.s, rejoint.e.s ensuite par des centaines d’enseignant.e.s et de chercheur.ses, appelant tout.e.s à l’action. Il est maintenant temps pour nous, étudiant.e.s, doctorant.e.s, enseignant.e.s de l’IEP de Paris signataires de cette lettre, d’appeler à notre tour à faire grève le 15 mars pour réclamer l’engagement immédiat de mesures ambitieuses pour enrayer la destruction de notre environnement et ainsi préserver notre avenir et celui des futures générations.

Compte tenu de l’ampleur et de l’urgence de cette crise, une mobilisation immédiate et inclusive est absolument nécessaire. C’est pourquoi nous souhaitons vous proposer, Monsieur le Directeur, d’y prendre part et de nous aider à engager Sciences Po dans ce mouvement. École de formation des décideurs et décideuses de demain, Sciences Po a un rôle crucial à jouer tant pour son image en France et à l’international que pour le bien-être de ses étudiant.e.s. Un grand nombre d’étudiant.e.s de notre école souhaite se rendre à la grève mondiale du 15 mars pour montrer leur détermination à inscrire le climat comme priorité d’action dans l’agenda politique. Nous voulons donc vous inviter à tout mettre en œuvre pour que cet engagement ne nous pénalise pas dans notre scolarité. Cela pourrait
passer par l’annulation d’une partie ou de tous les cours de cette journée, ce qui montrerait dans le même temps un véritable soutien de Sciences Po vis-à-vis de cette mobilisation inédite. L’autre solution envisageable est une banalisation des absences des étudiant.e.s allant manifester, afin de permettre à tout.e.s celles et ceux qui le veulent de se mobiliser pour l’avenir de la planète sans qu’ils et elles puissent en pâtir.

En parallèle de cette journée, nous pensons qu’une profonde réflexion sur le rôle de Sciences Po dans cette transition (pratiques, enseignements, intervenant.e.s, informations, financements) doit être engagée avec vous et tous les corps intermédiaires concernés.

En espérant que cette lettre puisse recevoir un écho favorable de votre part face aux enjeux critiques mais essentiels qu’elle porte,

Veuillez recevoir, Monsieur le Directeur, l’expression de nos sentiments les plus sincères et engagés.

Sciences Po pour le climat, au nom de tous les étudiant.e.s de l’IEP mobilisé.e.s pour le climat

Laisser un commentaire