Vie du campus

Les vainqueurs du concours « Si j’étais directeur… » !

L’équipage de LaPéniche est heureux de vous présenter les trois gagnants du concours « Si j’étais directeur… » organisé en décembre dernier. Conscients du côté virtuel de notre démarche et pour nous rapprocher un peu plus de la réalité, nous nous sommes astreints à relativiser l’exigence de transparence et à ne pas rendre nos délibérations trop rapidement. Le comité parallèle que nous formons espère que vous apprécierez ce choix qui ne vise qu’à rendre plus crédible notre démarche.

Affiche concours

Parmi la quinzaine de programme reçus, beaucoup étaient drôles, certains scandaleux, d’autres très politiques.

Sur la forme, les candidats ont eu tendance à valoriser le pouvoir des vers et nous ont envoyé poèmes et fables dans une proportion étonnante. Cette appétence pour la forme poétique est largement confirmée par le succès de « Spotted Sciences Po Paris » qui publie quelques alexandrins, de facture plutôt inégale.

Sans plus ergoter, nous vous présentons le programme de la charmante Gaétane Lefèvre, qui a été jugé le plus convaincant par les membres du comité parallèle, et celle-ci est donc élue Directrice de Sciences Po ! (Nous remercions donc Mademoiselle Lefèvre de se présenter dès lundi au bureau de Monsieur Casanova, Président de la FNSP, pour lui notifier son élection)

1er prix : Gaétane Lefèvre

Mesdames, Messieurs, Membres du Grand Conseil de Sélection,

« Je ne crois pas qu’il y ait de bonne ou de mauvaise sit… » Stop, niet, nada, niente, over. Fini le blabla. Fini le pipeau. Il est temps. Grand temps que le petit peuple de cette école se lève et s’exclame ! Finies les lamentations noyées dans les binouzes du Basile plein à craqué voire même du Bizuth (eh oui, en tant de crise…). Over. Séchons nos larmes de regrets, de tristesse et de rage, et prenons les rênes de cet illustre établissement. Action, réaction ! Relevons-nous des affronts trop nombreux des derniers mois, réagissons face aux soufflets douloureusement accusés tantôt de l’extérieur, tantôt de l’intérieur. Notre école est attaquée de toutes parts. C’est à nous, pauvres étudiants autrefois fiers fanfarons, que revient le devoir de garder la tête haute. Oh mais ne craignez plus. Je vous ai compris. L’humeur hivernale généralisée ajoutée à l’acidité des examens empêche tout soubresaut et achève vite votre motivation.

Croyez-moi, je sais ce qu’il vous faut – ce qu’il nous faut à tous pour remonter la pente. Il nous faut une école où il fait BON VIVRE ! Une école chaleureuse à la hauteur de la température Cash &
Trash, une école comfy à la hauteur des fauteuils de l’amphi Jean Moulin durant le plaidoyer détaillé d’un illustre somnifère quant à la teneur de l’arrêt Buckley vs Board of Education. Une école qui reconnaisse que ses étudiants, eux du moins, la valent bien.

Alors, camarades de classe, collègues de travail, copains du jardin, concurrents de bibli, ouvrez grands vos yeux et laissez votre esprit naviguer sur ce flot d’idées bleues ciel. Réfléchissez aux réformes que je vous propose, imaginez ce que serait Sciences Po si vous m’en confiez la barre…

ADMINISTRATIF ET PEDAGOGIQUE

• Réforme des inscriptions pédagogiques avec la création d’une liste d’attente de professeurs prêts à ouvrir une classe au cas où trop d’élèves voudraient un certain cours, et non l’inverse.
Tout cours proposé serait effectivement accessible à celui qu’il faisait rêver.
• Autorisation du passage aux abonnements Or, Platine, Nickel et même Titane pour les étudiants sur l’ENTG, au nom de l’égalité des chances et de la méritocratie.
• Création d’un site de mise en ligne des signatures pour que tout un chacun puisse signer la présence des autres en amphi.
• Rendu des résultats aux examens du semestre d’hiver avant mi-février.
• Création de l’AT, l’Amicale des Tracteurs, afin que les étudiants chargés de distribuer des tracts se les échangent et harcèlent moins les autres.
• Création simultanée d’un cours optionnel de formation pratique à l’APIP (…), l’Art du
Passage Incognito en Péniche, pour tout étudiant fatigué d’essuyer chaque matin, midi et soir un tsunami de tracts. ATTENTION : les places en ce cours resteront limitées afin que quelques victimes continuent d’assurer la pérennité du job de tracteur (ce n’est pas le moment de supprimer des emplois au sein de l’institut…).
• Autorisation du plan en trois parties trois sous parties.
• Autorisation des animaux domestiques dans les locaux. Cette mesure fait suite au cas Play
Liste vs Administration, 2010 : Le chameau gracieusement invité par Play Liste, liste BDE candidate en 2010, a été contraint d’occuper le trottoir à l’entrée du 27, couché sur le béton et traité comme une véritable bête curieuse à l’air exotique, tandis qu’il aurait pu entrer et brouter, tondre gratuitement la pelouse du jardin (photo à l’appui).

playlist

EVENEMENTIEL ET TRADITIONS

• Rétablissement de la tradition de l’envoi de cartes de voeux entre élèves et professeurs pour les fêtes. Droit d’écrire « Caca. Joyeux Noël. » sur la carte de voeux de ceux qu’on n’aime pas (mesure envisagée suite à la demande expresse de certains élèves).
• Lancement de concours d’histoire, économie, sciences politiques, droit et autres à la manière
de Question pour un champion avec Lepers et des places en bibliothèque à gagner..
(Question pour une place en bibli).
• Ouverture ou fermeture de chaque grande cérémonie de l’école (accueil des 1A, bal du Bachelor, remise des diplômes, galas, etc.) par la Batuka de Sciences Po, en fanfare.
• Inscription de Sciences Po au Campus Comedy Tour des grandes écoles de France.
• Présence de la directrice parmi les supporters jaunes et noirs au Crit, en lion, en renard, en abeille, en marsupilami ou en pikatchu, selon les années.

PENICHE

• Ouverture des cocktails ayant lieu dans le hall et n’étant pas destinés aux étudiants à tous les étudiants de passage dans le hall.
• Consécration de l’amphi Leroy Beaulieu en salle réservée aux cocktails organisés par/pour les étudiants afin de libérer le hall et de ne pas se faire léser par la réforme ci-dessus.
• Transformation du bureau d’accueil du 27 en vestiaire, avec possibilité de laisser sa valise pour les provinciaux.

AMPHIS ET SALLES DE COURS

• Installation de ralentisseurs sur les portes de tous les amphis afin de pouvoir entrer et sortir discrètement, sans ruiner son effet au moment où la porte claque.
• Installation de coussins / rembourrage des sièges de tous les amphis.
• Affichage d’un mode d’emploi clair et détaillé pour l’utilisation du projecteur en amphi et salles de cours.
• Amélioration du réseau internet afin qu’il soit accessible et sans faille dans tous les recoins de tous les bâtiments de l’institut.
• Décuplement du nombre de prises électriques dans les amphis et toutes les salles de cours.
• Instauration du chauffage en amphi Boutmy.
• Suppression des casiers sous les tables de l’amphi Boutmy qui empêchent aux grands de s’assoir et aux plus petits de croiser leurs jambes.
• Rapprochement des tables et des sièges en amphi Chapsal.

BIBLIOTHEQUES

• Ouverture des bibliothèques 24h/24.
• Création d’emplois étudiants sous forme de rondes pour garder les bibliothèques et assurer leur bon fonctionnement la nuit.
• Autorisation des cafés en bibliothèque, puisque c’est bien ici qu’ils sont le plus nécessaires.
• Installation d’une machine à café à l’entrée de chaque bibliothèque.
• Insonorisation des salles insonorisées de la bibliothèque du 27.
• Possibilité de poser sa tête sur l’un des murs des ascenseurs de la bibliothèque du 27 sans prendre le risque de se faire arracher une touffe de cheveux.
• Installation de poufs dans tous les recoins des bibliothèques afin de favoriser la patience des étudiants frustrés, victimes de la surpopulation de ces lieux sacrés.
• Obligation pour tous les étudiants de prendre la peine de soigner leur supercherie lorsqu’ils kidnappent une place de bibliothèque alors qu’ils s’en vont flâner. Cette mention comprend l’identification de l’étudiant sur l’ordinateur, l’ouverture d’une page Internet autre que l’accueil Sciences Po ET d’un document word ou d’un power point sur lequel un titre ainsi qu’une phrase entamée occupent le haut de la première page. De plus, l’étudiant devra laisser quelques unes de ses affaires éparpillées sur la table. Il y a risque de vol. Bien fait. Dans le cas où les précédentes injonctions ne seraient pas respectées, un chasseur de place sera légalement autorisé à marquer à son tour son territoire en poussant les éventuelles traces du prédécesseur sur le côté.
• Baisse du chauffage en bibliothèque du 27.
• Installation d’un scanner dans chaque salle d’impression, accessible de la même manière que les imprimantes.
• Retrait du signe sens interdit et de l’alarme devant les portes qui donnent sur des toilettes en bibliothèque du 27.
• Autorisation de la pratique de vente aux enchères pour les places de bibliothèque.

REPROGRAPHIE

• Obligation pour les très chers salariés de la reprographie d’arriver 3 heures plus tôt et de partir 3 heures plus tard que de coutume dans leur local.
• Transformation de cette reprographie en un véritable service d’impression, avec reliures possibles, création de badges pour les membres d’associations et les événements, scanners disponibles et impression de photos sur papier glacé.

CAFETERIAS

• Extermination des moucherons de la cafeteria du 27.
• Décuplement du nombre de panini bacon/chèvre et implantation de ce menu dans toutes les cafeterias de l’institut.
• Gratuité des couverts en plastique.
• Accès à un micro-onde pour tous dans chaque cafeteria, qui ne soit pas nécessairement situé dans les locaux du BDE.
• Installation de la machine à café du 13 dans toutes les autres cafeterias.
• Insertion de véritables jetons dans la machine de recyclage des verres en plastique, afin que la mention « Bravo ! Vous avez gagné un jeton ! » s’ensuive effectivement du jackpot promis.
• Installation d’un ressort dans les portes de la cafeteria du 27 donnant sur le jardin, afin qu’elles restent fermées et que la chaleur ou la fraîcheur, selon les périodes, soient conservée à l’intérieur.

AUTRES LIEUX

• Création d’une ouverture de la salle infocom (salle secrète de l’école de la communication) sur la terrasse qui lui est conjointe avec possibilité de barbecue sur cette terrasse. Les amis de l’école de la communication y seront bienvenus en des occasions particulières.
• Autorisation de s’assoir par terre dans les couloirs des étages du 13, et ce même devant les bureaux de Sciences Po Avenir.
• Installation de poufs au 13, au 28 et au 56 afin que les élèves, puisqu’aujourd’hui autorisés à s’assoir par terre, n’aient pas à le faire littéralement.

OUVERTURE DE NOUVELLES SALLES

• Doublement du nombre de toilettes féminins.
• Création d’une dizaine de salles de musique avec pianos/batteries/harpes/contrebasses et autres instruments intransportables. Ainsi, tout musicien privé de pratique instrumentale pour cause de voisins peu compréhensifs trouvera ici son bonheur.
• Création d’un véritable dortoir, avec 10 lits superposés, pour les difficiles lendemains de soirée et les inhumains jours d’exposé précédés d’une nuit blanche.
• Création d’une « salle de débauche » en tous genres dans laquelle les étudiants (et les professeurs, il faut rester ouvert) pourront laisser libre cours à leurs passions diverses et variées. NB : ce point reste imprécis pour permettre de tester les limites de l’imagination des membres de cette école.
• Don d’un local permettant à toute association reconnue lors de la semaine des assos de se réunir au moins une fois par semaine dans des conditions favorables et sans prise de tête.

Voilà mon programme, chers frères. Dans ces conditions, nous aurons toutes les amarres en mains pour remettre le navire à flot. Si je suis élue directrice, je m’y engage sur l’honneur, les bons matelots de cette école embarqueront dès janvier à bord de l’Eden Boat. Leurs résultats, leur humeur générale, et par conséquent l’ambiance de l’école en seront transcendés.

La barque qui les cueille dès aujourd’hui de la terre ferme, dure et froide, pour les balancer à bord du navire, qu’elle est-elle ? M’enfin, c’est évident. C’est LaPéniche.net.

Veuillez croire mesdames et messieurs les membres du Grand Conseil de Sélection, en ma dévotion la plus pure, sincère, dénuée de tout intérêt personnel, freed from corruption, ingénue, réfléchie, un peu irréfléchie aussi (mais c’est là tout son charme) et surtout très enthousiaste.

Gaétane Lefèvre

2ème prix : Noé Michalon

Ich bin ein directeur

LE DIRECTEUR : « Plus vizir, mais calife, me voilà désigné
Le seigneur de Boutmy, le prince de Sorel !
A moi notes de frais et chèques en blanc signés
Mercedes de fonction et rutilants hôtels.
Le magistral fauteuil m’est désormais acquis ;
De la rue Saint Guillaume, me voilà le marquis.
A présent méditons, que nécessiterait
Ce foyer recueillant la jeunesse dorée ?
Pour commencer dès lors, mon bien cher intendant,
Goudronnez de ce pas cette auguste Péniche,
Que ruisselle bitume et champagne abondant,
Et que soient teints de noir les persistants caniches. »
Pourquoi donc, cher Colon ? L’ivresse jouissive
De pouvoir me garer, le matin, dès dix heures
Les pneus voluptueux, la calandre agressive
De ma noire berline d’adulé directeur !

DAVID COLON, mielleux : « Je me disais, seigneur, étoile de mes yeux,
Que vous pourriez avoir, de votre illustre cœur
Une infime pensée, à un ami fort pieux
Démuni mais joyeux, admirant votre Honneur »

Le DIRECTEUR, agressif : (bon, si vous ne l’avez toujours pas compris, c’est donc moi)
« Cher David, votre chat, que l’on surnomme Holmes,
Ne sera désigné ni administrateur
Ni conseiller spécial, ni grand ambassadeur
Auprès de l’Élysée ou du roi de Stockholm.
Cessez de flagorner, ou je vous fais sortir,
Vous n’aurez de ma part ni mielleux népotisme
Ni primes esthétiques, ni permis de satire :
Seuls dix petits euros, la prime d’héroïsme.
Je continue mon plan, déroule mon programme :
La syntaxe ordurière, exsudant la banlieue
De ces gamins de riches, à vingt ans déjà vieux,
Fera l’objet demain du plus blessant des blâmes :
Un seul mot de Wesh Wesh, au premier « Nique ta mère »
Accourra la sanction, que je promets amère :
Sèche flagellation, et des cheveux qu’on crame.
J’oubliai, mon Colon, le point clé de la liste :
Changer l’accoutrement de nos appariteurs :
Souliers en porcelaine et bures de trappistes
Aux ceinturons orange, aux tissus améthyste !
Alimentairement, je proscrirai aussi
Ces orgueilleux sandwichs des deux cafétérias.
Ce sera désormais salade au pain rassis
Arômes « aspirateur », « tracteur » et « malaria ».
Je ferai de la « bib’ » un musée à mon nom.
Au blanc rez-de-chaussée, mes photos de vacances !
Mes fidèles étudiants, dans l’ascenseur verront
En guise de miroir, mon portrait en faïence !
Ma doucereuse voix, bercera mes sujets:
« sens montée », à présent sera humanisé !
Un hymne à ma grandeur y sera diffusé.
Retentira aussi mon nom, canonisé.
Premier étage, enfin, galerie artistique.
Y seront recensés trois mille deux cents dessins
Que j’ai réalisés en option « arts plastiques »
En classe de sixième, en doué collégien.
Je réfléchis toujours à que faire au dessus…
En attendant, Boutmy sera ratiboisé.
Plus de sièges historiques, plus de public déçu.
Un seul unique trône, aux accoudoirs boisés. VIVE MOI. »

DAVID COLON : « Est-ce donc terminé, lumière de mon esprit ?
Vos infinis projets sont-ils énumérés ?
Et me permettez-vous, avant que je vous prie,
D’aller nourrir mon chat, que j’entends, affamé ? »

LE DIRECTEUR : (toujours moi, hein)
« Écervelé manant, n’avez-vous remarqué
De mon effet de chute le fort cruel massacre ?
Taisez-vous pour de bon, appelez mes laquais
Sortez les macarons, et préparez mon sacre ! »

3ème prix : Anonyme

Mes chers amis, sciences pistes, professeurs, appariteurs, et membres honorés de LaPéniche,

Aujourd’hui je me tiens devant vous, dans notre antique et vénéré amphithéâtre Boutmy, pour vous exposer pourquoi c’est moi, et moi seule, qui suis digne de diriger notre bel Institut.
Mais foin des beaux discours, un directeur ne doit pas être élu sur sa personnalité, son physique ou même son éloquence, mais sur des actes. C’est pourquoi je tiens à vous présenter mon programme. Je m’engage à respecter toutes ces propositions si vous choisissez de me faire confiance, et je suis sûre qu’elles sauront vous convaincre et vous montrer quel Sciences Po je veux faire de notre école.

Ma Première Proposition n’est pas un changement majeur. Il s’agirait plutôt d’une réhabilitation. Et c’est pour cela que je veux en faire le fil directeur de mon propos. Mesdames et messieurs, j’exige que l’on impose à Sciences Po notre modèle, notre maître, le formateur, le déformé, le réjouissant, l’enrichissant plan en deux parties, deux sous parties, également nommé Hun Abbé, Deux Abbé. Ce sera la Règle d’Or de notre Ecole, la marque de notre esprit, le sceptre de notre Puissance. Deux étudiants se rencontreraient-ils dans la rue ? Ils sauraient immédiatement à qui ils ont affaire, l’un arborant avec fierté un T-shirt coloré estampillé « Hun Abbé, Deux Abbé », l’autre déclinant son salut avec application : I) Comment vas tu ? A) Les cours ? 2) Les potes ? II)Moi je vais bien, A)Je suis Cum Laude B)La soirée BDE d’hier …
Aussi mon propos, pour être à la fois innovateur et traditionnel, respectueux de mes propres principes et révolutionnant le discours politique, sera divisé en deux parties et en deux sous parties.

I)Le contenant, ou comment réformer le confort et l’apparence de nos locaux/étudiants/professeurs/réputation.

A)Le matériel, car Sciences Po, quoique charmant, n’est pas si extraordinaire qu’il veut bien le croire

• Proposition 1 : un îlot de verdure en plein Paris. Racheter tous les bâtiments n’appartenant pas à Sciences Po entre le 199 et le 117 BSG grâce à des donations d’Alumni Présidents de la République. (Premiers Ministres, on prend aussi). Créer un immense jardin, forêt tropicale, bassins d’eau fumante et piscine d’intérieur en sous-sol.

• Proposition 2 : installer des étiquettes sur les chaises de Boutmy. Modèle : « Jacques Chirac s’est assis là. »A défaut de changer l’antique amphithéâtre, autant le rendre attrayant pour les élèves qui oublieront ainsi leur inconfort par la stimulation intellectuelle intense offerte par la perspective de ces aînés talentueux. Marcel Proust et Léo Ferré font aussi l’affaire.

• Proposition 3 : interdire les grosses lunettes. Je sais, je sais. C’est la mesure la plus impopulaire de mon programme. Mais faites un saut à la proposition 9, et la mention de chocosuisses vous fera oublier cette mesure sévère, mais nécessaire pour la crédibilité de notre institution.

B)L’immatériel, car rien n’est plus important qu’une réputation

• Proposition 4 : lancer un référendum sur le nom « Sciences Piste ». Ce nom, symbole de prestige pour une partie des étudiants, est aussi le souvenir d’un cuisant ridicule pour une autre partie : le rire de leur grand-mère et le regard moqueur de leur grand frère, « polytechnicien » (ce qui est quand même plus classe, il faut bien l’avouer).
• Proposition 5 : bannir formellement et définitivement l’utilisation du mot « genre ». Toute personne utilisant ce mot se verra privée de place de bibliothèque durant une semaine.
• Proposition 6 : infiltrer la télévision. Insérer des étudiants partout. Dans toutes les émissions. Sur toutes les chaînes. Avec des pancartes/sweats/sac/mugs/peluches Sciences Po.

II. Le contenu, ou comment réformer les cours/les associations/les soirées.

A)Les cours, car les ateliers artistiques et les deux exposés de 1 heure par conf, on en a assez.

• Proposition 7 : Réformer la lettre de motivation. Seront désormais encouragées les lettres créatives, sincères, drôles, poétiques, émouvantes. Seront bannis les mots « opportunité », « expérience enrichissante » et « ouverture d’esprit ». Lancement d’un séminaire pour exporter notre modèle de lettre dans le monde du travail.

• Proposition 8 : Installation d’un bouton buzzer sur les tables de cours. Lorsque plus de la moitié d’une classe buzze un exposé, l’exposant doit se taire/distraire son auditoire par une action drôle et spontanée. Valable aussi pour les professeurs, en conférence ET en cours magistral.

• Proposition 9 : Réformer la note de participation. Pour inciter les élèves à participer : mettre en place un système de distribution de places de bibliothèque/chocosuisses pour chaque réflexion pertinente.

B)Les associations/soirées/événements sociaux

• Proposition 10 : Ouvrir une salle de musique dans chaque bâtiment. Avec piano, guitare, batterie, harpe, saxophone, luth, didgeridoo. Parce que la musique réjouit le cœur des hommes.

• Proposition 11 : Fournir des fausses cartes d’identité aux mineurs pour les soirées BDE. Arrêtons les discriminations, restaurons l’égalité : Soirées pour tous !

• Proposition 12 : Organiser des combats entre associations pour démultiplier l’esprit d’engagement. Toute la journée, les élèves votent en Péniche en fonction des tracts/personnes/bonbons qu’ils ont préférés. Les gagnants remportent des subventions supplémentaires. Duels possibles : UMP vs PS, Centre Saint-Guillaume vs Plug&Play, UNEF vs toutes les autres.

Enfin, je souhaiterais ajouter un dernier mot, en guise d’ouverture pour mon plan parfait : la réforme bonus. Et non, ce n’est pas de la démagogie. Si je suis élue, une boîte à réforme sera mise en place en Péniche et tout le monde pourra déposer ses idées. Elles seront examinées une fois par semaine par un comité indépendant, constitué d’élèves et de professeurs, et je m’engage à en réaliser une par semaine. Les cafés gratuits et la réforme des inscriptions pédagogiques restent à votre portée. Pesez votre vote. Pensez à ce que vous voulez faire de notre établissement. N’oubliez pas. Votez pour moi.

4 Comments

  • Griefevor

    One can find some intriguing points in time in this write-up but I do not know if I see all of them center to heart. There’s some validity but I will take hold opinion until I appear into it further. Beneficial article , thanks and we want even more! Added to FeedBurner also

    michael kors bags

  • stesnalePaf

    You can find certainly plenty of details like that to take into consideration. That’s an excellent point to bring up. I offer the thoughts above as general inspiration but clearly you’ll find questions like the 1 you bring up exactly where by far the most important thing will probably be working in honest fantastic faith. I don?t know if perfect practices have emerged around items like that, but I am sure that your job is clearly identified as a fair game. Both boys and girls really feel the impact of just a moment’s pleasure, for the rest of their lives.

    cheap jordans shoes

  • MOFFEMERTAW

    Oh my goodness! an wonderful article dude. Thank you Even so I’m experiencing concern with ur rss . Do not know why Unable to subscribe to it. Is there anybody obtaining identical rss predicament? Everyone who knows kindly respond. Thnkx

    air jordans

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.