Vie du campus

Election BDE 1/4 – Open Barres, Open Bazar ?

Toute la semaine retrouvez les interviews des listes concourant à l’élection du BDE 2010/2011 sur LaPéniche.net. Par souci d’impartialité celles-ci seront publiées par ordre alphabétique.

LaPéniche.net souhaite bonne chance à tous les candidats!


27034_100771556633672_100001024834638_4602_355646_n.jpg

« Programme sérieux mais des gens délires ». Voilà comment se définissent eux-mêmes les membres de la liste BDE Open Barres. Leur nom, Open Barres, c’est déjà tout un programme qui  doit résumer l’esprit de la liste : fraîcheur et légèreté.

C’est donc avec sourire et humour qu’Alexandra Chavane, vice-présidente, Chloé Ridel, vice-trésorière, et Baudoin Lallemand, responsable communication ont répondu aux questions de La Péniche.

Convaincus et sûrs d’eux, les jeunes première année qui admettent ne pas avoir de grande expérience dans la vie associative sciences piste mais qui semblent motivés pour rejoindre le mythique canapé du local du BDE, nous ont exposé en détail leur programme. Pour eux, un BDE ça doit bouger et remédier à tout un tas de problèmes auxquels sont souvent confrontés les étudiants.


On retrouve bien entendu des promesses communes à toutes les listes, en premier lieu l’amélioration des services apportés aux étudiants et la proximité, car naturellement, la liste Open Barres se veut avant tout un BDE « au service des étudiants ». 

Il y a par exemple l’idée d’un parrainage des 1A : pour les nouveaux arrivants à Sciences Po, et souvent nouveaux arrivants dans la capitale, le BDE se proposerait de mettre en place des parrainages, idée charmante, et qui existe déjà pour les étudiants étrangers sans grand succès. Epaulés par leurs camarades de 2A, tout irait déjà mieux au pays de Richie.

Il y a aussi l’idée de désengorger la cafétéria du 27 : trop pleine aux heures du déjeuner, les étudiants pourraient aller chercher leur sandwich au local du BDE. C’est vrai que traverser le jardin pour rejoindre la cafét’ du 56 est un obstacle qui nécessite une aide active d’étudiants « in ».

Autre idée d’Open Barres : « On ne se contentera pas d’être derrière le bar, aux soirées on pourra mettre en place des animations ».

On imagine déjà une chasse au trésor ou une pêche aux canards ou bien encore une chorégraphie sur l’hymne de Sciences Po que nous apprendrions entre deux pintes. Un petit côté colonie de vacances, qui nous fait craindre que pour rentrer au BDE on exige bientôt le BAFA.

En ce qui concerne la facilitation de la vie des étudiants, Open Barres souhaite également mettre en place un système d’inscription sur Internet pour les week-end ou les soirées. A vos ordinateurs, le cauchemar des inscriptions pédagogiques n’est pas fini !

Mais la grande force de leur programme est sans aucun doute de savoir s’approprier les tendances, ici l’écologie. Le vert est à la mode, et Open Barres l’a bien compris, c’est pourquoi l’un des six axes de leur programme porte sur un BDE écologiquement responsable. Guillaume Auffret, le président de la liste, est « très investi dans la cause écolo ». Pas de grands projets pour sauver les ours polaires sur la banquise mais au contraire des petits gestes simples, « montrer l’exemple avec une gestion responsable et verte ». L’idée est facile à résumer, moins de tracts qui finissent à la poubelle, moins d’emballages utilisés pour les boissons (achat en gros), des gobelets en plastique de type 6 c’est-à-dire recyclables. Ça relève du bon sens, et pourtant, Open Barres innove avec ces idées. De manière plus originale, ils proposent de payer l’empreinte écologique d’une soirée, celle-ci s’élevant en moyenne à une trentaine d’euros.

Pour Open Barres, liste fraîche et jeune, leurs adversaires se prennent bien trop au sérieux. Première cible visée : Tabula Rasa qui « fait campagne pour une minorité », trop élitiste à leur goût notamment pour leurs soirées, et surtout désirant une collaboration BDE-BDA. Cette volonté de polariser les associations de Sciences Po est contraire à la politique de la liste mais aussi à ce qu’ils voient comme l’esprit de Sciences Po qui repose sur la diversité de la vie associative. Ils veulent au contraire laisser chacune d’entre elles se développer seules, sans pour autant s’opposer à une entraide de temps à autre.

Enfin, en ce qui concerne les soirées, le programme n’est pas vraiment en rupture avec l’élan du BDE actuel. Toujours de grands événements en boîte mais qu’Open Barres propose de « bouger vers l’Est de Paris ». Cette initiative est déjà dessinée par le BDE de cette année, qui a tout de même choisi le 104 pour organiser le Gala de Sciences Po. Et n’oublions pas que la première soirée de campagne de la liste Open Barres aura lieu le lundi 3 mai … au Basile.


Par Margot Renault et Sarah Allouche    

12 Comments

  • A.

    Vous y passez sûrement du temps M. Palomo, mais j’ai sincèrement du mal à croire qu’il est réellement IMPOSSIBLE de mettre en place une plateforme de vote informatisée fiable. Alors que Sciences Po développe à outrance les supports internet et informatise tous les aspects de la vie académique, il serait impossible aux services de maintenance informatique de l’école de créer une page de vote en ligne sur le mode des nombreux sondages que l’on voit sur de nombreux sites web… ?

    Il sera difficile de me convaincre que l’absence d’une telle procédure ne découle pas d’un manque totale de volonté et de la bien faible considération qu’à l’administration pour cette élection.

  • D.

    @JP. Tout est dans l’exageration et la mauvaise foi. Cela reste un commentaire Internet, autrement dit, la parole depasse la pensee au profit du « bon » mot.

    Il n’en reste pas moins, qu’a defaut d’excuses presentables, je me permet de vous tirer mon chapeau et de vous dire merci pour votre travail, sans hypocrisie cette fois.

  • Julien Palomo

    @D. J’ai quand même l’impression d’en « avoir quelque chose à secouer », vu le temps que j’y passe…
    Sans rancune. Bien à vous,
    JP

  • D.

    @M.

    1/ risquent* – Grammar Nazi, achtung ! En fait, tu l’as quand même faite ta remarque, fripon(ne).

    2/ Rancoeur, carrèment… Tu trouves pas que tu exagères pas un brin? Et l’article de lapéniche soulignant les raisons de cette implosion annoncée, tu l’as lu ? En fait, tu viens faire une gâterie aux pigistes, prenant pour cible la remarque un peu acerbe avec quelques fautes d’orthographes dedans, pour te sentir impliqué(é). Finement joué, mais tu es sur Internet, là où les compliments sonnent creux et les trolls gagnent toujours, cher M. =D HURR DURR DEEERP

    3/ Je ne tacle pas le site, ni même la vie associative, mais bien l’administration qui n’a rien à secouer des élections ou du BDE. Ou si peu… Pour que la campagne tourne autour des gobelets en plastique et de sandwichs, faut vraiment le faire. Ergo, ma remarque!

    P.S: Pour couper court à tout argument, je n’ai jamais dit que les gobelets recyclables et les sandwichs en cafét’ ne sont pas des sujets importants, hein. Mais les écrans de fumée m’agacent, c’est tout. Rancoeur, et puis quoi encore… *marmonne des insultes dans sa barbe*

  • M.

    Bravo à la péniche pour sa conception toute particulière de l’impartialité !

    Heureusement que ses pigistes éclairées sont là pour distraire un public d’habitués, dont les réflexions pleines de rancœur témoignent d’un mépris flagrant de la vie associative.
    « Qui sait », c’est peut être à cause de vous que « ces élections risque d’imploser de toute facon… » (je passe la remarque sur la conjugaison).
    Ce brave média est il en mal de visibilité ou cet article n’est il que le fruit de deux 1ère année débutantes attirées par l’appât du « buzz » ?

    « Merci d’apprécier notre humour !! ». Je crois avoir trouvé la réponse.

  • wqsp

    Hé, La Péniche, des articles comme celui-ci on en veut plus souvent ! J’ai bien ri, et j’attends avec impatience la pêche aux canards.

  • D.

    J’espere que les autres listes auront le droit a ce traitement… corrosif… Si tant est que lapeniche.net puisse l’etre bien sur! Bwahah.

    En attendant, il est leger le menu d’Open Barres. Sans vouloir etre desagreable, a part l’aspect « vert », il n’y a rien d’ambitieux ou d’interessant – d’accord, aucun programme de liste BDE ne l’est, balle au centre. Si j’etais une liste concurrente, je Sarkozerais, en mode 2007, la partie ecolo de leur programme pour les couler en Regles – bam, un petit jeu de mot pour nos amis qui etaient deja la l’annee derniere! A ce propos, pour une liste de « gens delires », c’est un comble que ce soit les mecs de lapeniche qui leur taille un costume de clown. L’autoderision, bordel, faut en jouer les gars.

    Et a peindre des cibles dans le dos de ses concurrents, on peut vite oublier qu’on s’en trimballe une belle! Qui phagocyteras qui, telle est la question? Blague a part, c’est Closed Barre pour moi. Ce qui ne m’empeche pas de leur souhaiter bonne chance. Qui sait, ces elections risque d’imploser de toute facon… Et des ruines fumantes, d’emerger un BDE qui vend des sandwichs dans son local. Qui a dit glamour?!

    D.

  • Sarah Allouche

    Merci d’apprécier notre humour !!
    Réponse à « question » : le BDE a souvent du mal à vendre toutes les places des soirées donc il n’y a pas de limitation volontaire du nombre de participants. Par ailleurs, il me semble que le 104 n’est pas un choix délibéré…mais assumé ça c’est sûr.

  • Observateur

    « C’est vrai que traverser le jardin pour rejoindre la cafét’ du 56 est un obstacle qui nécessite une aide active d’étudiants « in ». ».

    C’est tendancieux, mais je me suis bien marré en lisant ça !

  • Question

    Le BDE actuel a choisi ou subi le 104?
    Le BDE a par ailleurs trouvé la solution pour les soirées: plutôt que de vendre les places en lignes, il suffit de limiter le nombre de participants!
    Mouhaha, que d’innovations cette liste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.