Cinéma

The Visitor,

the visitor 1un film à visiter absolument !

Un article de Charlotte Tachet

The Visitor, c’est un film qui commence doucement, au rythme du piano, au rythme de Walter Vale, professeur d’économie en déclin, n’ayant plus beaucoup d’intérêt pour la vie, mis à part pour la musique. Le film s’ouvre sur cet homme, indifférent aux autres, à peine intéressé par lui-même, déconnecté de la réalité, qui croit être occupé, peut-être à écrire un livre, ou à apprendre le piano. Il pense être heureux. Il vit, sans vraiment s’investir , sans vraiment croire à quelque chose.

C’est alors que le film s ‘anime, se colore, au son du djembé qui remplace désormais le piano tandis que la vie de Walter prend une nouvelle dimension. Ilthe visitor 2 rencontre, en effet, deux immigrés clandestins, Tarek et Zaneib, qui élisent domicile chez lui à son insu. Gràce à Tarek, il redécouvre la musique, le jazz, et ses habitudes, sa conception même de la vie s’en trouvent bouleversées. Cela donne lieu à de nombreuses situations incongrues dont une scène magnifique à Central Park.

Le spectateur se demandera longtemps qui est finalement The visitor. Est-ce Walter, présenté au début du film comme désabusé par l’“American Dream” et comme perdu dans son propre pays, qui découvre peu à peu, avec sa rencontre avec Tarek et Zaneib, qu’il peut et qu’il doit s’investir? Ou est-ce Tarek, ou Zaneib, immigrés clandestins aux Etats-Unis?

The Visitor est, comme son titre, un film un peu ambivalent, presque mystérieux, qui oscille entre une problématique grave et des passages plus légers. The Visitor, c’est avant tout l’histoire d’un cheminement culturel, d’une découverte de l’autre à travers la musique, cet art qui depuis longtemps efface les différences et tisse des liens insoupçonnés.

Si vous êtes sensible à la beauté, à la générosité des rapports humains, vous serez émus comme moi par ce film qui présente également les contrastes qui existent entre musique classique et jazz, piano et djembé, en plus d’offrir une réflexion intéressante sur la politique d’immigration américaine et les conditions de détention de ses immigrés clandestins.

Et si vous avez envie d’aller plus loin, Participant Production, à l’orgine de ce film, et d’autres tels que “The Inconvenient Truth”, “The Kite Runner”, “Darfour Now”, ou “The Soloist” (à venir), propose au public, pour chacun de ses films, à s’engager dans l’action, à s’informer, ou encore à directement soutenir des immigrés clandestins en détention. La société vise ainsi à donner un réel impact au film dans la vie réelle. http://www.takepart.com/

Charlotte Tachet

One Comment

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.