Vie du campus

Sur la route avec Stop&Go

Qui n’a jamais rêvé de devenir, l’espace d’un instant, Jack Kerouac? Un gros sac à dos, des amis, le goût de l’inconnu. Sortir du petit cocon parisien pour parcourir le monde (ou presque). Avoir des galères, connaître la pluie, le froid, des moments de découragement mais surtout forger de nouvelles amitiés, se sentir le Christophe Colomb des temps modernes, apprendre à lever le pouce.

 

Source : Stop&Go
Source : Stop&Go

“Emmenez-moi au bout de la terre, emmez-moi au pays des merveilles”…

STOP&GO c’est d’abord le goût de l’aventure. Le rêve de voir défiler du pays, d’aller à la rencontre des gens, d’être autonome. Créée en 2012, l’association est jeune. Mais elle est déjà bien implantée à SciencesPo, autour d’un concept original qui titille les Lara Croft/Indiana Jones en chacun de nous. STOP&GO, c’est un voyage en janvier (Lisbonne cette année, tenez-vous au courant les sélections n’ont pas encore commencé!) et un en juin (Helsinki, 24 participants et plusieurs membres du staff). Tout au long de l’année, l’association propose aussi une odyssée de week-ends dans les campus délocalisés,  et demande un investissement  personnel et financier (le prix du voyage diminue au fur et à mesure des actions menées en groupe) pour le projet choisi. L’ambiance est détendue, simple, conviviale. C’est l’opportunité de mener une étude de marché sur la qualité des bières dans chacun des pays traversés. C’est aussi en apprendre sur l’autre, autant ceux qui vous prennent en stop que vos coéquipiers.

 

“Traînant un parfum poivré                                                                                                                                                  De pays inconnus                                                                                                                                                                        Et d´éternels étés                                                                                                                                                                      Où l´on vit presque nus                                                                                                                                                         Sur les plages”

Bon pas exactement. L’équipe nous raconte que l’année dernière, lors du périple vers Istanbul, la pluie a été au rendez-vous du moins au début. C’est donc aussi un moyen formidable de tester vos limites. Parce que comme certains le rappellent, le voyage n’est pas vraiment de tout repos. “Ne vous attendez-pas à dormir allongé toutes les nuits ni à prendre une douche tous les jours!”. Sous entendu, public sensible s’abstenir.

STOP&GO, c’est le goût de l’imprévu. Et l’imprévu n’est pas toujours dramatique, au contraire.  « Il ne faut pas avoir peur . » Puisque pour l’instant, aucun problème grave n’est jamais arrivé à un des aventuriers, touchons du bois. Oui bien sûr, la sécurité est un point sur lequel les responsables insistent, mais elle ne doit pas effrayer les potentiels stoppeurs. L’équipe a surtout un paquet de belles surprises (et de gros fous rires) à nous raconter. Aider des moines kosovars à faire accoucher une chèvre en pleine nuit, voir le maire d’un petit village organiser une fête pour un binôme, rencontrer un croate qui a la tchatche et ne rien comprendre parce qu’il ne parle que croate, et fait des blagues auxquelles seul lui rigole tout en offrant à boire, à manger et encore à boire à deux chanceux binômes. Bref : des expériences inédites on vous dit.

 

« Moi qui n´ai connu toute ma vie                                                                                                                                      Que le ciel du nord                                                                                                                                                                        J´aimerais débarbouiller ce gris                                                                                                                                         En virant de bord »

Pour qui ? Pour tous tant que la motivation est au rendez-vous. L’année dernière, beaucoup ont levé

Source : Stop&Go
Source : Stop&Go

leur pouce pour la première fois sur la route d’Istanbul. « Nous cherchons des profils différents, c’est comme ça que pourra fonctionner le groupe » nous dit l’équipe. Alors oui, on peut avoir un sens de l’orientation pas vraiment digne d’un chef scout, on peut aussi ne jamais avoir fait de camping et entrer dans l’aventure. Mais il faut un sens aigu de la débrouillardise. « Ceux qui avaient la tchatche n’ont presque jamais campé entre les villes étapes, se faisant à chaque fois inviter chez l’habitant ». Le défi est lancé.

Clara a fait son premier week-end en stop au début de l’année au Havre. Elle s’est inscrite seule et a adoré l’esprit de l’association. Elle s’y est fait un binôme pour la vie, Omar avec qui elle a battu tous les records de vitesse. « Les gens qui nous prenaient en stop étaient tous hyper sympas et tellement différents : un couple d’anglais en route pour leur maison à Honfleur, un groupe de métalleux, un car de rugbymen fous… »  Ce car de rugbymen a pris deux binômes. L’ambiance ? « Fous rires, cabernouche et crevettes ». D’accord… « On est resté seulement un quart d’heure avec eux et heureusement ils commençaient à nous faire peur ! ». Ce qu’elle garde de ce voyage ce sont surtout de très bons souvenirs, de nouveaux amis et l’envie de continuer sa route avec Stop&Go.

 

“Un beau jour sur un rafiot craquant                                                                                                                                  De la coque au pont                                                                                                                                                                Pour partir je travaillerai dans                                                                                                                                             La soute à charbon”

Les projets nécessitent un investissement en amont. Ce n’est pas non plus la soute à charbon mais ce sont les papiers cadeaux dans un centre commercial (ce qui permet de faire baisser le budget des stoppeurs, situé entre 600 et 800 euros en moyenne l’année dernière pour le voyage à Istanbul), les campagnes de communication, la préparation. Parce qu’un voyage, même en stop ne s’improvise pas entièrement. Et c’est cette préparation qui permet à l’équipe de se souder et de ne savourer que mieux le périple.

 

« Je fuirais laissant là mon passé                                                                                                                                     Sans aucun remords                                                                                                                                                               Sans bagage et le cœur libéré                                                                                                                                                 En chantant très fort. »

On dit bonjour à la tente, à la trousse de secours, et aux conserves  et ciao au maquillage et aux dix paires de chaussures! Et finalement, on se sent plus léger. Parce que STOP&GO, permet de découvrir une nouvelle façon de voyager. Une énorme opportunité. Des rencontres, des découvertes, des quiproquos, des chants (le fameux hymne « Bouge ton boule à Istanbul »), de la motivation, des compagnons de galère, la fierté d’arriver au bout aussi bien au Havre qu’à Istanbul ou Helsinki.

 

GO : le départ à l’aventure, pouces levés, sourire au lèvres, chaussures de marche aux pieds, yeux plein de rêves.

 

 

(Merci à Charles Aznavour, Emmenez-moi)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.