Vie du campus

Sciences Po Tv : la nouvelle interface du 27

nouvelle.jpegL’idée est innovante. Elle a charmé l’administration. Elle a vocation à ouvrir Sciences Po sur le « reste du monde », et à faire découvrir notre école au citoyen lambda. Ce n’est pas un énième journal. C’est une télévision, au nom sobre : Sciences Po Tv.

« Notre ADN, c’est le grand public »

    Cinq étudiants de quatrième année sont à l’origine de ce projet collectif (obligation de scolarité en Master). Benoît Charvet, le président, explique que « le projet Sciences Po Tv a beaucoup plu à l’administration ». Rien d’étonnant dans la mesure où l’association compte « créer la première émission de télévision tout public dans une université française ». Cependant, le lecteur ne doit pas s’y méprendre : Sciences Po n’aura pas son canal sur la TNT. Un site Internet fera office d’interface avec l’extérieur : www.sciencespotv.fr. Fatoumata Sow, secrétaire et chargée des programmes, résume : « il faut apporter ce qu’il y a à l’intérieur de SciencesPo à l’extérieur, et vis versa », et le président d’ajouter : « Notre ADN, c’est le grand public ». Faire vivre le débat entre des intervenants de Sciences Po, des chercheurs, des professeurs, des administrateurs et des personnes du public, tel est le but de Sciences Po Tv.
    L’objectif est ambitieux et nécessite donc une large publicité. Pour cela, un groupe Facebook a été créé, il compte – déjà – 650 fans. Un partenariat avec la chaîne parlementaire (LCP) est « en discussion ». Un parrain journaliste, Samuel Etienne, fait part de son expérience à cette petite équipe. Diplômé de Sciences Po, l’ancien présentateur de L’Edition spéciale sur Canal + présente l’avantage d’être « très disponible, très investi et très motivé ». Contrairement à d’autres icônes davantage médiatisées… 10121_134432104626_824139626_2368100_1609628_n.jpg

En outre, une équipe technique de CIFACOM, une école d’audiovisuel de Montreuil, participe au montage des émissions. « Sciences Po organise les rencontres et les élèves en dernière année de CIFACOM nous aident pour les aspects techniques. Nous, ça nous permet d’avoir des professionnels ; eux, ça leur fait une expérience » explique Fatoumata Sow. De la concurrence avec l’école de journalisme ? il n’en est pas question. D’ailleurs, les journalistes en herbe et les adhérents pourront participer et animer les émissions. « On a prévenu l’école de journalisme dès le mois de mai, mais ils nous ont expliqué qu’ils avaient déjà beaucoup de travail » résume Benoît Charvet. Bref, l’association, dont l’adhésion coûte dix euros, semble calibrée au millimètre.

Ce que Sciences Po Tv propose

     Trois grands formats d’émission sont proposés sur le site de Sciences Po Tv. Une conférence en public sera filmée chaque mois, des «  gros invités » viendront débattre sur des thèmes politiques. Une première partie intimiste précèderait une séquence de débat plus « mordant » au dire des organisateurs, enfin un micro-trottoir avec des questions terminerait le débat.. « Nous ne voulons pas provoquer un buzz en cherchant la petite phrase, prévient Dora Khosrof, chargé de la communication. Au contraire, le but c’est de débattre sur le fond sur un sujet précis ». Sciences Po Tv a vocation à traiter des sujets politiques, cependant il entend maintenir son impartialité et son indépendance vis-à-vis de l’administration.
     D’autre part, une série sur l’engagement des jeunes en politique est prévue. Ainsi, Benjamin Lancar, président des jeunes populaires, s’est vu dédié un court-métrage. De plus, un reportage sous forme d’interview exposera de grands intervenants, tel Bernard Kouchner. Enfin, le media training entend initier les étudiants aux techniques de la communication audiovisuelle. Cécile Delozier assurerait les six séances pour 65 euros, « un prix que l’on a vraiment négocié » assure le président. Le prix pour les boursiers est, quant à lui, symbolique : un euro.

La soirée de lancement

     Fin octobre sera, pour Sciences Po Tv, son acte de naissance. « La soirée de lancement se déroulera dans un cadre exceptionnel ! » s’enthousiasme Rémi Drouin, trésorier et chargé de l’évènementiel. Le président lui lance un regard sévère. Stéphane Fisch, vice-président, renchérit : « l’idée serait d’éviter une soirée sardine (tout le monde entassé dans une salle) ça va être vraiment bien si on réussit ! ». D’aucuns disent qu’un partenariat avec une autre association est envisageable. Benoît Charvet, le président, tempère avec sourire goguenard : « Il y aura bien sûr un débat, ensuite  ce sera une soirée. Une soirée à bas prix… ludique ! Très, très ludique ! ». Les cinq amis s’esclaffent.
     Rendez-vous fin octobre ?

2 Comments

  • Petite rectification

    Une petite rectification : Samuel Etienne n’est pas diplômé de SciencesPo comme il l’a expliqué en long, en large et en travers sur… SciencesPo TV.
    Bonne continuation à SciencesPo. TV.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.