Actualités,  Vie du campus

Bureau Suspendu, la nouvelle asso qui prête des locaux aux starts up

Cette rentrée 2014 annonce la création de plusieurs projets au sein de Sciences Po, la naissance de nouvelles associations, l’émergence d’idées neuves. Parmi les projets nouveaux-nés de cette année portant sur la solidarité, l’un d’eux se démarque par son objet, pointu, et son principe, innovant. Il s’agit de Bureau Suspendu, une toute jeune association crée à l’initiative d’étudiants en deuxième année du collège universitaire.

bureau suspendu
L’équipe de Bureau Suspendu autour de sa présidente Maud Plantec

 

Surfer sur la vague de l’économie sociale et solidaire

Une des directions prises par l’activité économique lors des dernières années repose sur un principe que l’on pensait jusqu’à peu exclusivement réservé à des secteurs « non-productifs », au sens économique du terme. En effet, il est de plus en plus courant de voir associés les termes d’économie et de solidarité pour désigner de nombreux projets, inédits, qui prennent forme en France, et a fortiori à Paris. Preuve en est, la loi pour l’Economie Solidaire et Sociale (ESS) adoptée au mois de juillet dernier, visant à faciliter le développement de ces structures, qui représentent environ 10% du PIB national.

Ces projets sont de plus en plus plébiscités et encouragés par les dirigeants, car ils se proposent de mêler de manière concrète responsabilité sociale des acteurs et efficacité économique : Sciences Po comptera l’un d’eux parmi ses projets étudiants cette année.

 

Le prêt de locaux vides à des jeunes structures, partager pour créer

Chaque jour de nombreux nouveaux concepts porteurs voient le jour, mais leur mise en application est entravée par de nombreuses difficultés, qui ne sont pas en passe de disparaître, compte tenu d’un climat économique morose qui incite davantage à la prudence qu’au soutien financier de projets, aussi innovants soient-ils. Pour surmonter ces difficultés, certains acteurs auraient tout intérêt à collaborer et mettre en commun certains moyens, matériels ou intellectuels, mais les conditions financières, juridiques ou tout simplement géographiques les en dissuadent bien souvent. C’est devant ces questions inhérentes à toute activité économique, et en s’inspirant des bonnes idées de nos voisins transalpins, qu’est née l’idée de Bureau Suspendu.

Les créateurs se sont en effet inspirés du concept de café suspendu, qui existe dans les bars napolitains, nous explique Maud Plantec, en charge du projet : «  Tu as plus d’argent que tu n’en a besoin, tu as envie de rendre quelqu’un heureux, tu te sens d’humeur solidaire ou encore tu veux partager un bout de journée avec un parfait inconnu pour échanger sur ce qui vous viendra à l’esprit : commande deux cafés et offres-en un à client démuni qui en fera la demande, qui sait avec quoi tu pourras repartir ! Voilà le concept. Il s’est étendu à beaucoup d’autres sphères de la vie de tous les jours, les baguettes de pain, les livres… Et, donc, pourquoi pas les bureaux ? »

Le principe qui résulte de ces réflexions est donc simple, en apparence, mais surtout très utile pour des acteurs économiques très particuliers, les créateurs de start up, mais aussi certaines grandes entreprises. Ces dernières, en participant au projet, acceptent de prêter des locaux vides à de jeunes structures. Si la philanthropie est rarement l’apanage des relations au sein de la sphère économique, ces grandes organisations peuvent cependant y trouver un intérêt certain, comme nous l’explique Maud :« Une entreprise peut très bien, suite à un remaniement ou alors à cause d’un emploi à temps partiel avoir un bureau libre pendant quelques heures par semaine, ou alors pendant une durée indéterminée (le temps de trouver un nouveau collaborateur par exemple). Dans ce cas, elle paye de toute façon le loyer, la connexion internet, etc., mais ne peut le louer ! Une solution : Bureau Suspendu. Il faut arrêter de penser en terme de rentabilité financière mais plutôt en terme de rentabilité sociale. » S’il ne peut s’agir d’une solution de long-terme pour les acteurs, notamment pour les start-up qui ne peuvent envisager leur activité sur un mode « itinérant » pendant une longue période, il peut s’agir d’une opportunité exceptionnelle, d’un « pied à l’étrier » solide pour de jeunes entrepreneurs.

 

Des avantages partagés, pour une réelle incitation à la coopération

logo
Le logo de Bureau Suspendu

Les avantages d’un tel projet sont nombreux, et sont surtout partagés entre toutes les parties prenantes. Bien entendu, les premiers bénéficiaires sont les start up concernées : ces structures, jeunes et très souvent positionnées sur des secteurs porteurs, comme l’informatique ou le consulting, n’ont pas toujours les moyens de financer des besoins matériels importants, d’autant plus que le statut d’auto-entrepreneur, parfois utilisé, ne permet pas de levées de fonds importantes. Bureau Suspendu leur permet de bénéficier de moyens techniques gratuitement pour lancer leur activité.
Mais les entreprises participantes trouvent également un intérêt certain à apporter leur participation au projet : elles évitent ainsi de payer des frais pour des locaux inutilisés suite à une modification des conditions de production, tout en se dotant d’une image solidaire et moderne. Mais, comme nous l’explique Maud, un tel fonctionnement, en plus de créer une plus-value « éthique » à une activité économique, permet également certaines retombées et externalités très positives : « Imaginez la pause-café dans une entreprise hôte qui accueille pendant un temps une start-up en plein essor. Les salariés des deux boites se retrouvent, ils échangent sur leurs activités, leur problématiques, leurs ambitions et naturellement un lien se crée qui se concrétisera en échange d’idées, de solutions, de contacts et de sourires ; même si les deux domaines d’activités sont totalement différents ! »

La mise en place d’une telle organisation, notamment sur le plan logistique, ou le suivi des partenariats initiés, sont autant de compétences qui s’avèreront précieuses tout au long de la vie étudiante et professionnelle. Les membres de Bureau Suspendu bénéficieront également d’autres atouts très professionnalisants : « Des formations à la vente, à la négociation et au fonctionnement du monde du travail seront organisées grâce aux intervenants du monde professionnel avec qui nous sommes en contact pour permettre à nos membres d’acquérir les compétences nécessaires lors des rendez-vous avec les entreprises. Notre but : offrir à nos membres une expérience professionnelle “sur le terrain”», nous précise Maud.

Une campagne de recrutement est lancée aujourd’hui (voir page Facebook)  pour la communication de l’association, la gestion informatique de la plateforme, ou encore le démarchage des entreprises. Toutes les candidatures sont bien entendu les bienvenues pour participer à ce projet ambitieux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.