Le pari du Paris Globalist

Vol-III-Issue-2_couv.jpg La Péniche a rencontré la semaine dernière Nathan et Eléonore, tous deux en affaires (publiques et internationales) pour le Paris Globalist. Le quoi ? Le Paris Globalist ! Jamais ou vaguement entendu parler ? C’est bien le problème pour la nouvelle équipe, alors petit topo.

Le Paris Globalist c’est le magazine de relations internationales par les étudiants de Sciences Po. Pour ne pas trop s’éloigner du schéma de pensée sciencespiste et éviter ainsi le découragement du lecteur, on dira que le caractère international du magazine se retrouve à la fois dans la forme et dans le fond. Dans la forme, tout d’abord, ou plus exactement la méthode utilisée puisque le PG fait parti d’un réseau de publications présentes dans dix universités partenaires à travers le monde. Le réseau, Global21, crée à Yale en 2005 permet l’échange d’idées mais aussi d’articles lors d’une publication annuelle commune. Le caractère global se ressent également du fait des nombreuses contributions d’étudiants d’échange- ce qui contraste avec le relatif manque d’ouverture de la vie associative aux internationaux- et de la publication de la moitié des articles en anglais.

Dans le fond, ce mode de fonctionnement permet au magazine de bien cerner son objet : les relations internationales. La publication papier chaque fin de semestre traite d’un thème principal comme les Rogue State (Etats Voyous) ou les diasporas l’année dernière. Une interview d’un spécialiste vient compléter l’analyse des étudiants sur le thème central. D’autres sujets d’actualité sont abordés sous la forme d’articles courts ou de photo-reportages (les tamouls à Paris l’année dernière) ou encore d’un reportage « sur le terrain » réalisé en partenariat avec l’Ecole de Journalisme. Osons le terme, le tout est assez bluffant. Outre la qualité de la mise en forme et de l’impression, les contributions sont assez percutantes tandis que le recours à l’image permet de donner à l’ensemble un aspect dynamique. On en arrive alors à un paradoxe : la qualité est là mais le magazine reste assez méconnu des étudiants. Pense t’on qu’il est trop « pro » pour s’y intéresser en tant qu’étudiant?

Le Pari du Paris Globalist pour cette année est donc d’améliorer la visibilité du magazine. Les obstacles administratifs et financiers semblent d’ors et déjà levés. Signe d’une meilleure reconnaissance institutionnelle, le magazine est désormais référencé à bibliothèque tandis qu’un partenariat avec l’Association du Master RI débute, sans doute pour l’organisation d’événements communs. En ce qui concerne la sécurité financière, le partenariat avec l’Agence Française Pour les Nations Unies a été renouvelé. L’augmentation de la visibilité ne devrait pas se faire au détriment de la rigueur intellectuelle. La nouvelle équipe veut encourager la coopération entre les étudiants-rédacteurs et les professeurs sur le modèle américain où l’étudiant discute de son article avec un professeur avant publication. Last but not least, la refonte du site internet devrait permettre de répondre à ce double objectif de rigueur et de visibilité : accroitre l’accessibilité du magazine aux personnes extérieures à SciencesPo et la réactivité à l’évolution de l’actualité internationale.


Pour aider le Paris Globalist à tenir le pari n’hésitez pas :

  • à assister à la réunion de rentrée du Mardi 6 Octobre, 19h15 (salle à définir)
*à visiter le site internet http://www.global21online.org/paris/
  • à rencontrer l’équipe en Péniche lors du forum des assoc’
  • à contacter par mail nathan.grison@sciences-po.org ou eleonore.peyrat@sciences-po.org (Pdt et rédac chef du PG)

1 réflexion au sujet de “Le pari du Paris Globalist”

Laisser un commentaire