Vie du campus

LaPéniche modère…

Par de nombreuses interviews des syndicats, des comptes rendus de réunions ou un large écho à la campagne syndicale, l’équipe de LaPéniche accorde toute la place qu’ils méritent aux revendications et préoccupations des représentants étudiants. LaPéniche n’est toutefois pas une arène et n’a en tout cas pas vocation à maintenir sur son site des commentaires qui ne sont que des copiés collés de communiqués.

Un commentaire est avant tout une prise de position, une réaction personnelle aux éléments mentionnés et non pas un texte plus ou moins long dont le seul objectif est de faire passer une position syndicale en profitant de la tribune, c’est-à-dire de l’audience, de notre site.

A l’avenir donc, et pour préserver l’intégrité de LaPéniche, nous nous verrons contraint de modérer de tels commentaires. Cela n’empêchera pas le débat de se poursuivre, bien au contraire.

7 Comments

  • Lucas

    Communiqué du local syndical:
    Nous ne savons pas si Valentine est la meilleure amie de l’UNEF, mais nous tenons à souligner que l’UNEF est l’amie de Valentine.

    Paix et amour.

  • Louis

    « J’attends qu’on me les montre les erreurs dans nos communiqués. »
    Chic alors, je m’y mets ! Évidemment, comme je n’ai pas non plus que ça à foutre, on va s’en tenir à celui post-occupation du 25 mars.

    « Mardi 24 mars, les militants de Sud, du NPA, d’ATTAC et de l’UNEF ont pénétré à 21h au 13, rue de l’Université, afin d’opérer une occupation nocturne de Sciences Po. « 
    Ca commence mal : plutôt que « les militants » il faudrait dire « des militants ». Par ailleurs, tu omets le fait qu’il y avait des gens non syndiqués et dans aucune orga politique, tout comme tu oublies de citer certaines orgas politiques auxquelles appartiennent certains occupants (le PS par exemple). Surtout : personne de Sciences Po n’a pénétré à 21 heures, ce sont des étudiants extérieurs à l’institut qui sont rentrés à ce moment là. Les « militants » pré-cités étaient déjà dans les lieux.

    « Les portes ont été fermées jusqu’à 21h30 afin de stopper l’envahissement, de telle sorte que les étudiants ont été retenus un quart d’heure à l’intérieur. »
    Manque de pot, elles ont été fermées jusqu’à 21h50 et n’ont rien stoppé du tout. Les Ingrid Bettancourt du 13 rue de l’Université ont donc vu leur supplice durer 20 minutes de plus.

    « Les bloqueurs ont alors été rejoints par des militants anarchistes extérieurs à Sciences Po, qui auraient pénétré dans les bâtiments par les toits, malgré la présence d’un cordon de CRS. « 
    Là c’est un peu l’apothéose, l’acmé de ton communiqué, on touche au sublime. Comme dit juste avant, les éléments extérieurs étaient déjà là à 21h et parler d' »anarchistes » est une vision très réductrice (mais terrifiante, n’est-ce pas ?). Quant à ton délire sur les yamakasis anarchistes, désolé de te décevoir mais non. Une seule personne a procédé de la sorte, c’était bien plus tard dans la soirée et il ne s’agit ni d’une personne extérieure à Sciences Po, ni d’un anarchiste.

    Je t’épargne l’exégèse de vos analyses. Mais ne serait-ce que sur les faits, « ça sent la manipulation politique à plein nez. Dommage… »

  • Valentine

    Maxence, ne sois pas de mauvaise foi, tu sais bien que je t’ai envoyé un email tout spécialement ainsi qu’au président de ND pour que vous puissiez vous exprimer à propos de tout ça dans un article décent.
    J’avoue que l’utilisation pure et simple de notre site comme un vulgaire panneau d’affichage (qui sont bien utiles, surtout quand on y annonce des choses d’un haut contenu intellectuel pour un premier avril) m’a un peu refroidie.

    « Ca sent à plein nez la manipulation politique. » Avoue que tu ne donnes pas non plus envie qu’on t’aide à raconter n’importe quoi. Insulter une équipe de rédacteurs, même motivés, n’est pas exactement la meilleure façon de se faire interviewer.

    J’attends avec impatience le moment où tu vas me dire que tout UNEF/SUD sont mes meilleurs amis.

  • Antoine

    @Maxence. Refuser que tu fasses un copier-coller de tes communiqués dans les commentaires, ça manque de professionnalisme et ça manque de journalisme? Voilà une bien jolie conception du journalisme. C’est sûr que balancer tes communiqués, pour réagir à une information, lancer un débat, et interagir avec d’autres personnes, c’est bien plus professionnel.

  • Maxence

    J’attends qu’on me les montre les erreurs dans nos communiqués.

    Mais je suis très flatté par cette attention personnelle de LaPéniche.net.

    Vous n’interviewez pas tous les syndicats et vous vous plaignez que les absents commentent. Exemple : « Nouvelle AG, brumeuse ». Ma version ? Une AG divisée, durant laquelle certains n’hésitent pas à soutenir le recours à la violence.

    Ca manque de professionnalisme. Ca manque de journalisme. Ca sent à plein nez la manipulation politique. Dommage…

  • Louis

    Oui, c’est à croire que Frédéric Lefebvre fait des heures sup’ à l’UNI Sciences Po… Surtout qu’ils sont plein d’erreurs factuelles ces fameux communiqués.

  • Bloom

    Tant mieux. L’UNI (et ses deux militants et demi) commençait à me courir avec ses sempiternels communiqués tous aussi créatifs les uns que les autres.

    Heureusement qu’il y en a, des blocages, sinon l’on ôterait le seul fonds de commerce de nos camarades droitiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.