Vie du campus

Interview : Martin, 5A, membre fondateur de la RSP (Radio des étudiants de Sciences Po)

« Crucifixion ? Yes. Good. Out of the door, line on the left, one cross each ».

Non, Martin ne nous rejoue pas une scène de La Vie de Brian. Som Lajos (à droite sur la photo…), leader du groupe Piramis, est une vraie rock star en Hongrie. Et c´est pour les auditeurs de RSP qu´il s´est rendu sur les bords du Danube, en quête d´une interview exclusive du Sacré Gars… (voir la vidéo)

La RSP (Radio des étudiants de Sciences Po), c´est d´abord un projet collectif, né il y a près d´un an et qui a débouché sur ça : www.rsp.fm, site web où vous pouvez écouter des émissions « où vous voulez, quand vous voulez » et qui a pour ambition – rien de moins – de figurer parmi les favoris de tous les étudiants de Sciences Po avant la fin de l´année… Comment ? Par une programmation variée, tout d´abord : la radio se veut éclectique. Emissions politiques, bien sûr (« En voilà des idées », animée par Julien Charnay, par ailleurs journaliste chez Marianne ou encore « 22, V´là les élections», qui laisse présager des débats hystériques constructifs entre responsables associatifs, à l´aube des élections de 2007). Mais aussi playlists, live acoustiques de groupes d’étudiants de Sciences Po, émissions sur les médias, retransmissions de conférences… ou d´autres thèmes plus surprenants tels que « le foot business », où comment l´on découvre que les étudiants du master finance sont cools, en fait. Le tout agrémenté de jingles sympas et d´un ton plutôt accrocheur…

Rencontre avec Martin, un des membres fondateurs de la radio.


  • LaPeniche.net : Bonjour Martin. Peux-tu nous retracer rapidement la genèse de la radio ?

Martin : Le projet a été lancé il y a un an. Avec deux copains on cherchait un projet collectif ni trop fatigant ni trop inintéressant. Etant en master finance, on avait en gros le choix entre « la logique des clusters sur le plateau de Saclay » et l´élaboration d’un « recueil d’analyse financière des sociétés du Cac40 en appui du cours d’Outils de Gestion ». On n´avait rien contre les clusters, encore moins contre Saclay, mais on s´est quand même dit qu´on rigolerait un peu plus en montant une radio. D´autant qu´à l´époque, les étudiants ne disposaient quasiment d´aucun média pour s´exprimer et ça nous paraissait juste aberrant. Il suffit de voir les journées de reconnaissance des associations pour se rendre compte qu´il y a à Sciences Po des tas de gens qui s´intéressent à des choses totalement différentes, de la politique à la religion, en passant par le hip-hop ou la cuisine, et qui n´ont qu´une envie : les faire partager ! D´ailleurs, le succès de votre webzine prouve bien que les étudiants ont envie de savoir ce qui se passe à Sciences Po, de mieux se connaitre entre eux et, d´une manière générale, de confronter leurs points de vue sur à peu près tout et n´importe quoi. La radio nous a semblé le média le plus approprié pour ce qu´on voulait faire : convivial, intuitif (mettez un micro sous le nez d´un responsable politique et vous verrez) et relativement facile à mettre en œuvre grâce à Internet. A titres personnels, on avait aussi un fort tropisme radiophonique. Je revenais des Etats-Unis où j´avais animé une émission de musique électronique sur la radio FM de l´université et j´avais vraiment pris goût à la montée d´adrénaline au moment de s´approcher du micro et au plaisir qu´il y a à faire partager ses passions à des milliers d´auditeurs.

  • Comment en êtes-vous arrivés à la forme actuelle de la radio ?

Le projet a beaucoup évolué au cours de l´année. Au départ, j´avais l´expérience d´une radio FM diffusant 24h/24h, 7 jours/7, avec plus de 250 animateurs, et je m´étais tout simplement dit : chouette ! on va faire la même chose, mais sur Internet ! Avec le recul, c´était légèrement irréaliste… Sur ces entrefaits, le podcast est arrivé et le concept de radio traditionnelle a explosé : soudain, les gens n´écoutaient plus France Inter mais le Masque et la Plume. En plus ils pouvaient le faire où ils voulaient et quand ils voulaient. On s´est naturellement dirigé vers ce modèle : une radio à la carte offrant des émissions à écouter individuellement sur le site et téléchargeables en podcasts sur iTunes. L´avantage est double : d´un côté l´auditeur écoute ce qu´il veut, d´où il veut (particulièrement utile quand on sait que seulement 1/3 des étudiants sont sur le campus de Paris) et quand il veut ; de l´autre, les animateurs ont une liberté totale quant à la fréquence, la durée et même la thématique de leurs émissions. Cette flexibilité est aussi très utile pour la diffusion d´émissions évènementielles, et de plus en plus d´étudiants et de membres de l´administration nous contactent pour que la radio mette en ligne les conférences ou les débats qu´ils ont organisés.

  • Que peut-on espérer trouver prochainement sur www.rsp.fm ?

Politique, culture, médias, vie étudiante : il a bien fallu qu´on trouve quatre mots pour définir notre ligne éditoriale mais dans les faits on est ouvert à tous les types de projets, du moment qu´ils sont originaux et de qualité. La semaine à venir ne dérogera pas à cette règle puisqu´on va mettre en ligne des émissions aussi diverses que la première de « 22, V´là les élections», l´émission de débat qui a mis aux prises des représentants de l´UDF, de l´UMP et du CAP (le PS ayant malheureusement décliné l´invitation pour cause de débat interne), l´enregistrement de la conférence organisée par les Jeunes Verts et P.A.V.é.S. « Décroissance vs. Développement Durable: quelle politique économique pour l´environnement ? » et bien sûr, l´interview exclusive, et en Hongrois, de Som Lajos, le leader du groupe Piramis ! Je veux encore redire que RSP ne se limite pas à ce qui se passe à l´intérieur de Sciences Po. Par exemple, le site propose en ce moment un document exceptionnel : une interview-témoignage avec Papken Injarabian, l´un des derniers rescapés du génocide arménien de 1915. C´est la première de l´émission « Témoins du monde » d´Alexis et on est vraiment fier de diffuser cela.

  • Un site plutôt bien fichu, mais peu fourni… Que comptez-vous faire pour booster son activité ?

Les pages à caractère ouvertement sexuel n´étant malheureusement pas une option, il va bien falloir qu´on se creuse la tête pour trouver un autre moyen…On va donc essayer de mettre le site à jour régulièrement (la progression par rapport à l´année dernière est à cet égard époustouflante puisqu´on va mettre plus d´émissions en ligne la semaine prochaine qu´au cours de toute l´année passée !), de multiplier les partenariats et les liens avec d´autres sites (au premier chef les associations de Sciences Po), et d´une manière générale, de communiquer davantage pour ne plus jamais entendre, comme je l´ai entendu la semaine passée, un membre du BDA me dire « ah mais c´est super comme idée une radio à Sciences Po, quand est-ce qu´on pourra commencer à l´écouter ? Vous diffuserez dans la Péniche ? »… Notre campagne d´affichage agressive et néanmoins personnalisée a d´ailleurs commencé aujourd´hui lundi 20 novembre. Notre problème principal aujourd´hui est notre manque de moyens d´enregistrement. Nous avons ponctuellement accès au studio de l´école de journalisme, nous disposons aussi de matériel d´enregistrement mobile pour les interviews, mais c´est loin d´être suffisant pour le nombre de projets d´émission que nous avons. On discute depuis plusieurs mois avec la direction pour obtenir notre propre studio et on a bon espoir que ça finisse par aboutir. Après, est-ce que l´un d´entre nous sera encore là pour voir ça ? C´est une autre histoire… D´ailleurs, si des étudiants cherchent une bonne raison pour s´enchaîner aux portes de Sciences Po, qu´ils n´hésitent surtout pas.

  • Recherchez-vous des étudiants motivés ?

Bien sûr, et pas seulement pour utiliser leur corps comme arme de négociation. L´équipe est totalement nouvelle par rapport à l´année dernière et nous sommes tout prêts à accueillir de nouveaux membres motivés et énergiques (car il y a plein de choses à faire, de la participation aux émissions à la communication ou à l´organisation d´évènements). Aujourd´hui nous recherchons plus particulièrement des étudiants avec des compétences en gestion de site Internet et Podcast pour nous aider à faire face à l´augmentation du contenu et du trafic sur le site.

  • Un mot pour donner envie aux lecteurs de La Péniche de découvrir le site, voire de rejoindre la radio ?

Notre slogan, inspiré d´une interview de Paul, responsable de Sciences B-Boy, association non reconnue (car non candidate, Paul ayant malheureusement oublié de l´inscrire auprès de l´administration) pour la promotion du vrai hip-hop à Sciences Po: « RSP, pour tous les déchirer » !

Découvrez la RSP en musique… (podcast du groupe Justice, choisi par Martin, en bonus pour les lecteurs de La Péniche…)

Merci Martin, et à bientôt sur www.rsp.fm

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.