Vie du campus

Elections BDE 2012: 3615 Sciences Po

549045_103506379783184_215306314_n.jpg

C’est autour d’un Big Mac et de frites bien grasses que je rencontre les représentants de 3615 sciences po, l’occasion de se mettre dans le bain en prévision de l’orgiaque farandole de viennoiseries, chips, et cochonneries en tout genre, dont vous serez gavés en continu pendant trois jours. Entre deux gorgées de coca, le président de la liste spécialement revenu de Russie, flanqué de sa présidente de campagne autoproclamée maman de la liste et de la responsable partenariat, pom-pom à ses heures perdues, se plient volontiers au jeu des questions.

En appelant sa liste 3615 sciences po, le président Nicolas Pochitaloff préfère laisser les mauvais calembours, anglicismes et latinismes en tout genre à leurs adversaires. Le message est simpliste mais a le mérite d’être clair : 3615 sera un BDE à ton service, pour changer. Rétro mais pas nostalgique, 3615 sciences po se veut une liste sympathique. Un peu à l’image d’un certain Jacques Chirac, dont le personnage a d’ailleurs inspiré le nom de leur soirée, « Jacques Chopsal ». Pas de révolution en perspective donc, pour cette année 2012/2013, mais des promesses aux allures de slogans présidentiels réchauffés, tout droit sortis de l’ère du minitel ; « nous irons plus loin ensemble » avec la mise en place d’ « un BDE pour tous ».

3615 pipo: pochiLes trois joyeux lurons me décrivent une équipe éclectique et professionnelle, chaque membre ayant été recruté pour ses compétences et non par pur copinage. 3615 n’a pas eu besoin de spammer tout sciences po pour dénicher ses membres, bien au contraire ils ont été triés sur le volet ; le président en personne s’est assuré de séparer le bon grain de l’ivraie, n’hésitant pas à recaler les simples « wanna be » polo BDE. On me glisse même dans l’oreillette qu’ils auraient refusé des membres de la liste concurrente. Même s’il admet que « le BDE c’est cool », Nicolas est à la recherche de personnes investies à Sciences po qui, à l’image de ce « fan boy de l’école », fondateur de Sciences Oripeaux et ancien membre actif des fils d’Arcueil, multiplient les casquettes associatives. Si certains membres de la liste se sont effectivement mobilisés pour des causes aussi louables que l’humanitaire (ASPA) ou le soutien scolaire (Ambition Campus), on est plus sceptique quant au bien-fondé des activités carnavalesques ou anti-provinciales à tendance scatophile, auxquelles s’adonnait quelques mois auparavant notre aspirant président. Conscient des casseroles qu’il trimballe, Nicolas met les bouchées doubles pour me convaincre que les confettis c’est fini. Place au nouveau Nicolas. On se croirait presque à un meeting UMP.

Comme ils aiment à le souligner, cela fait bientôt cinq mois qu’ils planchent sur le chantier du futur BDE. Qu’on leur demande de définir l’identité de leur liste, ce qui les différencie de leurs adversaires, ou de nous expliquer le pourquoi du minitel, mes interlocuteurs n’ont qu’un mot à la bouche, maturité. Reste à savoir si ce programme, qui devrait donc être mur à point, donne un bon cru ou tourne au vinaigre. In vino veritas, comme diraient les autres. Toujours selon mon trio de choc, 3615 sciences po a voulu se concentrer sur son programme pour l’année prochaine, la campagne étant considérée comme un moyen et non une fin. A l’examen du pavé qui a le bon goût de mesurer 36cm, une vraie sincérité perce, même si on a tendance à tourner de l’œil dès qu’il est question de « promouvoir », d’ « amplifier » , ou de « développer la visibilité », autant de termes flous inlassablement scandés par une succession de listes BDE sans odeur ni couleur .

Capture_d_e_cran_2012-03-28_a__08.54.56.pngNéanmoins rendons au minitel ce qui est au minitel et reconnaissons que l’ensemble du programme a le mérite d’être plutôt réaliste, et comporte quelques bonnes idées, bien qu’il manque un peu d’ambition. On applaudira notamment la proposition innovante de former des groupes de rencontre de cinq 1A, trois 2A et deux internationaux, en réponse à l’intégration aujourd’hui insatisfaisante des internationaux à la vie de notre chère école. Cette nouveauté ne remplacerait pas les systèmes de Buddy et de parrainage. On peut donc craindre que la multiplication des jumelages inter étudiants nuise à leur efficacité, alors même qu’ils sont déjà très fragiles. Au BDE de mettre en place un calendrier de rencontres suffisamment alléchant pour que les français laissent tomber leur baguette et leur béret, pour s’adonner à la danse orientale, se mettre à porter des sombreros ou se délecter de poutine. Pour cela 3615 nous proposent le sempiternel pique-nique de début d’année et la participation des internationaux au WEI. Quand on sait que seul un cinquième de la promo peut s’y rendre, on se dit que ce n’est peut être pas une priorité. 3615 prévoit aussi de mettre un terme au bizutage des 1A au WEI, lui préférant un système paternaliste, les 2A passant du rôle de bourreaux des nouvelles recrues à celui de chefs d’équipe lors des traditionnelles olympiades. Une mesure qui risque d’en décevoir plus d’un, quand on sait combien il est amusant de jeter des œufs sur des 1A sans défense.

Autre bonne idée au bataillon, la mise en place d’un carnet de coupons de réductions regroupant tous les bons plans dénichés par le Bureau des Elèves pour ses étudiants adorés. Un sens pratique qu’on retrouve dans la volonté de mettre en place une base de données de cours, mesure d’ailleurs approuvée par l’administration. Loin d’être fantaisistes, les adeptes du minitel ont la tête branchée sur les épaules et ne nous promettent pas la folie des grandeurs. A contrario des gladiateurs qui projettent d ‘organiser leur propre voyage humanitaire, 3615 ne veut pas être calife à la place du calife. Ils préfèrent organiser un forum humanitaire afin de mettre en contact des associations à but humanitaire avec les étudiants de sciences po. Lucide quant à l’échec du Sciences po National tour, 3615 prévoit d’instituer un week-end des campus pour accueillir les étudiants en région dans la capitale. Nicolas envisage également des réformes structurelles puisqu’il souhaite renforcer le rôle du vice-président alors qu’il s’agite sur sa chaise, fébrile, prompt à couper la parole à ses deux partenaires, tout sourire en dépit des interruptions à répétition de celui qui prête son patronyme au groupe des FA, renommé la Pochitaliste, pour l’occasion.

Quand on aborde le sujet de la communication, la présidente de campagne, alias responsable pôle « anti crasse » de la liste (comprenez l’ambassadrice kikoo chargée de contenir les insultes contre la liste adversaire), réussit enfin à en placer une, face à l’hyper président Nicolas. Réalisée avec les moyens du bord, leur vidéo est plutôt réussie et ne tourne pas en trip égocentrique. Nos candidats y passent pour des bisounours un peu désuets, mais c’est toujours mieux que l’incitation à la partouze/biture/sexisme des Narcisses des temps modernes. Le problème de 3615 sciences po c’est qu’ils s’y « voient déjà ». Alors que la liste concurrente inonde nos pages facebook d’évènements en tout genre et a déjà publié le calendrier des réjouissances sur leur site internet, 3615 sciences po était mardi soir encore clairement en retrait. Ils évoquaient vaguement une « jardin party » et un « après travail » dont l’originalité se cantonne aux noms disgracieux, et un combat sur ring, sorte de combat de sumo réchauffé, l’évènement phare de la liste sortante. 3615 sciences po a tendance à oublier que, si la campagne n’est pas leur objectif final, elle est le moyen de montrer de quoi ils sont capables. Un bon programme n’est rien sans de solides partenaires et les coûteuses animations qui vont avec. A tel point qu’on en vient presque à regretter les tee-shirts mouillés et les jus de tomate de trente six quinze pipo, le faux profil crée par les détracteurs de la liste rose bonbon.

On mise donc beaucoup sur la campagne physique, qui sera l’occasion d’évaluer la fameuse « maturité » du programme . Après tout comment reprocher au minitel son retard dans la campagne internet ?

14 Comments

  • K

    @3615 :

    Si ce sont les ressources de vos partenaires que vous utilisez pour les activités ridicules et/ou inutiles que vous proposez, c’est à la limite encore pire. Vous ne m’en voudrez pas de mettre en doute la transparence : après tout, il y a encore deux jours, vos partenaires n’apparaissaient même pas sur votre site. Et je ne sais pas quelles relations vous entretenez avec Sciences Po, mais j’imagine qu’ils ont autre chose à faire que de surveiller vos relations exactes avec vos partenaires — elles vous regardent.

    Mais peu importe, c’est secondaire. Que l’argent vienne de vous, ou de vos partenaires, j’ai du mal à comprendre en quoi c’est faire preuve de « responsabilité » que de claquer des ressources pour un peu de mauvaise comm’ ; hormis l’envie assez désespérée d’être élus (mais vous n’êtes pas les seuls, bien sûr), je trouve que vous n’affichez pas grand chose.

    Ce n’est pas à moi de vous parler de mes « idées » (d’ailleurs, c’est bizarre de me parler des mes « idées » alors que je n’ai pas utilisé le mot. Une seule explication : il vous fallait un vieux prétexte pour mettre un mot entre « guillemets » parce que ça « met en doutes » ces « idées » que je n’ai jamais évoquées). Des « idées », c’est à vous d’en proposer, et le mieux serait qu’elles soient un rien innovantes. Les différences, chaque année, entre chaque liste BDE, se résument à la quantité de bouffe que vous avez respectivement distribuée.

    Bien sûr je fais mon rageux ici, mais je vous aime bien quand même hein. <3

  • Blagues

    Poutine ne prend pas une majuscule, on parle du nom commun, la poutine.

    Et c’est assez malvenu d’insérer des jugements de valeur sur les activités associatives de chacun. Quelque soit l’objet de l’association, cela demande souvent beaucoup d’investissement et de logistique, aussi humouristique soit la vocation de cette implication.

    De manière générale, l’article contient nombre de jugements de valeur sur la liste (on passera les amples descriptions de Nicolas, je vois pas en quoi c’est vraiment pertinent de nous dire qu’il était fébrile pendant l’entretien) qu’on ne retrouve pas dans l’autre article, qui est plus carré. C’est bien dommage.

  • 3615 SCPO

    @K.
    Avant d’émettre un quelconque jugement douteux, tu devrais t’intéresser de plus près à la façon dont se déroule le projet de création d’une liste BDE.
    Nous tenons des comptes en toute transparence avec l’administration. L’apport personnel est plafonné à 50€, maximum, par tête. Par ailleurs, je doute que tu connaisses les situations financières personnelles de chaque membre de notre liste. Devons-nous te rappeler que nous sommes, nous aussi, des étudiants ?
    Si nous avons des partenariats, c’est justement pour nous permettre de financer ces campagnes qui, certes, représentent un coût mais qui permettent également de gérer un budget. Budget d’ailleurs serré, nous pouvons te l’assurer.
    Si, à présent, tu doutes encore de nos financements, de notre sens de la responsabilité ou encore de notre motivation, je t’invite à te présenter à notre stand et à discuter avec nous de tes « idées ».

    3615 SCPO, Minitel, Maxilove.

  • K

    @Charlotte : Ils ne savent aucunement gérer un budget, ils paient de leur poche et il n’y a aucune garantie qu’ils soient remboursés. On ne peut pas parler de « budget » lorsque celui-ci vient d’abord de leurs ressources personnelles. Donc non, le fait qu’ils nous filent des croissants ne témoigne en rien d’une quelconque responsabilité, au contraire.

  • charlotte multon

    A Judith, le terme « carnavalesque » ne fait pas référence aux FA mais à Sciences Oripeaux.

    A Gomorre, tu as tout à fait raison pour la faute de conjugaison, qui sera rectifiée incessamment sous peu. Quant à mon passé de pom pom, je ne vois pas le rapport avec la choucroute.

  • Judith Butler

    C’est du joli ça, Gomorre (bravo la référence) donner des leçon pour sauver l’honneur de guignols réunis en bande (que fait Sarkozy ?) en invoquant le passé de pom-pom de l’auteure.
    Pour les qualifier, le terme carnavalesque me parait inapproprié et hors de propos. Ils n’apportent pas un esprit festif mais régressif et ultra-sexiste. Il faut cesser de les critiquer, c’est leur faire honneur et les persuader que leur « humour second degré provoc’ scatophile » dérange. Or ce qui dérange, c’est qu’il semble, de l’extérieur qu’ils n’y peuvent rien s’ils sont ainsi. L’effet de groupe. Le solipsisme social. Les ignorer, c’est donc leur rendre un grand service. Et ici, c’est raté.

    Joli article sinon, et Poutine avec une majuscule.

  • Gomorre

    « on est plus sceptique quant au bien-fondé des activités carnavalesques ou anti-provinciales à tendance scatophile, auxquelles s’adonnaient quelques mois auparavant notre aspirant président »

    Quand on essaye de faire des phrases compliquées pour faire littéraire et montrer qu’on sait utiliser des locutions originales et compliquées (par ailleurs extrêmement réductrices et caricaturales ce qui est assez malvenu pour une ancienne pompom…), on en profite pour réviser sa grammaire et accorder le verbe avec le sujet.

  • charlotte multon

    Pour répondre à K, la campagne, et 3615 l’a bien compris, n’est pas une fin, comme tu le soulignes à juste titre. Cependant, elle est l’occasion de démontrer aux électeurs la capacité de la liste à mobiliser des moyens. Une bonne campagne s’appuie sur des bons sponsors. En t’offrant des croissants, les listes prouvent qu’elles sont capables de gérer un budget, ce qui est précisément l’objet d’un Bureau des Elèves ( le seul coût du Gala s’élève à 250 000 euros). Et puis faire un câlin à un pacman géant ou à un renard en peluche, c’est plutôt sympa.
    Concernant Jacques, je te renvoie à l’affiche de leur soirée.

  • Votez BtB, le BON choix

    VOTEZ BACK TO BAZIL’

    http://www.facebook.com/pages/Back-

    LA SEULE LISTE QUI TIENT LA ROUTE, POUR DEFINITIVEMENT EN FINIR AVEC UN BDE DE FRAICHEURS

    De plus nous nous devons de noter l’impartialité d’une certaine Charlotte M*ulthon qui n’hésite pas à établir des parallèles honteux entre les Fils d’Arcueil et 3615 :
    – Les FA exècrent le 3615 et toute organisation s’apparentant au BDE en général
    – Monsieur Nicolas P*shitaloff n’a jamais inséré son poing dans un anus de poulet, il n’est donc pas véritablement intronisé au sein des FA
    – Les FA vous encouragent à voter BtB « Back to Bazil' » : http://www.facebook.com/pages/Back-… la seule liste de l’année qui a des idées révolutionnaires pragmatiques : transats dans le jardin, soirées bowling, babyfoot pour souder tout le campus de Paris, une après-midi artistique visant à promouvoir l’Art et la Culture en général, des partenariats afin d’offrir à TOUS les étudiants champagne de qualité et oeufs de lompe TOUS les vendredi soirs lors des BtB after work lounge…

  • Chevreuil

    « on est plus sceptique quant au bien-fondé des activités carnavalesques ou anti-provinciales à tendance scatophile, auxquelles s’adonnaient quelques mois auparavant notre aspirant président. »

    Et pourquoi ?

  • charlotte multon

    La campagne, et 3615 l’a bien compris, n’est pas une fin, et ce sur ce point je te rejoins. Cela dit la campagne est l’occasion de montrer aux électeurs de quoi la liste est capable. Une bonne campagne nécessite de bons sponsors, et un travail de longue haleine. En t’offrant des croissants, les listes cherchent à montrer qu’elles sont capables de gérer un budget, ce qui est précisément l’objet du Bureau des Elèves. Et puis faire un calin à un Pacman géant ou un renard en peluche, c’est plutôt sympa.
    Quant à la référence à Jacques Chirac, regarde leur affiche de soirée et tu comprendras

  • K

     » Un peu à l’image d’un certain Jacques Chirac, dont le personnage a d’ailleurs inspiré le nom de leur soirée, « Jacques Chopsal » « 

    Euh, ça vient pas de Jacques Chapsal ?

    Vous critiquez le manque de « moyens » et d’ « animations » : franchement, si les listes BDE arrêtaient les combats de sumo à la con, les livraisons de bouffe, les massages et autres bêtises chères et clientélistes, et qu’elles se concentraient sur un programme un peu utile et innovant, nous en serions tous grandis. Pas que je n’aime pas l’animation ; il y en a juste trop. C’est un combat à la fois pitoyable et désespéré pour gagner quelques misérables voix. Les listes devraient s’engager à être meilleures que le BDE précédent, plutôt que de claquer de la thune sur leurs comptes personnels comme à chaque élection.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.