Actualités

Dijon fait monter la mayonnaise européenne

Dijon a organisé les Collégiades en 2012

Pour ce premier partenariat avec La Péniche, l’équipe de Noviny, le nouveau journal du campus européen de Dijon tient à présenter sa réalité quotidienne.

Ce campus situé en plein cœur de Dijon sur l’Avenue Victor Hugo, dans un bâtiment du début du XXème siècle est en réalité une des dernières antennes de l’IEP de Paris. Celle-ci a été inaugurée en 2001 et a donc récemment fêté ses dix ans. Le campus comptait à ses débuts une trentaine d’élèves, aujourd’hui le nombre d’étudiants a été multiplié par six. Environ vingt nationalités se côtoient quotidiennement. Le campus est particulièrement orienté sur les pays d’Europe centrale et orientale (PECO), entrés dans l’Union Européenne en 2004. Ainsi les étudiants sont originaires de République Tchèque, Slovaquie, des Balkans, de Pologne, de Hongrie ; mais également de Russie, de Norvège, d’Angleterre, d’Italie, de Grèce, de Turquie, et même de Hong-Kong. Sans oublier bien sûr les étudiants français.

L’école dijonnaise propose un programme sur quatre semestres, donc sur deux ans. On distingue le programme francophone dans lequel tous les cours sont en français et le programme anglophone avec un apprentissage du français comme langue étrangère. La troisième année se fait à l’étranger, dans un pays d’Europe centrale pour les étudiants qui ne sont pas originaires de ces régions. Nous devons donc obligatoirement étudier une des trois langues d’Europe centrale enseignées à Dijon, à savoir le tchèque, le polonais ou le hongrois. Outre l’enrichissement linguistique, le campus offre aussi des cours plus ciblés : l’histoire des PECO, de la Russie ou du communisme sont des thématiques caractéristiques du campus dijonnais.

Le campus de Sciences Po à Dijon.

Le campus de la capitale des ducs de Bourgogne est donc un microcosme à part dans l’univers de Sciences Po. C’est pourquoi il est d’autant plus intéressant. À l’heure où l’Union européenne se cherche une voie, il paraît inévitable que les PECO soient des acteurs majeurs de sa nouvelle géopolitique. Plus qu’un enrichissement intellectuel, le campus européen de Dijon represente un pari sur l’avenir pour Sciences Po.

Tom Guilbert est le responsable WEB de Noviny (www.noviny-news.eu)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.