Vie du campus

Cérémonie de remise des diplômes 2007

Les diplômés de la promotion 2007 de Sciences Po ont eu droit le 18 juillet 2007 à une cérémonie de remise des diplômes assez particulière, sobrement intitulée « Permission de minuit ». L’objectif a été annoncé par Laurent Bigorgne en tout début de l’événement : « faire mieux qu’une soirée AS, BDA ou BDE » (il n’a sagement pas cité LaPeniche.net). Finalement, ce n’est pas la permission de minuit que nous avons eue, mais la permission d’une heure. Afin de bénéficier d’un point de comparaison sûr, nous avons interviewé un membre de l’administration, qui n’a pas hésité à qualifier l’événement de « meilleure cérémonie depuis Berlin (2001) et Bruxelles (2002)« , ce qui n’est pas rien. L’un de nos reporters s’était infiltré à l’événement et vous livre 376 photos ainsi qu’un compte rendu circonstancié du déroulement et de toutes les informations qui ont été communiquées.

Devant Sciences Po, sous un joli soleil très printanier, quelques étudiants attendent leurs amis, fument une cigarette, papotent sur leur stage ou leur emploi, et surtout hésitent à passer une dernière fois les lourdes portes aux battants en fer forgé. Prenant sur eux-mêmes (et sur l’angoisse – perceptible – de découvrir que l’on n’est pas diplômé), certains osent franchir ce sas dénué de tout contrôle, bien que l’on nous ai promis moult vérifications.

La péniche accueille les étudiants en attendant l’ouverture des portes de Boutmy. Le mouvement est lancé par le chef appariteur, décrétant les festivités ouvertes. Une foule dense s’engouffre alors dans l’amphithéâtre et découvre une ambiance bleutée assez étrange et assez sombre. Les rideaux sont fermés, une fumée synthétique s’échappe de l’estrade et s’élève dans l’amphithéâtre. Des projecteurs bleu inondent les travées. Le rez-de-chaussée de Boutmy est bientôt plein, forçant beaucoup d’étudiants à rebrousser chemin et à trouver refuge à l’étage, bien connu des siesteurs.

Tout d’un coup, la lumière s’éteint. Le noir se fait. Une musique électronique retentit, accompagnée d’effets stroboscopiques faisant ressembler Boutmy au vaisseau amiral d’un film de SF des années 70. Un logo s’immobilise sur l’écran : « Remise des diplômes 2007 ». Commence alors la cérémonie proprement dite. Nous mettrons très prochainement en ligne, sous format vidéo, les discours de Laurent Bigorgne, Jean-Emmanuel Combes et Richard Descoings. Les éléments essentiels à en retenir sont :

  • Laurent Bigorgne a dévoilé les chiffres de l’enquête sur les diplomés 2006 (rémunération, secteur du métier, fonction exercée, etc.). Les slides sont présents dans la section photo. Pour les paresseux, les chiffres clés sont : les Sciences Po 2006 sont 67% à exercer une activité professionnelle, ils sont à 21% consultants/auditeurs, 15% dans la banque/finance et 11% dans les médias, et ils gagnent en moyenne 34 000 euros.
  • Richard Descoings nous a informé que le nouveau site de Sciences Po est en ligne : http://portail.sciences-po.fr/. Le lancement a eu lieu en direct de Boutmy, avec un compte à rebours digne de John McLane
  • Richard Descoings nous a également tenu au courant des résultats des admissions sur mention TB : 350 admis pour 1200 candidats. Il en a profité pour ajouter que le projet d’un IEP en banlieue parisienne avance, principalement sur les sites de Villetaneuse, Créteil et Marne-la-Vallée
  • Enfin, Richard Descoings est revenu sur la polémique du logo : le nouveau logo conservera les « bestiaux », qui seront enchâssés dans un carré « légèrement arrondi » et qui porteront un livre. Il a émis le souhait que ce logo ait une portée internationale, afin que Sciences Po devienne aussi connu que la LSE.

Après ces discours a eu lieu la remise de lots aux étudiants les plus méritants de chaque master, LaPeniche.net tient à leur adresser de chaleureuses félicitations ! Les noms de tous les diplomés ont ensuite défilé, avec un effet Star Wars nous confortant dans l’hypothèse sus-évoquée.

Suite à ces salves d’applaudissement, il était temps de sortir se restaurer (et respirer un peu d’air frais). Un buffet composé d’un assortiment de petits fours et de champagne nous attendait. Après la photo de promo, la musique a été lancée dans le petit hall transformé pour l’occasion en boîte de nuit, et c’était parti jusqu’à une heure du matin… Les photos parlent d’elles-mêmes !

Pour conclure cet article, cette année et cette scolarité, j’ajouterai un petit mot plus personnel, peut être un peu mièvre mais c’est le style qui l’exige. Ceci était mon 93ème article sur LaPeniche.net, et également mon dernier. Certes, j’aurais bien aimé aller jusqu’à 100, mais avec le mouvement vers la banlieue, le 93 semble être à la mode à Sciences Po. Je tenais à remercier toute l’équipe de LaPeniche.net, qui sont des gens admirables de gentillesse et de dévouement ; les différents membres de la direction et du corps enseignant de Sciences Po, qui m’ont donné envie de m’investir dans la vie de notre école (ou université sélective, comme on veut) ; ainsi que tous les étudiants qui ont témoigné de la sympathie pour le travail que nous avons effectué cette année. Je souhaite à toutes les générations futures de pipoteurs d’avoir autant de plaisir à étudier que j’en ai eu, de rencontrer des gens aussi intéressants que ceux que j’ai eu la chance de fréquenter, et enfin de réussir à caser les mot « apophatisme » et « scapulomancie » dans un exposé. Votre dévoué, Florian Bezault.

8 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.