Vie du campus

A la recherche du petit boulot idéal… sans sortir de Sciences Po !

Paris. Ses lumières, ses immeubles. Le 27 rue St Guillaume. Les bars, les restaurants. Cette ville qu’on aime, mais qui coute si cher, pour nous, étudiants. Parce que vous êtes lassés des babysitting et des cours particuliers – oui, cela vous coute de l’énergie et vous oblige à prendre sur vos soirées. Les petits boulots d’hôte et d’hôtesse d’accueil, ce n’est pas tellement votre truc non plus. Serveur ? Trop contraignant ! Vous êtes à la recherche d’un petit boulot aux horaires souples, qui soit conciliable avec vos études. Ne cherchez plus ! Vous avez ce qu’il vous faut au sein de votre école pour vous permettre de limiter les fins de mois difficiles. Voici un petit tour d’horizon des jobs étudiants s’adressant exclusivement aux sciencespistes.

Le Pôle Handicap – de lecteur accompagnateur à sous-titreur de cours

Pour une organisation facile

Photo 2En début d’année, on voit passer un mail : on recherche quelqu’un pour prendre les cours à une personne qui n’est pas en mesure de le faire, en échange d’une rémunération. Quoi de mieux qu’être payé pour aller en cours, tout en rendant service à quelqu’un ? Figurez-vous que le Pôle handicap regorge de surprises. Il offre aussi la possibilité de sous-titrer des cours en direct, ainsi que d’être secrétaire d’examen, ce qui engage l’étudiant en période de partiel. C’est assez simple, cela nécessite seulement de savoir taper sur un ordinateur, puisqu’il s’agit de rédiger le brouillon, et la copie finale de l’examen de personnes malvoyantes.

Julia, étudiante à l’École de la communication, s’est laissée tenter par une offre de vacation publiée par le Pôle handicap, en début d’année. Elle s’est engagée auprès d’un étudiant qui a perdu la vue. Doctorant, il a besoin d’avoir accès aux ressources de la bibliothèque, qui dispose d’une salle spécialement aménagée pour les besoins de ces étudiants en situation particulière. Le rôle de Julia est simple : il consiste à lui donner l’opportunité d’utiliser ces ressources, en numérisant les livres dont il a besoin, et en l’aidant à faire des recherches. Pourquoi ce job plutôt qu’un autre ? C’est avant tout pour son aspect pratique. En effet, son lieu de travail est la bibliothèque de Sciences Po, ce qui lui permet d’éviter tout déplacement. D’autre part, Julia a signé un contrat lui imposant un nombre d’heures, mais c’est à elle d’aménager son emploi du temps, directement auprès de la personne malvoyante avec qui elle travaille. Mais le véritable atout de ce travail, c’est qu’il s’agit d’une expérience sociale vraiment particulière. « Cela m’a permis de trouver un petit boulot, certes, mais l’aspect social est vraiment intéressant. J’ai pu comprendre ce qu’impliquait une situation de handicap, et en travaillant avec lui, je noue aussi une relation d’amitié. Cela ouvre de nouvelles perspectives. »

Pour toute information, contactez Claire Seconde

http://www.sciencespo.fr/vie-etudiante/fr/content/handicap-et-accessibilite

Vacataire à la bibliothèque

Pour ceux qui préfèrent travailler en équipe

En parlant de bibliothèque, vous avez déjà pensé rejoindre son équipe d’étudiants ? Simple d’accès et ne nécessitant aucun déplacement Salles_de_lecture_27_rue_Saint_Guillaumecontraignant, ce sont des sciencespistes de tous horizons et de tous niveaux qui, à chaque début d’année, choisissent de travailler dans les différentes bibliothèques de Sciences Po. L’étudiant est engagé pour une période assez longue, et le travail n’est pas très exigeant. Là aussi, les horaires sont flexibles. Archivage, rangements, renseignements, il a l’avantage de ne pas occuper les vacataires de manière continue. Et oui, en étudiant studieux, vous pouvez parfois réviser vos cours sur place, quand cela est rendu possible !

Gabriela, étudiante en deuxième année, a choisi ce petit boulot, qu’elle avait repéré sur son espace vacataire. Ce qu’elle apprécie particulièrement, c’est l’équipe, qui souvent organise des événements en dehors des  locaux, pour permettre de mieux se connaître. « La communication entre nous et la direction est idéale », a t-elle ajouté. « Par conséquent, tout problème est résolu rapidement. Il y a aussi une très bonne coopération entre les vacataires, et les employés de la bibliothèque. »

Les missions de Junior Consulting

Pour bénéficier d’une expérience en lien avec vos orientations professionnelles

Vous aimeriez faire un stage. Seulement, en attendant la césure, vous n’en n’avez pas vraiment la possibilité, pour des raison d’emploi du temps. Vous souhaitez, pour autant, être en contact avec l’univers de l’entreprise, en mettant à profit les compétences acquises durant votre formation. Une solution s’offre à vous !

Vous connaissez Junior Consulting ? Oui, c’est bien cela, une société de conseil montée par les étudiants. Son rôle ? Répondre à des appels d’offre lancés par des entrepreneurs, ou réaliser des petites missions que des grandes entreprises délèguent. Au sein de cette junior entreprise, des consultants sont chargés d’élaborer, pour chaque mission qui arrive, une proposition commerciale, détaillant une méthode et des livrables, ainsi qu’une proposition de budget et de planning. Marketing, finance, affaires publiques, communication… Quelle que soit la voie professionnelle qui vous tente, vous y trouverez de quoi vous exercer, pour une mission qui dure en moyenne un à deux mois. Vous serez payé à la journée de travail, dont le nombre pour chaque mission est déterminé à l’avance. La rémunération est souvent avantageuse, mais nécessite des disponibilités assez flexibles pendant la semaine, et un investissement personnel important. Le recrutement se fait sur CV et mail de motivation. Vous pouvez consulter les offres sur la page Facebook de Junior Consulting. A vos ordinateurs !

Missions pour les bilingues, et pour les étudiants de l’Ecole de la communication

Pour ceux qui ont des petits atouts !

Pour les petits chanceux qui disposent de qualités particulières, Sciences Po a besoin de vos talents ! Vous avez un accent anglais à en faire pâlir d’envie vos camarades ? Un de vos parents est anglophone, ou vous avez bénéficié d’une expérience à l’étranger qui vous a permis d’acquérir un niveau d’anglais impeccable ? L’administration de votre école recherche votre profil ! En effet, les différents départements de l’IEP recrutent pour des missions ponctuelles, ou sur le long terme, des traducteurs. Certaines missions proposées peuvent être plus importantes, demandant des compétences autres que linguistiques, et représenter cinq heures de travail par semaine. Il peut s’agir de développement d’un site Internet, de la valorisation de travaux de recherche, ou encore d’aider à l’organisation d’événements. Notez que ces missions peuvent aussi exister pour des étudiants parlant d’autres langues. Pour plus d’informations, consultez régulièrement les offres d’emploi sur votre espace vacataire.

Les apprentis communicants de l’EDC ayant la plume facile ont également leurs privilèges. Ainsi, l’EDC, qui regroupe les masters Marketing & Etudes et Communication, offre à ses seuls étudiants la possibilité de travailler pour la visibilité de leur master, en rejoignant l’équipe de La Redac’. La Rédac ‘, ce sont quelques étudiants recrutés soigneusement au sein des deux masters,  et renouvelés à chaque semestre. Leur mission ? Rendre attractif le site Internet de l’EDC. Ils sont rémunérés en échange de contenu à caractère éditorial ou illustratif publié sur la plate-forme de manière hebdomadaire. Une seule consigne : écrire sur ce qui se rapporte, de près ou de loin, à l’Ecole de la Communication – portraits de professeurs, compte-rendu de Masterclass, actualité de la communication…

Pour jeter un œil au site, c’est par ici : http://www.sciencespo.fr/edc/

Vous le voyez : il y en a pour tous les gouts, et tous les profils. Alors, si votre portefeuille s’allège, et que vous êtes lassés de manger des pâtes la dernière semaine du mois, ne désespérez pas : vous avez toutes les cartes en main pour trouver le petit boulot idéal, entre les quatre murs de Sciences Po. Ce boulot qui occupera vos terribles heures de trous, pour ceux qui ont souffert de leurs inscriptions pédagogiques. Celui qui vous permettra de faire de nouvelles rencontres. Celui qui fera appel à une compétence que vous souhaitez mettre en pratique, ou approfondir. Celui qui vous permettra d’avoir une nouvelle expérience à inscrire dans votre CV, sans prendre la peine de vous déplacer de long en large dans Paris.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.