Vie du campus

Le Krit comme si vous y étiez

ChouKrit.jpg Cette année comme les années précédentes, le CRIT se place comme l’événement incontournable du printemps. A tel point incontournable qu’il déchaine les passions lors de la vente des places et suscite l’intérêt de tous avant et après sa tenue. C’est pourquoi tout le week-end vous pourrez consulter notre article à flux tendu « Le Krit comme si vous y étiez » et vous tenir informé, en temps réel, des résultats sportifs de la délégation parisienne et des coups d’éclats de ses vaillants supporters.

Alors ce week end, pour vibrer en jaune et noir, c’est sur LaPéniche qu’il faut surfer.

  • Vendredi.

00h30. Ambiance déjà brûlante à moins d’une heure du départ : danse et musique au milieu de la rue de Grenelle. Et tous ne sont même pas encore saouls…

00h45. La police est appelée pour calmer la foule et l’identité des membres du staff est contrôlée.

01h30. Les bus sont affrétés ; le trajet vers Strasbourg commence. L’AS distribue à chacun le Pack Krit : le missel (recueil des chansons), un polo et 2,5 litres de bières.

07h00. Rencontre prématurée avec les Lillois sur une aire d’autoroute. L’échange de chants de supporters est à l’avantage de Paris pour cette première confrontation.

11h00. Mis à l’écart des autre supporters, directement sous la pluie, pendant la cérémonie d’ouverture au stade d’Athlétisme de Hautepierre, les supporters parisiens quittent le stade en avance. Le terrain de basket, où se déroule les matchs suivants, est quant à lui difficilement trouvé ; il semble clairement y avoir un problème au niveau des indications sur les horaires et les lieux. Quant à l’alcool, il est interdit sur les installations sportives, ce qui oblige chaque délégation à s’organiser par elle-même. Les supporters accusent l’organisation dans son ensemble ainsi que les vigiles de mettre une mauvaise ambiance en contrôlant chaque débordement, même bon enfant.

Côté Sports, l’équipe féminine de Volley Ball remporte son premier match de poule contre Bordeaux 2-0. L’équipe féminine de Rugby écrase Bordeaux (4-0) et Lille (7-0). Les résultats des compétitions de Cross sont aussi tombés : par équipe, Paris remporte la première place. Côté fille, neuvième place ; côtés garçons, troisième place.

16h00. Après un premier match perdu face à Bordeaux (6-1), l’équipe féminine de Football remporte son second match contre Toulouse (1-0).

16h15. L’équipe féminine de Basket gagne contre Rennes.

16h45. L’ambiance semble être définitivement revenue dans ce Krit, après un démarrage plutôt difficile côté organisation. L’équipe parisienne de Volley écrase déjà Lyon un set à zéro. Les supporters parisiens font voler leurs drapeaux et portent haut leurs couleurs.

17h50. Les basketteurs masculins commencent bien en s’imposant 39-25 face à Grenoble, tout comme les Footballeurs masculins qui battent Rennes 2-0

18h00. Premier match de l’équipe de rugby masculine de Sciences Po face à l’équipe de Strasbourg ; toujours 0-0 et un membre de l’équipe blessé.

20h00. Volleyeurs gagnent 2-0 face à Lyon, pendant que les basketteurs s’imposent face à Rennes (51-22). Les rugbymen font finalement match nul contre Strasbourg (3-3) et gagnent face à Rennes qui déclare forfait. Le repas se déroule au restaurent universitaire de l’Esplanade. Quelques supporters lancent une bataille de nourriture et certains seront virés.

23h00. Soirée Pompom au Dome de Mutzig. Des problèmes d’organisations font penser que l’équipe de Pompoms parisiennes est forcée de déclarer forfait, malgré un show réussi, à cause de l’absence du jury lors de leur représentation. Elles pourront finalement être intégrées à la compétition, comme il se doit.

  • Samedi

11h00. Réveil difficile pour certains supporters, mais pas pour l’équipe féminine de Basket qui remporte le premier match de la journée (15-7). L’équipe masculine de Rugby, quant à elle, perd son match face à Bordeaux.

12h30. L’équipe de Handball féminin gagne contre Rennes tandis que l’équipe de Basket féminin gagne contre Toulouse. La demi-finale de Rugby féminin, à laquelle participe l’équipe de Paris, commence dans quelques minutes.

13h40. Grosse ambiance maintenant pendant le match de Rugby : les Ultras ont accroché au poteau le « Richie », un énorme drapeau à l’effigie du directeur de Sciences Po.

14h00. L’ambiance se détériore. Les supporters parisiens préfèrent se retirer.

15h20. L’ambiance est beaucoup plus sympa au match de Volley ; les couleurs se mélangent un peu.

16h25. Alerte incendie dans le Gymnase pendant le match de Handball de l’équipe de Paris, mais évacuation facile et excellente ambiance à la sortie.

17h00. Léo Bochet sur le toit avec le Richie, énorme « Richiiiiiie Waqbaaaaa!! » Grand moment pour les supporters parisiens. Les habitants à côté s’énervent, cependant, rien à signaler pour le moment. Très rapidement après l’évènement, après l’évacuation, tout reprend, les Pompoms et les supporters sont à fond.

21h51. Après un repas au Restaurant Universitaire, toutes les délégations chantent sous les yeux ébahis des Strasbourgeois en se rendant à la soirée bar avec des fumigènes. Paris domine pour l’ambiance. Les Parisiens arrivent à monter sur une grande statue sans qu’aucune autre délégation ne le fasse. Plusieurs drapeaux de Province sont en flamme. La fanfare joue la Bulgarie.

  • Dimanche

11h30. Paris gagne au Volley féminin, en demi finale, malgré des tentatives de tricherie de la part de Strasbourg. A la fin du match, juste avant la finale, les supporters descendent sur le terrain pour exploser de joie.

13h10. Paris gagne largement 25-8 face à Aix en Provence en finale de Volley ball féminin.

13h30. L’équipe d’athlétisme de Paris se classe deuxième derrière Bordeaux.

13h40. L’équipe féminine de Rugby gagne la finale, tout comme l’équipe de Volley et celle de Handball féminin.

15h00. L’équipe masculine de Paris domine sur le terrain de foot face à Lyon qui n’offre pas grande résistance. Résultat : 3-0 pour Paris.

16h45. Incursion lilloise parmi les supporters parisiens pendant le match de Handball, vite repoussée par les Parisiens.

17h00. Paris gagne la finale de Handball féminin.

18h15. Match interrompu par les Lillois qui, après avoir montré leurs fesses depuis les gradins du gymnase, ont envahi le terrain.

19h30. Les résultats sont serrés entre Grenoble et Paris quant au vainqueur du Crit. Paris gagne en Tennis mais perd en finale de Handball masculin, contre Grenoble. Il manque les résultats de la danse pour donner un pronostic.

21h30. Les supporters et les sportifs se rendent à Mulhouse où se déroule la dernière soirée du Crit. Les supporters parisiens, surtout les Fils d’Arcueil, se montrent très motivés.

00h00. Enorme soirée, environ 3000 personnes dans la salle selon nos informateurs. Il semble que le Crit se termine sur une très bonne note. On attends toujours les résultats définitifs.

00h12. Le prix de l’ambiance revient cette année à … Paris ! Les Pompoms sont troisième ex-aequo avec Toulouse, tandis que Rennes gagne le prix du fair-play et la cuillère en bois. Mais malheureusement, Paris ne se classe que 2ème au classement général, derrière Grenoble.

  • Lundi

11h00. Le Crit est terminé mais il reste un dernier coup d’éclat à faire pour les supporters. En arrivant à Sciences Po à presque 11h00, ceux-ci se sont rendus dans l’amphithéâtre Boutmy pour chanter leur victoire, devant un Hubert Védrine impassible et rigide, tandis que d’autres étaient restés en Péniche pour terminer le weekend dans la bonne ambiance.

Merci à Adrien Bouillot, Hélène Albugues et Thomas Öhlund pour les informations depuis le Crit.

48 Comments

  • Charles Henri Sainte Croix du Loir-qui-suce

    Attendez, c’est quoi déjà la formule habituelle dans ce cas ?
    On s’en branle.
    Voila c’est ça: on a eu le prix, pas vous, et ce que vous en pensez: on s’en branle.
    À l’année prochaine 🙂

  • Jean Eudes de la Tourblanche

    Non mais serieux vous faites vraiment pitié à vous masturber sur un prix de l’ambiance usurpée….pourquoi personne ne dit ce qu’il c’est passé pendant les négociations d’attribution des prix…A oui les parisiens se sont fait sucer et caresser la prostate par les Strasbourgeois…Nicolas Rey en tête. Alors on a perdu (nous lillois) c’est un fait. On l’admet sans problème. As t on perdu à la loyal ? Pas du tout. Voila tout. L’année prochaine je vous garanti que rue saint guillaume ca sera vos champs cataloniques. Rey va finir comme Alaric, avec une grosse pique dans le cul ( c’est du second degré).

    PS : entre nous soit dit, les fils d’arcueil sont des gros suces boules : » Oh les lillois, vous nous vendez tellement du reve ! Vous êtes géniaux ! Trop cool ! Vous êtes les meilleurs ! Cette année vous etes plus calme que l’année dernière mais ohhhhh la BIM est géniale ! BIMEZ MOI oh OUI ! Regardez les coupains j’ai un autocollant BIM sur la gueule… » Qui suce ? Qui avale ? Vous ! Qui s’est enculé ? Nous… La vengeance est un plat qui se mange froid….à Lille on aime les surgelés.

    A l’année prochaine

    NB : pardon aux pomputes sur laquelle on a apposée la main rouge lilloise…devant 30 fils d’arcueil…

  • parisien

    @ Dédé :
    Il y a 30 vidéos qui trainent sur fb et qui attestent que nous avons mis de la voix à la finale de foot.
    Simplement, et je me répète, nos handballeuses disputaient également une finale au mêrme moment – or à 3-0 à la mi-temps, la finale foot était pliée. Voilà pourquoi la délégation est partie, et non pas pour se mettre à l’abri de la pluie. Mec, on vit à Paris, et la pluie…

  • Un lillois fier de l'être

    Réponse au fils:
    – Encore une fois, vous êtes sérieux quand vous demandez un prix pour avoir rangé les mocassins et les Burberry? Je tiens juste à préciser que cet argument (en plus d’être d’un superbe ridicule), vous donne l’air de sales snobs prétentieux. Toutes les provinces espèrent maintenant que c’est juste une image que vous voulez donner et qu’elle ne réflète pas la réalité.
    – Désolé pour notre amphi, j’espère que tu seras heureux d’apprendre qu’il est prévu que nous déménageions dans qq temps.
    – D’après ta définition, la moitié des lillois (même cette année)sont des ultras.
    – T’es chômeur, tu fumes, tu bois. T’es un supporter lillois! (pour le plasir)
    – Pour le reste, relis la conversation, tu tournes en rond! Mais je reste à votre écoute parisiens!

  • dédé

    Relancer la motivation des troupes ? Personne n’a vu vos ultras lors de la finale de foot. Celle où vous participiez vous savez ? Celle où vos supporters se sont retirés, harcelés par les innombrables armées du général Pluie, obligeant les Lyonnais et les Lillois à donner de la voix à votre place ? Ca vous dit rien ? J’imagine que ça a pas dû dire grand chose aux BDS quand ils ont voté non plus. Dur de fêter la performance lyonnaise alors que personne ne célébrait votre propre victoire.

  • Un Fils

    Rétablissons la vérité:
    Pour ce qui est de l’affaire du bus, nous n’avions qu’une envie c’était de sortir et de montrer dès la première seconde à Lille la motivation de la délégation parisienne et de ses Ultras.
    Pour revenir sur les Ultras, désolé cher Lillois que notre unique but ne soit pas de se mettre nu et d’être couverts de bières et autres liquides en permanence. Un Ultra, c’est avant tout quelqu’un qui est la pour relancer la motivation des troupes quand celle ci flanche, pour éviter les débordements lors de vols de drapeaux ou autres et pour mettre en avant sa délégation par des actions spécifiques (l’immense drapeau Richie déroulé depuis le toit du stade ça vous ne l’avez pas vu, forcément vous deviez être trop saouls dans un coin à ce moment).
    Pour revenir sur le prix de l’ambiance, c’est en effet une progression qui est aussi récompensée. Et pour avoir connu les tranchées de Lyon l’année dernière, Lille était bien moins impressionnante cette année et je pense que tout le monde peut accorder à la délégation parisienne qu’elle s’est surpassée comme jamais. Comme tu disais, jusque il y a deux ans, c’était en mode mocassins et burberry au Crit… Ca personne ne le niera (mais déjà l’année dernière, ce n’était plus le cas et lors de l’attribution du prix de l’ambiance, Paris avait été évoqué comme ayant fait d’énormes efforts).
    Mais tout ça a changé et ça tout le monde s’accorde à le dire. Chers amis Lillois, rappelez vous d’un de nos ultras qui avait fait une intervention dans un de vos amphis (enfin si on peut appeler ça comme ça): « Lille cette année au Crit vous n’êtes rien. Même pas le prix de l’ambiance ». Peut être que vous auriez du l’écouter…

  • Helene

    On est pas sortis du bus car les chauffeurs ne voulaient pas. Ne t’inquiète pas, nous dans le bus, on en crevait d’envie.
    Par ailleurs je plussoie Agathe et Adrien dans leurs réponses à la cascade de critiques sur la non-objectivité de cet article : nous étions des rapporteurs issus de la DELEGATION PARISIENNE, donc COMMENT voulez-vous que l’on puisse aussi commenter à fond tout ce que faisaient les Lillois, Rennais, etc ? C’est logique que cet article soit consacré à Paris ! On était chez les Parisiens, on commentait donc ce à quoi on avait accès. Point barre.

  • Un lillois fier de l'être

    Insulter qqun est souvent la première preuve que l’on manque de sang froid. Manquerais tu de sang froid? (stp ne me réponds pas crétin, je serai terriblement blessé)!
    Et j’aimerais savoir pourquoi alors, quand nous étions devant un ou deux bus, les supporters des autres cars ne sont pas sortis? On vous effrait tant que ça ?
    Si je n’ai pas compris ton propos peut être est-ce qu’il fallait me l’expliquer plus clairement (n’étant qu’un…crétin.)
    En tout cas il me semble que sur le terrain désigne dans le langage courant les joueurs participant à un match.
    N.B. nous étions un peu plus que trois à rire =D

  • Un lillois fier de l'être

    Complément d’information: malgré que le cross ait été annulé nous nous devons de corriger les erreurs (oserais-je dire les mensonges!!) Le soi-disant troisième du cross masculin, (votre capitaine de l’équipe d’athlétisme si je ne me trompe: Vincent! ) n’est que cinquième. Déception…
    P.S.: C’est un grenoblois qui complète le podium.

  • parisien

    Et puis t’as pas compris mon propos : le prix de l’ambiance se joue sur les terrains — il fallait comprendre qu’il récompense la ferveur des supporters lors d’une rencontre sportive, pas celui qui monte sur un bus pour faire marrer ces trois potes, même si, pour l’avoir testé, ça peut être marrant.

  • Un lillois fier de l'être

    Ce qui entre nous était totalement insconscient car particulièrement dangereux (pas sauter à la rigueur ça le regarde mais plaquer qqun sur le toit).
    Excuse moi pour les matchs contre Grenoble j’ai plutôt l’impression que ce sont les Lillois qui ont mis de l’ambiance, nous sommes allés chez les Grenoblois, nous sommes allés à plusieurs reprises sur le parquet et nous vous avons provoqué alors que nous étions à un match qui ne nous concernait nullement.
    J’ai du mal à comprendre aussi pourquoi le prix de l’ambiance doit récompenser les personnes sur le terrain, n’y a-t-il pas un prix sportif pour ça (celui où vous avez fait deuxième, tu vois duquel je parle?)Surtout qu’entre nous vos sportifs sont pas forcément des marrants…
    Si tu veux que le prix de l’ambiance récompense la progression et que l’on t’as déçu cette année ne tkt pas on se fera une joie de redevenir comme à Lyon, juste histoire de vous la fermer.
    Et si vous voulez qu’on vous félicite parceque vous avez trouvé des pots de peinture et rangé vos mocassins alors Bravo à vous tous parisiens! (aucune ironie dans mon propos)
    Maintenant je vais recommencer à citer pour que l’on ne m’accuse pas de modifier ce que tu dis « tout le monde sait bien qu’ils ne remporteront jamais aucun crit.. « , on a juste envie de vous répondre que si pour gagner on a besoin de se comporter pour vous alors nous sommes fiers de finir 8ème (et même gagner la cuillère en bois)! Je cite ce que j’ai entendu, venant directement de Parisiens : « j’ai pas bu une seule bière », « ça respecte même pas ses couleurs », « je m’étais pas assez échauffé de toute façon » (après une troisième place), « j’ai à peine bu trois bières » <= la dernière citation c’était le samedi!
    Et ton raisonnement comporte une jolie petite faute de logique, si vos chauffeurs (par peur de débordements dus à notre présence) ont refusé d’ouvrir alors on vous a effectivement empêché de sortir… Ils avaient peut être raison d’ailleurs (les chauffeurs!)
    A bon entendeur.

  • parisien

    Ce qu’il faut bien expliquer à tous ceux qui hurle au hold-up c’est le mécanisme suivant :
    – Le prix de l’ambiance récompense les meilleurs supporters = i.e. c’est sur le terrains qu’il se joue, pas ailleurs.
    – Paris était engagé dans toutes les compétitions et ses équipes ont passé les 1ères phases dans 7 disciplines = ceci a conduit à un éparpillement des supporters et d’où l’impression que vous avez eu de ne nous voir que par paquet de 50. L’une des rares fois où toute la délégation a été réunie c’est comme le dit le Grenoblois, lors de la double finale de hand et nous y avons mis la voix.
    – Par ailleurs, le prix de l’ambiance se gagne également par la progression des délégations au cours des ans, or je tiens à rappeler à tous nos puceaux du krit qu’il y a 4 ans la délégation parisienne venait en jean et mocassins – l’évolution est simplement bluffante.

    C’est une espèce de tradition qui veut que Lille gagne le prix de l’ambiance tous les ans, simplement parce que tout le monde sait bien qu’ils ne remporteront jamais aucun crit.. Or cette année les Lillois n’étaient pas là, et c’est un ancien qui parle. Et pour répondre au Lillois vous ne nous avez pas empêchés de sortir pendant un 1/4 d’heure, c’est le chauffeur qui n’a pas voulu ouvrir le bus par peur d’un débordement, ce qui est bien dommage, parce qu’on était près, vois donc le supporter qui a sauté d’un bus à l’autre pour plaquer votre ultra à poil.

  • Agathe Mouquet

    Je suis désolée de m’être sérieusement énervée hier mais, venir se plaindre que l’article soit trop pro-parisien sur un site parisien… Ce n’était finalement pas si étonnant, non ? Comme A. Bouillot l’indique très bien, les informations venaient de supporters. Le but de l’article, était de partager le point de vue parisien, le ressenti de la délégation parisienne, aux Parisiens n’ayant pu venir au Krit. De cette volonté découle bien sûr un article orienté selon les informations envoyés par les supporters parisiens. Cependant, si j’avais su pour les pompom notamment, je l’aurais indiqué. Naturellement. Quant aux résultats vérifiables en live sur Internet, il faudra que tu m’expliques Zlati où tu les as trouvés !

  • Un lillois fier de l'être

    Joli site de propagande…

    « 16h45. Incursion lilloise parmi les supporters parisiens pendant le match de Handball, vite repoussée par les Parisiens. »
    J’aurais plutôt dit par les vigiles, la plupart des parisiens étant trop amorphes pour bouger!

    « la délégation parisienne s’est encore démarquée de la vile chienlit en réquisitionnant la moule lilloise et en la ramenant dans leur camp samedi soir ! »
    C’est vrai, 2minutes! En plus vous l’avez mérité! Deux lilloises posées sur la moule face à une dizaine de parisiens! Félicitations!! Cependant, dommage que la partie où les parisiens (qui avaient volé la moule) se font écraser par nos rugbymen ne figure pas.

    « L’équipe parisienne de Volley écrase déjà Lyon un set à zéro. »
    Pourquoi on ne trouve pas une phrase du genre « l’équipe parisienne de Volley est méchamment écrasée par Strasbourg »

    « les Ultras ont accroché au poteau le « Richie » »
    Vous avez des Ultras? Une crête et de l’alccol ne font pas un ultra…

    « Match interrompu par les Lillois qui, après avoir montré leurs fesses depuis les gradins du gymnase, ont envahi le terrain. »
    Merci pour nous!! =D

    « Paris domine pour l’ambiance. Les Parisiens arrivent à monter sur une grande statue sans qu’aucune autre délégation ne le fasse. »
    Bon celle là j’y reviens parceque franchement c’est le plus superbe exemple que, soit c’est un site de propagande soit le rédacteur de l’article n’était pas là (où le drapeau de Paris enflammé au sommet de la statue lui a brulé la rétine). Il y a des dizaines de photos montrant le contraire, renseignez vous parisiens, ne croyez pas tout ce que l’on vous dit!!

    « Les résultats des compétitions de Cross sont aussi tombés : par équipe, Paris remporte la première place…côtés garçons, troisième place. »
    Le cross a été annulé à cause des tricheries. Et merci aux lillois qui ont participé et… gagné!

    PS: si qqun à la réponse à : comment une délégation qui se fait bloquer dans son bus par 200 lillois pendant 15 minutes et ce dès le premier jour du Krit peut gagner le prix de l’ambiance, je suis très intéressé!

  • zlati

    @ Agathe Mouquet : je ne suis nullement frustré, d’ailleurs je ne suis nullement lillois mais lyonnais (ami de Bastien R., soit dit en passant). Je faisais juste remarquer les erreurs à corriger, puisqu’internet vous le permet à chaque instant. Je regrette aussi que cet article soit vraiment trop orienté pro-parisien, certes vous êtes des supporters mais là ça frise la propagande.

  • LePoulet

    Cet article me fait bien rire. Paris a attendu le dernier soir pour se réveiller et vraiment mettre l’ambiance : ce fut lors de la double finale de hand contre Grenoble. Ok, là vous étiez au dessus au niveau de l’ambiance. Mais une soirée sur 3 jours, c’est rien. Alors sans aucune rancoeur injustifiée contre la capitale, je soutiens les lillois dans cette affaire qui selon moi méritaient bien mieux le titre. Je garde une image de Paris lors de ce crit : celle de 15 pompoms se jetant sauvagement sur une toulousaine pour la frapper au sol jusqu’à la faire pleurer, elle qui venait simplement piquer un ponpon pour déconner.
    Alors un dernier mot : Belle esprit. Bravo Paris.

  • Basketteur grenoblois

    On l’a mis à Paris en demi, et cette victoire n’est pas contestable.
    Le fameux « mercenaire » est bien à l’IEP, tous les justificatifs ont été fourni pour les 10 joueurs de l’équipe, aucun souci de ce côté là.
    En ce qui concerne les « erreurs d’arbitrage », elles sont toujours des deux côtés dans un match de basket, pour les touches, les fautes,… Pour le joueur disqualifié à 2 min de la fin (et non pas toute l’équipe comme l’autre boulet l’a écrit), l’arbitre n’a pas du apprécier de se faire hurler dessus et demander s’il avait fait un « camp d’arbitrage ».
    Voilà on a gagné de 2 points dans un match de malade qui était la finale avant l’heure, et je remercie les joueurs parisiens de leur fairplay (notamment le 6 qui vient nous féliciter dans les vestiaires).

    Je rappelle qu’il y a deux ans, c’est nous qui perdions d’un petit point en finale. Donc à l’année prochaine.

  • A.Bouillot

    Je ne suis pas journaliste. Je n’étais pas au Krit pour en faire un compte rendu objectif mais pour supporter l’équipe parisienne. Le but de cet article est de partager les impressions de supporter, celles-ci ne sont ni objectives ni exactes, et vous pouvez bien imaginer -puisqu’on était bien malgré tout au même krit- que l’esprit était plutot à s’amuser qu’à rechercher l’information précise. Alors désolé si vous pensez que ce que j’ai envoyé était faux, mais c’est ce que j’ai ressenti sur le coup donc je l’ai partagé – et ça n’est en aucun cas à quelqu’un restée à Paris d’en assumer les erreurs.

  • Agathe Mouquet

    Je m’excuse, mais les autres commentaires m’ont un peu énervé, je dois dire. x) Quant à la signification de toctoc, oui peut-être, mais elle n’est absolument pas évidente pour moi – j’aurais plutôt du le dire ainsi !

  • Alkizey-grenoble

    Hé faut pas le prendre comme ça grande, on va finir par croire que vous êtes vraiment aigris d’avoir perdu… Je trouvais juste ça « amusant » !

    Quoique, tu aurais quand même pu deviner que le type qui faisait remarquer que vous aviez pris deux piles à la suite en demi finale de basket contre les jaune et bleu était peut être grenoblois… Et au passage, son pseudonyme a une signification, je t’assure.

  • Agathe Mouquet

    Alkizey-Grenobe : Comment veux-tu que je sache de quel I.E.P. vient un pseudonyme sans aucune signification ? Qu’il porte mieux ses couleurs et je ne ferais pas d’erreurs de ce type.

  • Alkizey-grenoble

    Amusant de voir une parisienne demander à toctoc « d’assumer sa défaite », alors que bon… c’est le capitaine de notre équipe de basket masculin, quoi !

  • Agathe Mouquet

    A Zlati : On se débrouille avec les moyens que l’on peut. Quand j’ai reçu l’information, l’équipe de Paris était en train de gagner 3-0, et je n’ai pas ensuite été informée du changement de résultat. Malheureusement. C’est une faute, certes, que tu viens de mettre en valeur, mais c’est aussi au rôle de l’organisation du Krit de donner des résultats, non ?

    A Zlati, Ty : Pareil, au moment du SMS, la délégation parisienne était la seule montée sur la statue. C’est joli de copier les Parisiens et ensuite de venir pleurer en disant « vous êtes nuls vous ne parlez que de Paris ». Prenez un peu des initiatives pour la prochaine fois, peut-être qu’alors Lille récupèrera le prix de l’ambiance, qu’elle a PERDU cette année.

    Dédé : Je te l’accorde, à un bus contre tous les Parisiens, ce sont les Parisiens qui l’emportent – encore que je n’avais pas eu le nombre exact de Lillois présents à ce moment.

    Toc-toc, La Frite, Astérix : Plutôt que de déverser bêtement votre venin et vous ridiculiser, essayer plutôt d’assumer votre défaite et de vous préparer pour l’année prochaine. Et si vous n’êtes pas d’accord avec cet article, montez votre propre site et relayez vos informations. Nous parlons aux étudiants de Sciences Po, pas au frustrés d’autres I.E.P.

    Dernière chose ; si Grenoble gagne au classement final, c’est que leurs sportifs étaient meilleurs. Simplement. Nous sommes deuxième au classement général et nous l’acceptons. Ça fait partie de la compétition sportive ; on ne peut pas être les gagnants tous les ans.

    Lille devrait assumer pour de bon sa défaite au prix de l’ambiance contre Paris et relever le challenge pour l’année prochaine, plutôt que de continuer de se ridiculiser en geignant comme des gamins et s’abaisser à des insultes grossières et irraisonnées.

  • dédé

    « 07h00. Rencontre prématurée avec les Lillois sur une aire d’autoroute. L’échange de chants de supporters est à l’avantage de Paris pour cette première confrontation. »

    Lol. Forces en présence : la délégation parisienne au complet vs. un seul car lillois retardataire. Go écrire pour la Pravda.

  • parisien

    @ asterix : comment l’expliquer?
    Oh bin vos mercenaires par exemple?
    Ou peut-être les erreurs d’arbitrage?
    Ou peut-être la composition des poules en volley masculin?
    Ou peut-être l’exclusion de l’équipe masculine de basket sur une faute discutable?

    T’inquiète pas, l’année prochaine pas de triche ni de problème d’organisation et que le meilleur gagne

  • la frite

    Il est à noter qu’en plus d’avoir humilié la province en ravissant le prix de l’ambiance pour la première fois depuis 1986, la délégation parisienne s’est encore démarquée de la vile chienlit en réquisitionnant la moule lilloise et en la ramenant dans leur camp samedi soir !
    Même si par soucis d’hygiène, les fils d’arcueil et autres vaillant parisiens ont tenté de l’incendier, son humidité et ses MST ont eu raison de nos briquets…

  • asterix

    A lire ce compte rendu on a vraiment l’impression que Paris a tout écrasé ! Comment expliquer la défaite face à un petit iep de province ?

  • ty

    « 21h51 (…) Paris domine pour l’ambiance. Les Parisiens arrivent à monter sur une grande statue sans qu’aucune autre délégation ne le fasse (…) » Dire les choses d’une certaine façon pour des raisons plus ou moins patriotes et pour redorer l’image de son établissement, c’est une chose. Mentir effrontément c’en est une autre, qui plus est assez abjecte. Vous n’avez pas fini de nous décevoir.

  • toctoc

    il est bizarre que la période du samedi entre 17h et 21h51 soit omise. Un rapport avec le fait qu’elle ait été synonyme de double-défaite au basket en demi-finale, dont la plus retentissante, au basket masculin?!

  • zlati

    Paris n’a pas gagné 3-0 mais 4-1 contre Lyon en foot masculin. A noter que malgré le prix de l’ambiance, la bonne centaine de parisiens présents à cette finale n’a absolument jamais chanté en seconde période et ce sont la trentaine de supporters lyonnais et lillois qui ont répondu présents.

    « Paris domine pour l’ambiance. Les Parisiens arrivent à monter sur une grande statue sans qu’aucune autre délégation ne le fasse. »
    ==> Absolument faux. Oui, Paris a fait monter plusieurs supporters et banderoles sur la statue de la place Kléber, mais les Lillois ont carrément fait monter leur mascotte/moule dessus. Des membres des délégations rennaise et lyonnaise sont également montés…

  • Agathe Mouquet

    Camille & F : Je ferais juste remarquer que nous nous adressons à Sciences Po – donc Sciences Po Paris et les campus délocalisés. Si vous ne voulez pas d’un article évoquant le Crit pour les Parisiens, faites vous-même votre article. Quant aux critiques concernant le prix de l’ambiance, si la délégation parisienne ne l’avait pas mérité, elle ne l’aurait pas eue. Hors, ce prix a été décerné à Paris. Donc, Paris méritait le prix de l’ambiance. Plutôt que pleurer, il faudrait mieux réfléchir à comment faire mieux la prochaine fois ! 🙂

    Milano : Si tu critiques les fautes, parle français, je ne sais d’où « truk » sort.

  • Pragmatique

    Réfléchis deux secondes « F », LaPéniche est le média des étudiants de Sciences Po (i.e. Paris) elle relaie logiquement un point de vue parisien, quoi qu’apparemment la commission Crit’ ait reconnu la motivation de cette délégation !

  • F

    vous êtes sur que vous étiez au même crit que nous?
    Parce que là, c’est bien exagéré. Rédigé comme ça, on a l’impression de n’avoir vu que Paris… c’est tellement réaliste.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.