Le savoir se (sciences) – politise

SONY DSC                     Dans le tumulte de la rentrée, il me semblait important de parler également des partis, qui représentent une large part des associations en quête de reconnaissance. Lorsque j’ai commencé à parler de ce projet autour de moi, Baptiste Bloch m’a conseillé de parler des partis de Sciences Po à travers leur projet commun : l’Université Alternative.

Qu’est ce que l’Université Alternative ? C’est un collectif de babacools gauchistes qui se retrouve dans une cave, une fois toute les deux semaines pour monter leur complot extrêmiste visant à mettre le fantôme de Che Guevara au pouvoir. C’est également, la création d’un espace d’information et de discussion créé l’an passé à l’initiative d’un collectif d’associations, (ATTAC, NPA, Parti de Gauche, Sciences Papiers, Pavés, Jeunes Verts et Sud Etudiant).

Réunis à l’entrée de leur cave (également appelée Amphithéâtre Jean Moulin, qui se situe Rue de l’Université), les organisateurs de l’UA ont pris de leur temps pour m’expliquer le fonctionnement de ce projet. Baptiste commence: “L’idée est de donner une autre vision du monde que celle enseignée à Sciences Po par des cours-débats. Ils ne prennent pas la forme de cours académiques: un intervenant extérieur fait un exposé d’une heure, qui est suivi d’une heure de débat ”. Il ajoute que l’objectif est de “lutter contre la pensée unique et les discours convenus”.

Mona Claro, militante à ATTAC explique le choix des intervenants “on veut toujours des universitaires – pas de politiques, que des spécialistes – on peut faire parler deux intervenants quand les projets s’y prètent, mais on préfère en privilégier un seul afin qu’il ait le temps de s’exprimer”.

A la question “comment articulez-vous les activités propres à vos associations respectives et l’UA”, les réponses fusent. Tout d’abord, Baptiste m’explique qu’il ne font pas de candidature commune car chacune des association apporte une valeur ajoutée. “C’est important de rester attachés à notre identité propre mais on pense que c’est important de travailler en collectif, de montrer qu’on peut mener des projets ensembles”. Matthias Tavel, du parti de gauche enchaîne: “ En soi, le Parti de Gauche veut l’unité, nous apprécions donc ce partenariat. On se retrouve facilement dans des thèmes comme la laïcité”. Il insiste sur la complémentarité des différente associations et ajoute que cela permet d’avoir “une action régulière et soutenue ».

Samuel André-Bercovici, du syndicat Sud conclue notre entrevue “on ne croit pas à l’objectivité de la connaissance, le savoir doit être engagé« .

Renseignements: L’Université Alternative se retrouve un Mardi sur deux de 19h15 à 21h15 dans l’amphithéâtre Jean Moulin, rue de l’université. universite.alternative@gmail.com

Laisser un commentaire