Vie du campus

2009 sera l’année des amphis dédoublés

20081004-_MG_6896.jpgC’est le temps des bonnes résolutions : la direction a choisi de dédoubler les amphithéâtres des premières années, dès la rentrée prochaine !

L’idée a fait son chemin. Proposée par l’UNEF lors d’une assemblée générale au mois de novembre, elle est désormais inscrite au budget prévisionnel de 2009.

Cri de victoire pour le syndicat : « L’UNEF Sciences Po ne peut que se féliciter de l’adoption par la Direction de ce dédoublement des amphithéâtres, qui représente à la fois une solution tangible aux problèmes de place dans l’IEP, et une amélioration concrète des conditions d’études au sein de notre établissement », écrit un responsable de la section dans un communiqué.

Pour ce dernier, la décision découle de « plusieurs semaines de mobilisation et plus de 500 signatures de pétition ; la direction de Sciences Po a su entendre la revendication de l’UNEF et des étudiants ».

Concrètement, la mesure se traduira par l’étalement des cours sur deux plages horaires, ce qui permettra de doubler le nombre de places disponibles en amphi. Ce qui ne devrait pas empêcher toutefois la retransmission de cours en ligne.

Photo : Antoine Genel

23 Comments

  • Maxence

    Ah bon, faudra que tu me le montres. Je vois « plus de professeurs », pas « amphis dédoublés ». A moins que, toi qui n’étais pas à la réunion budgétaire, tu en saches plus que moi…

  • Gabriel

    Dédoubler les amphis de 1ère année en anglais et en français. Elle est bien bonne celle-là. Et quel intérêt à court terme, sinon celui d’accaparer des amphis?

    Sinon, je trouve aussi que l’UNEF a tendance à considérer lapeniche.net comme sa seconde maison. Il suffit de voir le ton glorificateur des articles pour s’en rendre compte.

    On va vous pardonner, les élections approchent, il faut bien se faire voir partout et annoncer des mesures dont l’application future reste douteuse (c’est marqué où, le dédoublement des amphis?).

  • Lucas

    Mon cher Maxence,

    D’où tiens-tu que le dédoublement va faire fuir les « professeurs d’envergure internationale »? Alors même que ce que vous nous proposez, à savoir à la fois un cours en Anglais et un cours en Français, semble bel et bien se baser sur ce fameux dédoublement des amphis.

    Les cours en anglais sont une bonne chose, et comme tu le notes à juste titre les français le savent. Mais les cours où on peut avoir une place en amphis sont encore une meilleure chose! Il convient de remettre les problèmes dans l’ordre.

    La proposition de dédoublement des amphis faite par l’UNEF n’a pas pour optique de faire d’un coup de Sciences Po un établissement si rayonnant qu’il va attirer tous les meilleurs enseignants de Harvard et de Yale. Ici nous essayons de faire en sorte que Sciences Po ne subisse plus cette honte que sont les cours en amphis de première année surchargés.

    Partant de là, entre ceux qui tentent de régler un problème et ont eu l’accord de la Direction dans leur proposition, et ceux qui tentent d’accroitre le rayonnement international de Sciences Po et ont eu l’accord de Mr Wasmer, qui sont ceux qui s’emballent?

  • Maxence

    C’est magnifique. Tellement que les professeurs ne sont même pas au courant que leur cours est dédoublé. L’UNEF s’emporte : rien n’est encore décidé. Ne pas s’emballer, surtout en élections syndicales.

    LE JOUR OU LES COURS D’ECONOMIE SERONT DEDOUBLES, PLUS AUCUN PROFESSEUR D’ENVERGURE INTERNATIONALE NE VOUDRA L’ENSEIGNER !

    La solution n’est pas de faire deux fois la même chose, ni d’avoir deux enseignants différents. L’UNI refuse la multiplication des professeurs en amphi. Au contraire :

    L’UNI PROPOSE QUE WASMER ENSEIGNE EN FRANCAIS PUIS EN ANGLAIS LE COURS D’ECONOMIE DE PREMIERE ANNEE.

    L’UNI a d’ors et déjà obtenu l’accord de Wasmer. Les étudiants qui veulent des cours en français auront l’amphi + le e-learning. De même pour la version anglaise.

    Ce serait un message fort envers les universités étrangères : à Sciences Po, on fait des vrais cours en anglais. Et les français le savent : les cours d’anglais ne valent rien. Ce qui compte, ce sont les cours EN anglais.

    See you soon !

    Max.

  • Lucas

    à Moi: le e-Learning comprend les eCours. La difficulté vient du fait que c’est un outil principalement professionel, du coup on parle de e-Formation pour qualifier le e-Learning. Mais comme dans le monde de l’enseignement supérieur la structure d’apprentissage est plus complexe, il faut en effet (surtout à Sciences Po) différencier eCours et eConférences, les deux étant présents dans ce que l’on appel e-Learning.
    Dire que l’on est pour le e-Learning mais contre les e-Conférences revient donc à dire que nous sommes pour les e-Cours, du moins à partir du moment où ils sont un complément et non un substitut, ce qui n’a pas toujours été évident ^^

    Je conçois que ce n’est pas très clair, mais pour autant je pense que tout le monde avait compris de quoi nous parlions 😉

  • Grincheux vs Grincheux

    Il était une fois des grincheux qui accusaient d’autres grincheux, qui ne s’en cachaient pas, d’être des grincheux,alors même que ces derniers grincheux apportaient une solution à un problème qu’ils avaient critiqués, tous bon grincheux qu’ils étaient…

  • Arnaud (UNEF)

    « Nous à l’UNEF… »ne rejetons pas le concours.
    « Alors oui on considère » qu’il contient dans sa forme actuelle trop de biais sociaux, mais plutôt que de le supprimer, nous essayons simplement de trouver un moyen de diminuer voire d’effacer les biais sociaux présents dans la sélection à l’entrée de Sciences Po, que cela passe par une modification du concours ou non.
    Je rappelle juste que « réforme des modalités d’entrée » et « suppression de la sélection », ça n’est pas exactement la même chose, malgré certains raccourcis à ma droite.

    Ensuite, pour rappeler la position de l’UNEF SciencesPo sur le plan pédagogique, c’est « oui au e-Learning, oui aux amphis, non aux e-conférences ! »
    Nous ne pensons pas que le e-Learning soit une « régression pédagogique ». En effet, il est par définition un complément aux cours traditionnels, et un complément peut difficilement représenter une « régression »… (Ou alors il faut m’expliquer pourquoi.)
    Nous nous opposons par ailleurs aux e-cours, e-conférences, et à toute forme de dématérialisation de l’enseignement, ce qui représente pour le coup une régression conséquente que nous condamnons depuis longtemps.

    Si nous sommes si présents, sur lapéniche, en péniche ou partout où nous pouvons l’être, c’est pour informer au maximum les étudiants, ce que nous considérons comme la première mission d’un syndicat ou d’un élu étudiant. Notre but premier n’est pas de vous faire chier, nous pensons simplement qu’avant de défendre ses droits, il faut les connaître : si nous sommes très présents, c’est parce que nous pensons que cela est notre rôle.
    Si vous nous voyez beaucoup, surtout en cette période électorale, c‘est justement pour que nous vous donnions notre avis sur toutes sortes de sujets.

    Alors s’il vous plaît, venez nous voir et lisez nos tracts !

  • cnitste

    et bien eve, tu m’apprend une chose au sujet de la position de l’unef sur la sélection ! ce n’est pas ce que tes « camarades » défendent aux gauchistes en face.

    dire la vérité, c’est pas mal des fois !

    ensuite le e-learning je crois représente les cours de conf sur ordi, si c’est bien ca, alors je ne comprend pas la position de l’unef d’appuyer cette régression pédagogique (sans compter l’aspect idéologique d’un tel nom, quand l’unef se prononce contre la transformation de scpo en « business school », elle devrait aussi dénoncer l’emploi d’anglicisme de plus en plus courant à pipo)

    bref, je vois déjà la réponse du ‘nous à l’unef…. alors oui on considère….non nous ne…. » youpi super, l’unef vit, l’unef vivra et à mort les autres syndicats 😉

  • Moi

    eLearning ? Qu’est ce que le eLearning vient faire ici ? Vous savez de quoi vous parlez ? Pas sûr…

    Vous voulez parler des eCours ? Ok, mais ce n’est pas du eLearning ! Rien à voir ! Je précise juste, ça peut vous aider si vous devez faire des revendications à faire, on pourrait ne pas vous comprendre…

    Différencier eCours et eLearning, ce n’est pas de la sémantique, ce sont 2 choses vraiment différentes.

  • UNEF

    Dans un premier temps, il faut remarquer que nous ne trustons pas les commentaires sur lapéniche.net. Oui nous y sommes présents, car c’est un vecteur de communication vers les étudiants. Ensuite, si des commentateurs sont d’accord avec nous, ils ne sont pas forcément de l’UNEF. C’est simplement la preuve que nos idées sont partagées en dehors du cadre de l’UNEF.
    Deuxièmement, l’UNEF propose et est pour le progrès: pour plus de boursiers, pour plus d’exonérations de frais d’inscription, pour l’augmentation de l’aide sociale, pour le e-learning en plus des amphis, pour de nouvelles méthodes pédagogiques, pour l’accès à la deuxième langue, pour la systématisation des rattrapages, pour la prise en charge par ScPo des tests de langue incontournables de deuxième année (TOEFL, IELTS), pour le système des tandems, pour plus de tutorats, pour des chartes pédagogiques qui harmonisent le contenu pédagogique entre les différentes conférences et les modalités d’évaluation, pour un vrai centre d’orientation dans le cursus de ScPo, pour un rôle central de la recherche à ScPo…

    L’UNEF s’engage, l’UNEF propose

  • Eve

    Si on est presents sur ce site c’est justement pour rectifier les accusations mensongeres et les raccourcis dans ce genre.
    L’UNEF n’est pas contre le concours ni contre la selection, elle souhaite juste le rendre moins discriminant socialement.
    Le fait qu’on soit « contre » les autres syndicats: logique, sinon on les rejoindrait et il n’y aurait pas d’unef? Et puis ils sont autant « contre » nous que nous « contre »eux non?
    En outre sur le e-learning je t’invite a t’informer sur notre position et a lire les commentaires ci dessus: l’unef dit oui au e-learning, oui aux amphis! l’e-learning est un outil formidable en complement des amphis, pas en remplacement.

  • Jeanlouuuuuuuuuuuuuuuuuuuu

    Je commence à en avoir un peu marre que les commentaires de lapeniche.net soient trustés par l’UNEF qui, je le rappelle, sont contre le concours, contre la sélection, contre les droits d’inscriptions, pour que sciences po devienne une fac, contre le elearning (à quelques détails près mais en fait, si), contre scpo 2013, contre les autres syndicats de gauche (SUD…Cé…), contre les corpos (ND, IZFV), et contre la droite (UNI). Au jour où il reproche à sarkozy son omniprésence, ils le sont. Ca n’arrête pas, jamais ! SVP, calmez vous. Franchement, c’est bien là un petit coup de gueule partagé par de très très nombreuses personnes !

  • Lucas

    Bien sur que si ça le concerne! Si l’année dernière il était en fac, ça veut dire qu’il est rentré en procédure bac+1 et qu’il est maintenant en première année (les bac+1 reprennent le cursus de Sciences Po à la base). Je ne sais pas si edouart est en première année, en tout cas c’est tout à fait plausible.
    En tout cas ça serait bien de se renseigner avant de dire quelque chose…surtout que tous les étudiants de Sciences Po sont concernés par ce qui se passe dans notre établissement.

  • edouart

    C’est génial !

    Je suis en première année mais j’ai passé un an à la fac l’année dernière.

    Quand il n’y a pas de place dans mon ancienne place, ben ils utilisaient les même procédés…L’année dernière j’étais pas boursier et je travaillait beaucoup (10H par semaine) et avec le double horaire je pouvais suivre tous mes cours et c’est aussi grace à ca que j’ai pu rentrer à Sciences Po.

  • UNEF

    Le elearning est un très bon outil: il apporte un véritable complément aux cours et permet de reprendre des points spécifiques. Pour autant le elearning n’est certainement pas un substitut aux cours en amphithéâtre. Les cours en amphithéâtre représentent une méthode d’enseignement particulier, où l’interaction a sa place. Beaucoup d’étudiants ont ainsi plus de facilités à suivre un cours en amphithéâtre qu’un cours en elearning.

    Partant de là il est important que tous les étudiants aient accès à une place en amphi. Libre à chacun ensuite d’être assidu en cours, l’assiduité a d’ailleurs tendance à devenir plus importante ces dernières années. Même si les amphis peuvent se vider en fin de semestre, quelle image pensez-vous que Sciences Po donne lorsque, en début d’année, les étudiants doivent se battre pour avoir une place?

    Le dédoublement des amphi est solution simple à ce problème de place. C’est une solution viable qui existe déjà dans les universités où les problèmes de place sont parfois plus criants encore, et où les budgets, comme vous le savez certainement, ne sont pas extensibles. Alors oui ça va demander une rallonge du budget, mais à notre sens une telle rallonge n’est pas trop chère payée pour disposer de conditions d’études décentes. En terme de coûts, il est préférable d’utiliser les amphis de façon optimale plutôt que de partir vers d’onéreux achats dans le VIIème à notre sens.

    Ensuite si les 1ère années sont les premiers concernés par la réforme, c’est tout simplement parce que ce sont les premiers touchés par les problèmes de place. Il y a rarement 800 étudiants pour un cours d’amphi de Master ; c’est le cas en 1ère année. Bien entendu libre à la Direction d’étendre cette mesure aux Master par la suite…

  • Benoit M

    N’empeche, je suis très content du elearning. Je regarde mes cours depuis chez moi, quand je veux, bien installé, je peux faire pause… accélerer.

    Etait il vraiment pertinent de doubler ces cours ? pas sur. Et pquoi qu’en première année alors ? on est plus nombreux encore en Master !

  • myrima

    Bof bof… les gens viendront tous à l’horaire qui leur convient le mieux, et donc sur l’horaire le plus favorable, il y aura toujours pleins de monde…

    Ensuite, cette mesure coute très cher à Sciences Po puisqu’il s’agit de payer les profs deux fois plus chers.

    Et certains profs n’auront pas envie de faire deux fois leurs cours, car en manque de temps ou d’envie.

    Ensuite, est ce que les profs feront vraiment deux fois le meme cours ? Duhamel improvise.

    Et ca ne sera utile que 4 semaines dans l’année, car le premier mois, les amphis sont pleins, jamais les mois suivants.

    Terminons par conclure que ca ne concernera qu’au maximum 4 cours à Sciences Po : les magistraux des premieres années de début d’année (ensuite, les cours seront juste faits une fois puisqu’il y aura moins de monde).

    Ca n’est donc pas la révolution !
    Calmos, calmos…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.