Où aller ce week-end pour me la péter en cours d’humanité ?

Tu cherches à épater Victorienne, la jolie bourgeoise aux airs cochons (mais pas trop) de ton cours de « Surréalisme et impressionnisme : diapason d’un siècle de conflit » mais tu n’a toujours pas fini « Martine fait de la peinture » ? Tu veux rentrer dans Oulipipo et vivre des expériences transcendantales en expressionisme global mais tu as peur d’échouer à l’entretien ?

Image : www.timeout.com
Image : www.timeout.com

Une seule adresse : La Maison Rouge et son exposition « Théâtre du Monde ». C’est un musée non loin du charmant Quai de la Râpée, dans lequel masturbation et intellectualisme s’associent à merveille. L’exposition qui s’y tient en ce moment remplit les belles pages de Télérama (ta revue de chevet, cela va sans dire) avec un concept : aucun titre d’œuvre et aucune limite entre les époques. En gros, vous vous retrouvez nez à nez avec un masque datant du 9ème Millénaire av. JC mis à coté d’une peinture de Basquiat ou d’une statue de Giacometti.
Forcément au début on se dit que ça va être du grand n’importe quoi, une collection d’un type qui n’avait pas assez de contemporain pour faire une expo, ni assez de vases égyptiens et qui s’est dit « Qu’à ne cela tienne, je vais tout mélanger et je passerais dans D’Art D’Art ». Mais au final, avec l’absence d’étiquette en dessous des œuvres, on ne sait plus différencier les époques et l’on se surprend même à regarder une pierre pleine de cristaux en se disant qu’ « Il est vachement doué le mec, on dirait une vraie ! » alors que oui, c’est une vraie. En plus des associations extrêmement réussies, l’expo présente des petits bijoux d’inventivité avec une cascade où les gouttes forment des mots ou bien des graffitis invisibles qu’on ne voit qu’avec une chandelle.
Bref, si vous ne comprenez pas ceux qui passent leur samedi au département d’antiquité du Louvre à contempler des vases, si vous trouvez que l’art contemporain, c’est « quelque chose que je pourrais faire chez moi » ou si vous n’avez jamais compris comment on pouvait avoir pour métier galeriste, alors prenez la ligne 5 direction le 10 Boulevard Bastille et emmenez Victorienne, ils ont mis des cadavres amputés de leur sexe et une carcasse de cheval juste pour elle.

Laisser un commentaire