Vie du campus

Save The Cheerleader, Save The World

Vous avez connu Lost et l’angoisse de l’île déserte, 24 et le beau Jack Bauer, Desperate Housewives et la vie si compliquée de ces belles quadragénaires. Vous êtes complètement accro à ces séries, ou vous n’avez que faire de ces occupations socialement dangereuses. Mais personne ne sera épargné par la dernière folie made in Hollywood, j’ai nommé Heroes. Petit tour d’horizon, à l’heure où la première saison se termine sur les chaînes outre-atlantique.

L’homme a apprivoisé la terre, en est devenu l’espèce dominante, a connu des évolutions génétiques au cours des âges. Allons-nous rester comme cela? Probablement pas, l’évolution génétique du genre humain n’en est pas à son point final, d’autres étapes nous attendent. Et le prochain pallier, c’est l’acquisition de nouvelles capacités physiques et mentales. Qui n’a jamais rêvé de voler, de pouvoir se régénérer ou de devenir invisible ? telle est la théorie de Shandra Suresh, généticien Indien déconsidéré par un milieu scientifique qui n’accorde que peu de crédit à ses thèses fantaisistes.
Mais dans plusieurs endroits du monde, dans la solitude de leurs existences, des hommes et des femmes se découvrent des capacités nouvelles. Dans son petit box d’employé de bureau tokyoïte, Hiro Nakamura arrête son horloge pendant une seconde. Dans le Texas, la jeune Claire Bennett tombe d’un édifice de 20 mètres sans se blesser (à vrai dire, elle se brise les côtes et l’épaule, mais se remet tout ça en place avec une facilité déconcertante) Voilà pour le bref résumé de la série. Vous allez me dire, encore une série pseudo science-fiction sans scénario viable. Il n’en est rien.

Heroes brille par son intrigue et par l’astucieux mélange des genres qu’il propose. Si nous avons des personnages on ne peut plus communs (en vrac, infirmier, employé de bureau, pom-pom girl, politicien ou danseuse à Las Vegas) se découvrant des aptitudes extraordinaires, la série ne se transforme pas en version moderne des 4 Fantastiques. Pas de slip au dessus des collants, mais au contraire des peurs, des appréhensions, des doutes, des réflexions très profondes sur ces dons. Les personnages apprennent à maîtriser leurs pouvoirs, à vivre avec, voire à le cacher du reste du monde.

La trame principale, racontée par une voix off hypnotique, illustre le projet de scénaristes. Les personnages se posent des questions hautement existentielles, leurs pouvoirs n’est qu’un prisme dans leurs réflexions : qu’est-ce que l’homme moderne ? Quel est mon rôle sur Terre ? Dois-je croire au destin ? Pourquoi suis-je si « spécial » ? la série approche les frontières de l’épistémologie. Mais l’intrigue n’est pas en reste. Les personnages ne font pas que philosopher sur leurs petites particularités. Première chose très importante, ils ne se connaissent pas. Mondialiste, la série invente des hommes et des femmes spéciaux dispatchés dans le monde entier : Tokyo, New York, Haïti, Texas, autant dire qu’on voit du pays.

Dans l’affaire, Mohinder Suresh, décide de reprendre les travaux de son défunt père Shandra pour identifier les porteurs du génome évolué. L’un d’eux, un petit horloger sans le sou, deviendra par la suite un redoutable adversaire pour les autres personnages. Je ne vais pas vous raconter la suite de la série, mais d’ores et déjà plusieurs intrigues se mêlent et tiennent le spectateur en haleine : Mohinder va-t-il trouver ces gens ? l’horloger (dont le nom restera ici secret) sera-t-il arrêté à temps ? Ah oui, dernier détail, et pas des moindres, un des « Heroes » rêve qu’il explose…Et détruit New-York.

Lundi 21 mai 2007, la chaîne américaine NBC diffuse le dernier épisode de la première saison. Pour les petits malins internautes, c’est la fin d’une attente insoutenable. Tapez Heroes sur n’importe quel moteur de recherche, vous verrez le nombre faramineux de fans à travers le monde, et les théories les plus loufoques sont énoncées sur la suite de l’aventure. Pour la France, il faudra attendre septembre, date annoncée par TF1. Faites attention, cette série est une véritable bombe. Elle détrône les barons du petit écran aux Etats-Unis, et elle est bien partie pour faire de même en Europe. Dès maintenant, je vous pose la question : are you on the list ?

10 Comments

  • Jordan

    Personnelement j’ai acheté le coffret de la saison 1 ( j’ai horreur d’attendre d’une semaine a l’autre ) et j’ai tout de suite adoré, c’est une série très entrainante et pleine d’action, de suspens …
    J’avoue que sur certains points c’est quelques peut stéréotypés, sauver le monde …
    Mais en régle générale je conseille a tout le monde de se lancer, j’ai été tellement pris dedans que j’ai regardé l’intégral en 2 jours ! Maintenant je ne sais pas ce que je vait regarder ce sori ! Haaaaaaaaaa !

  • don vito

    PAUL je vien de lire ton speech sur le rapport entre la série et les states et j’ai vraiment envie de te baffer ta gueule! retourne regarder hélène et les garçons!
    trou du cul!!!!

  • Demosthene

    Je crois que cette série est le résultat de la plus importante conjugaison de stéréotypes américains de l’histoire des productions TV. Si bien que je m’interroge : est-ce du second degré ? Tous ces gens qui semblent être en permanence maquillés, refaits, surfaits, sans beauté, sans asperité aucune, sans caractère autre que celui qui sied à la case qu’on leur a allouée : méchant – gentil – chearleader – geek japonais – intello indien – noir – blanc – politicien ambitieux. Et puis le rythme est assez … chiant, osons le mot. Certains personnages sont en effet totalement mal construits et donc peu crédibles (la fille qui a plusieurs personnalités en particulier, peut-être parce qu’elle joue mal remarquez).

    Finalement je pense que le slogan c’est plutôt "save the USA, save the world" tellement cette série est une campagne de pub pour le pays de l’oncle sam version néocons. Heureusement pour nous l’Amérique c’est autre chose que celle que l’on veut bien nous montrer dans "Heroes".

  • Charles

    Pek ton article est GÉ-NI-AL
    J’espère que dans la saison 2 sera aussi bonne que la première!(notamment le dernier épisode qui clôture le tout en beauté)
    J’ajouterai qu’il ne faut pas se fier au premier épisode d’Heroes qui est relativement moyen mais nécessaire néanmoins. La suite est d’un tout autre acabi!
    Une déception la fin de Heroes coïncide jour pour jour avec la fin de 24….qu’attendre désormais mardi matin??

  • Pek

    Oui, celui de te coller deux baffes.

    Bref, le dernier episode est un BIJOU ABSOLU. la première saison se finit en apothéose totale, c’est magnifique, du grand art.

Répondre à 3issam Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.