Vie du campus

Interview : Florent Chauvin, 4A, coordinateur du Festival Rideau Rouge

Après la Semaine des Arts où les étudiants de Sciences Po ont étonné par leurs talents de photographes ou leurs vocalises, le festival de théâtre Rideau Rouge nous apporte une nouvelle preuve que définitivement, un étudiant, ça ne fait pas qu’étudier (mais bien sûr je ne vous apprends rien…ou sinon, il y a matière à s’inquiéter. Bref).

Pour la 6ème année consécutive, une scène parisienne – cette année le ‘Passage vers les étoiles’ dans le 11ème arrondissement – ouvre ses portes à des compagnies universitaires amateur venant de la capitale mais pas seulement. Ainsi de vendredi 11 jusqu’à dimanche 13, se succèderont sur les planches des troupes venant d’HEC, de l’ESSEC, de Paris VI-Paris VII, de la Sorbonne, une compagnie interuniversitaire mais aussi une compagnie de Metz, en guest star.

A mesure de 2 représentations par soirée, la programmation de cette année n’aura pas eu à choisir entre la diversité et la qualité puisqu’à côté de pièces classiques comme Les Jeunes Amours de Pagnol ou le Calderon de Pasolini se joueront des créations originales ou peu connues : c’est le cas notamment d’Un Strapontin pour la Lune de Patrick Mons qui n’a été montée qu’une fois jusqu’ici. Eclectique, le programme reflète d’autant la volonté d’ouverture et d’authenticité du festival, et plus généralement du théâtre étudiant dont l’absence d’enjeu professionnalisant – en dégageant de toute contrainte financière – enrichit sans conteste la sincérité du jeu.

Pour autant, tapant les trois coups de la saga des récompenses à venir – avec les Molières le 14 mai et le festival de Cannes – les comédiens seront jugés avec un sérieux égal à celui accordé à leurs homologues pro par un jury composé de personnalités de la sphère culturelle, tremplins potentiels, comme Jacques Nerson, chroniqueur dans le Masque et la Plume sur France Inter ou encore Colette Nucci, directrice du théâtre 13 qui promeut les jeunes troupes. 3 prix seront décernés : la meilleure troupe, le prix d’interprétation féminine et le prix d’interprétation masculine. Et en bonus un prix du public.

Les formalités informatives passées, pourquoi il FAUT aller au festival rideau rouge ? D’abord, et tout simplement, parce que l’ambiance y sera. Vraiment. Tout a été mis en œuvre pour : du théâtre d’accord, mais avec des musiciens, de la danse, des mimes aussi (les goûts et les couleurs…), des sièges confortables, l’ambiance feutrée d’un vrai théâtre et…des cocktails (ou comment les goûts et les couleurs se retrouvent subitement) pour occuper agréablement vos entractes. Convivial du début jusqu’à la fin donc. Ensuite, parce que c’est quand même plus riche en relationnel, en fait plus valorisant d’y passer la soirée que d’aller voir Spiderman. Au moins les cascades sont en direct live. Plus vivant donc.

Enfin parce que c’est pas cher : 5 euros la représentation/ 8 euros le pass soirée (ou 7/10 euros pour les plus de 26 ans). Rapport qualité/prix incomparable pour les consommateurs avertis que nous sommes en matière de distraction. En clair, plus économique pour du mieux. Fin de l’argumentaire.

Alors n’hésitez plus ! En péniche toute la semaine, le staff du BDA n’attend que vous avec surprises à la clé ces derniers jours : sans gâcher le suspense…guettez les chapeaux !

Le site : www.rideau-rouge.com

One Comment

Répondre à MC Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.