Vie du campus

Confoscope Saison 2: Si j’avais su, lui, je l’aurais pris (ou pas)

Les examens touchent à leur fin pour la plupart d’entre nous. Avant les vacances, stages, jobs et autres départs en troisième année, pensez à remplir à nouveau le Confoscope!
C’est le moment de quitter celui qui donne une synthèse du cours magistral à faire chaque semaines, celle qui rend si clair le système bancaire, celui qui ne donne pas de travail et celle qui note comme si on passait l’agrégation. Oui, mais avant, faites le savoir aux prochains, qui devront faire le bon choix.
Quelques minutes suffisent pour évaluer vos professeurs et rendre les prochaines inscriptions pédagogiques, grands moments de panique générale et de pifomètre pas toujours heureux, plus faciles pour les autres!
Le Confoscope, ça sert à ça.

Petit manuel d’utilisation du Confoscope, en trois points:

  • On peut, et on doit, consulter le Confoscope. Parce qu’un ami croisé dans un couloir ou sur un forum qui vous dit « Surtout, ne prend pas M. Dugomier, il est nul », c’est bien aimable de sa part, mais ça ne nous dit ni si le cours est intéressant, ni s’il y a beaucoup de travail, ni s’il est sympa, ni si c’est facile de valider, ni si son cours est utile pour l’examen final, ni s’il pue du bec. Tout ça, le Confoscope le fait pour nous. Sont d’ores et déjà référencés de très nombreux professeurs et cours, évalués depuis sa mise en ligne au semestre dernier.

  • On peut, et on doit, remplir le Confoscope. Parce qu’à Sciences Po on est sympa et on pense aux autres, aux prochains, ceux qui vont passer les pires minutes de leur vie devant leur ordinateur à chaque début de semestre, et ce pendant des années, pendant les inscriptions pédagogiques. Tout ça pour quoi? Pour se rendre compte, au bout d’un, deux ou plusieurs cours que le professeur a des méthodes qui ne leur correspondent pas, que le cours n’est pas ce que l’intitulé sous-entendait, et autres quiproquo qui penvent être désastreux, nous sommes bien placés pour le savoir. Alors on est sympa, et on remplit le Confoscope.

  • On peut, et on doit, faire confiance au Confoscope. Parce qu’il est fait par les étudiants, pour les étudiants. Le Confoscope vous veut donc du bien, ainsi qu’aux enseignants. Le but est d’informer, de la manière la plus précise possible. Le Confoscope fournit une évaluation globale, des notes sur le contenu du cours, la facilité à obtenir les crédits, la sympathie et l’ouverture de l’enseignant (le tout de A+ à F) et un espace pour les commentaires supplémentaires. Le Confoscope veut que chaque pot trouve son couvercle, et donne le maximum d’informations pour que ce soit possible.

Rappel: la possession d’une adresse électronique @sciences-po.org est un privilège mais aussi la condition nécessaire et suffisante pour remplir le Confoscope. Il suffit de s’inscrire, sauf si c’est déjà fait sur le Trombi.

6 Comments

  • jean

    je pense que ca dépent des matières, mais ca peut être utile de diviser l’année en semestre.
    Par exemple, un prof d’éco bon en micro ne le sera peut être pas autant en macro …

  • C.

    J’ai rempli toutes mes fiches prof sur le confoscope, et je tiens à féliciter la péniche pour cette initiative qui est plus qu’indispensable !

    Par contre, si je supporte "idée" dans sa suggestion de regrouper les matières par année, je me demandais aussi s’il était possible de ne pas séparer les fiches de profs en plusieurs semestres ? A la limite par année, mais par semestre, c’est pas forcément utile si ? Je trouve que les choses ne sont pas très claires, parce que tout est séparé du coup, dont les commentaires, et qu’un prof ne change pas fondamentalement d’un semestre à l’autre (même d’une année à l’autre).

    Bon voilà, c’était mes 2 cents, mais sinon je félicite l’équipe pour tout le reste (l’idée et la mise en place) !

  • Idée: (non pas le syndicat)

    Serait-ce possible de classer les cours par année? Il commence à y en avoir énormément et c’est assez difficile de s’y retrouver.

Répondre à jean Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.