Vie du campus

Comment est la vie à Jouy ? Zoom sur le double master Sciences Po-HEC

ScPo_HEC.JPG

Cela fait maintenant 6 mois que nos chers amis sciences-pistes sont partis loin, très loin, à Jouy. Et maintenant, ce sont les 3A qui viennent d’envoyer CVs et lettres de motivation, pour ce double diplôme qui fait rêver. Si l’on connaît la maquette pédagogique et les objectifs de ce double master, qu’en est-il de ses réalités ? Voici les impressions de quelques étudiants issus de la première promotion.

Les élèves sont globalement très satisfaits du double diplôme et n’ont aucun regret d’avoir fait ce choix. Si le manque d’organisation a pu être pointé au début, certains reconnaissent toutefois que c’est « normal, pour une première année ». En effet, la formation est très complémentaire, permettant un véritable enrichissement intellectuel et académique.

  • Les cours

Des cours très intéressants pédagogiquement, et il y en a pour tous les goûts : relations internationales, finances publiques, marketing, RH, comptabilité, langues. Il y a aussi des cours type « Sciences Po », tel War and Peace, très « culture gé », mais dont la durée (4h) est plutôt lourde. Les professeurs sont des praticiens, ont donc de l’expérience, et sont passionnés par leur matière, rendant les cours très agréables à suivre. Proche des méthodes du master Finance et Stratégie, il y a beaucoup de travaux en groupe, sur des case studies, abandonnant le principe des exposés, rendant les matières plus concrètes encore.

Finalement, les étudiants n’ont pas eu de grosses surprises en ce qui concerne le programme. D’aucuns pensaient qu’il y aurait beaucoup plus de travail, mais « la charge de travail est honnête sans être insurmontable », sauf peut-être pour ceux qui ont de grosses difficultés en maths et qui doivent par conséquent travailler beaucoup plus les statistiques et la finance.

  • L’année de césure

L’année de césure offre de multiples possibilités pour les étudiants, qui en plus du Forum des entreprises de Sciences Po ont pu bénéficier de celui d’HEC. Obligatoire pour les étudiants du double master, elle est un choix pour une bonne partie des étudiants du master Finance et Stratégie et pour les deux classes du master Affaires Publiques en Alternance : c’est un véritable plus pour les CVs et pour mieux bâtir son projet professionnel.

  • La vie à HEC

Le campus est très grand, avec beaucoup d’étudiants, mais aussi beaucoup d’associations, créant un véritable esprit de corps, même si c’est aussi un monde clos, isolé loin de Paris. Il est conseillé de prendre une chambre sur le campus, sinon les transports sont très pénibles. La vie étudiante est très festive. Enormément d’étudiants s’investissent dans les associations qui ont de gros budgets et organisent beaucoup de soirées, dont la participation est très élevée. L’esprit « entrepreneur » est très présent, notamment avec des compétitions entre listes bien plus animées qu’à Sciences Po. Ainsi, « pour un an, ça vaut le coup, ne serait-ce que pour voir enfin un vrai esprit d’école ». Outre l’aspect isolé du campus, un autre point faible est évoqué : l’ambiance est surtout dans les bâtiments des 1A et 2A, alors que les Sciences Po sont dans un bâtiment moins vivant, avec les internationaux et admis directs.

  • Et les HEC ?

Dans la promo du double diplôme, ceux qui viennent d’HEC sont décrits comme « brillants, plus ouverts que les autres ». Il y a une bonne ambiance au sein du double diplôme. Quant à l’intégration avec les autres HEC, « l’accueil a été mitigé, mais on a fait notre trou ». Les mentalités sont différentes, une bonne partie des Sciences Po n’ont pas le profil « école de commerce », s’investissant moins dans les associations, allant rarement aux soirées, voire paraissant coincés face aux HEC qui après deux ans de prépa sont très « cools » et beaucoup plus festifs. Il est toutefois très important d’être dans une association pour rencontrer des gens.

  • Sciences-Po leur manque-t-ils ?

Finalement, ce sont d’abord les amis qui manquent. Pour certains, c’est Sciences Po en tant que lieu de débat central, et ses nombreuses conférences satisfaisant la curiosité des avides de connaissance et de culture générale. Sciences Po ne leur manque pas vraiment, car ils vont y retourner en septembre 2010, même s’ils ne seront pas diplômés en même temps que les autres…

  • A qui conseiller le Double Diplôme ?

Les étudiants interrogés conseillent vivement ce double diplôme à tous ceux pour qui ce choix est pertinent et cohérent avec leur projet professionnel. Il « permet à toux ceux attirés autant par le public que le privé de mûrir leur choix », notamment avec l’année de stage dans les deux secteurs. Toutefois, pour tous ceux qui veulent passer les concours administratifs, il est plutôt conseillé de les préparer à Sciences Po.

Un grand merci à tous ceux qui ont répondu.

10 Comments

  • Peter

    C’est pratique, un article comme ca, alors que le dépot des candidatures était il y a 11 jours. Ca me rappelle, au tout dernier jour de ma prépa d’été, après 6 semaines de labeur, ils avaient fait venir un élève de scpo pour nous présenter l’école, comment ca fonctionne, « nous donner envie », sans doute..

  • levraichauvet

    Je tiens à préciser que je ne suis pas l’auteur de la première rumeur (qui cela dit, n’est pas tout à fait fausse 😉
    Pour tout vous dire, je souspconnerais plutot le triple diplomé de la chambre D141…

  • levraichauvet

    Je tiens à préciser que je ne suis pas l’auteur de la première rumeur (qui cela dit, n’est pas tout à fait fausse 😉
    Pour tout vous dire, je souspconnerais plutot le triple diplomé de la chambre D141…

  • Gabriel

    En tout cas, au niveau des préjugés ça y va bon train sur le couplet « HEC et Sciences Po, on n’a pas le même maillot, mais on a la même passion. »

  • DD Sc-Po HEC

    Rubrique la vie à HEC :
    Les Sciences-Po sont des AD effectivement. Ils sont traités ainsi car techniquement ils le sont, et ne font que très peu d’efforts pour s’intégrer à l’esprit HEC.

Répondre à j'adaaare mon job Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.