Vie du campus

¡Latinoamérica, ya voy!

Aficionados de dépaysement, de soleil et de convivialité… Envie de découvrir un autre continent pour votre choix de 3A ? L’Amérique Latine, dans son extrême diversité, peut s’avérer une destination idéale…

Sous le ciel gris de Paris, une petite trentaine de personnes sont réunies à Sciences Po en ce mercredi 11 octobre, en présence d’Ana Grigera, Argentine souriante et surtout Chargée de mission au Centre des Amériques de la DAIE…

Au-delà de la présentation générale de la procédure de dossier et de l’utilisation du site internet de la DAIE et de Sciences Po, qu’en est-il de la spécificité de l’Amérique Latine ? Une réalité quelque peu différente… Puissance de la religion oblige, les universités privées religieuses concurrencent fortement les universités publiques et privées laïques, majoritaires cependant. Les universités privées, religieuses ou non, bénéficient ainsi de plus de ressources et proposent en général un accueil plus personnalisé que les publiques, dont l’organisation requiert plus d’autonomie de la part de ses étudiants. Grande diversité donc, à la fois entre les universités, entre les campus qui concentrent de 400 à 3000 étudiants et entre les pays et régions au sein même de ces différents pays…

Un conseil général ? Prendre contact avec les étudiants internationaux en échange à Paris (Amigos de Latinoamérica sont nos amis !), ne pas se focaliser sur les trois destinations les plus demandées (i.e. Argentine, Mexique, Brésil), et ne pas croire que les places (de une à quatre selon les universités) seront en priorité accordées aux personnes de Poitiers (une cinquantaine de personnes, relativisons), la qualité du dossier est primordiale. Où donc aller ? Revue rapide de l’ensemble des partenariats hispanophones de Sciences Po (pour le Brésil, cf. le site et les entretiens avec Ana Grigera)…

En Argentine
• UTDT – Universidad Torcuato Di Tella – Buenos Aires. « Bijou » d’enseignement et de recherche, notamment dans le domaine des relations internationales et de l’économie, cette université de très bon niveau exige de ses étudiants studieux un investissement très fort, qui partagent le quotidien de futurs dirigeants au sein d’une classe relativement aisée…
• Universidad de San Andrés – Buenos Aires. Une des meilleures universités privées, particulièrement dans le negocios, cette université assure un accueil extrêmement personnalisé et un encadrement rassurant.
• UCA – Universidad Católica Argentina – Buenos Aires. Au cœur de Buenos Aires, l’UCA concentre 12 000 étudiants, dans de très beaux locaux et dont la vie associative est très développée. Un large choix de cours (« traditionnels ») est également proposé pour des étudiants plutôt « privilégiés ».
• FLASCO – Facultad Latinoamericana de Ciencias Sociales – Buenos Aires. Faisant partie d’un réseau d’universités spécialisées en Sciences Sociales, l’accès à la FLASCO est relativement difficile car les candidats à ce qui est assurément la meilleure université en ce qui concerne la recherche devront montrer un réel engagement dans ce domaine, pour avoir ainsi accès à des cours de masters et doctorats.

Au Chili
• Pontificia Universidad Católica de Chile – Santiago. Grande université proposant un très large choix de cours (aussi bien art qu’agriculture…), l’université est divisée en deux campus, un petit au centre de Santiago, et un second, très grand et « à l’américaine » en dehors de la ville.
• Universidad de Chile – Santiago. Le partenariat concernant la faculté « gouvernement et affaires publiques », cette très bonne université au centre ville et dans un très beau bâtiment propose plus de mixité sociale et par sa petite taille des rapports « à taille plus humaine ».
• Universidad de Concepción – Concepción. Dans cette ville étudiante au Sud du Chili, le campus de l’université, vert et sur le Pacifique même (avis aux amateurs de grand large) offre la possibilité de prendre des cours en dehors du partenariat de Sciences Po, originellement Sociologie et Anthropologie.
• Universidad Adolfo Ibañez – Santiago. Meilleure université privée dans le domaine du business, elle se divise en trois campus, à Santiago, Mavilla del Mar, jolie ville touristique, et sur les Andes même, dans une sorte d’observatoire remarquable par son originalité et sa modernité.

En Colombie
• Universidad Externado de Colombia – Bogotá. Située dans un très beau quartier de Bogota, cette université se démarque par son niveau d’excellence et par son accueil extrêmement personnalisé (soutien financier tout au long de l’année, accompagnement depuis l’aéroport, hôtel gratuit pendant la recherche d’un logement stable…)
• ICESI – Cali. A 80 km environ de Bogotá, l’université est située dans une ville très agréable, dont les facultés en partenariat sont commerce, finance et sciences sociales, pour lesquels de très bons programmes sont proposée.

Au Costa Rica
• Universidad de Costa Rica – San José. Excellente université sur un campus tropical, un très grand choix d’enseignement est proposé tout comme de nombreuses activités extrascolaires pour les étudiants.

En Equateur
• Universidad Espíritu Santo – Guayaquil. Dans la deuxième plus grande ville d’Equateur, cette université privée propose de très bons cours notamment en tourisme, droit, communication…tout comme la possibilité de faire des stages et de pratiquer l’anglais.

Au Mexique
• Iberoamericana. Nouveau partenariat, l’université se présente sur plusieurs campus, dans Mexico et à Santa Theresa…et propose un grand choix de cours au sein des licencaturias.
• CIDE – Centro de Investigación y Docencia Económica – Ciudad de México. Regroupant 400 étudiants, ce campus très exigeant et sérieux forme les futurs dirigeants mexicains et étrangers…dans une ambiance relativement compétitive mais stimulante.
• Colmex – Colegio de México – Ciudad de México. Au sud de Mexico, Colmex est un peu la « Harvard » du Mexique. Elle propose des rapports très personnels entre professeurs et étudiants, et est un partenaire privilégié de Sciences Po, qui exige donc des candidats de très bons dossiers.
• ITAM – Instituto Tecnológico Autónomo de México – Ciudad de México. Très bien situé, au centre ville de Mexico, l’ITAM à la diversité sociale plus limitée se caractérise par une bibliothèque extrêmement moderne et forme également les futurs acteurs de la scène publique.
• TEC – Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Monterrey Parmi un réseau de 33 universités, trois composent les partenariats de Sciences Po, relativement autonomes. Mexico (au Nord), Monterrey (campus original) et Guadalajara (Sud du Mexique) propose un très large choix de cours, en anglais notamment, et de stages.
• UDLA – Universidad de las Américas – Puebla. A deux heures de Mexico, la région se caractérise par ses atouts culinaires et un choix étendu de cours (notamment les « Multicultural Studies ») porté par une volonté de multidisciplinarité dans une petite ville tranquille.
• UNAM – Universidad Nacional Autónoma de México – Ciudad de México. Plus grande université d’Amérique Latine, l’UNAM regroupe 300 000 étudiants…sur un campus qui se révèle être une véritable cité en soi : commerces, musées, théâtres…et qui rassemble des étudiants autonomes, de toutes origines.

Au Pérou
• Pontificia Universidad Católica del Perú – Lima. La plus grande, la meilleure du Pérou. Et un accord général donc un choix varié de cours au sein des différentes facultés.
• Universidad del Pacífico – Lima. Dans un pays à la culture fascinante, cette université offre de très bons cours de negocio.

En Uruguay
• Universidad ORT – Montevideo. Dans une ambiance très similaire à celle de Buenos Aires (sans les problèmes sociaux et de sécurité), cette université propose une petite structure et des cours de très bonne qualité.

Reste donc le choix à faire. Et un niveau 3 minimum en espagnol, juste avant le départ en séjour d’études. Un dernier conseil ? Sobre todo, mantened viva la esperanza…¡y gozad!

15 Comments

  • nabil

    salut je suis nabil de la tunisie j’ai 27 ans et j’ai une maitrise en science comptable
    et j’aimerais bien suivre mes etudes pur avoit l’expertise comtable ou doctorat en comptabilité
    pour cela je cherche une université privée dans ce domaine et j’aimerais bien que cette université soit en Mexique
    pour cela je vous adresse avec tous mes remerciments de me donner quelques informations pour puisse faire cette inscription et suivre mes etudes en 2008
    Mercie de me rependre
    bonne journée

  • clement

    Et pour le Brésil y a rien ??? !!!!! ça fait quand même la moitié de l’Amérique du Sud et même si on y parle portugais (personne n’est parfait) les brésiliens sont bien sympathique !

  • Bene

    Même si tu n’arrives pas en niveau 4, à partir du moment où tu fais un test prouvant ton très bon niveau en espagnol, c’est bon pour toi.
    Pratique bien l’espagnol en dehors pour ne pas perdre 😉

  • Fatima

    Merci,
    moi et l’anglais ça fait 100000……..
    enfin bref la politique des langues à sciences po me fait un peu peur,
    bon et bien je vais tout faire pour au moins passer au niveau … 2 en anglais,
    je serais patiente, je pratiquerais l’espagnol en dehors…
    j’imagine que l’anglais est aussi déterminant, quel question, c’est une évidence.

  • ClaireM

    De rien. 🙂 En ce qui concerne l’espagnol au second semestre, c’est ton niveau d’anglais qui déterminera l’accès ou non à une seconde langue. Si tu atteins le niveau 4 en anglais au second semestre, tu es autorisée à faire une deuxième langue, espagnol donc si tu le souhaites.
    et puis en première année, rien ne presse…

  • Fatima

    Merci pour ces infos, bon et bien je vais aller au département des langues, je suis en première année, est ce que je peux faire de l’espagnol au second semestre parce que je connaissais pas le principe avant ??
    Je pense que la motivation et la détermination sont bien en moi et votre article ne fait que conforter ma pensée, me reste plus qu’à faire mes preuves, voila,
    encore merci et attention l’amérique latine j’arrive ….

  • Bene

    Je rappelle que pour faire acte de candidature dans une université IL FAUT une lettre de motivation… donc évidemment qu’il faut aussi de la motivation et de la détermination !

  • ClaireM

    En fait tu as juste à demander de passer le test, pas besoin de "motivation et détermination" ouvertement démontrées devant l’administration.
    à partir du moment où l’on possède un niveau trois validé par Sciences Po, l’Amérique Latine est ouverte à tous.

  • Bene

    Va voir directement la personne qui s’occupe des séjours, ou le département des langues, explique leur, montre leur ta motivation et ta détermination. Ensuite, demande de passer un test pour prouver ton niveau, ou trouve n’importe qu’elle autre preuve 😉
    En tous cas, c’est tout à fait possible pour toi si tu as un bon niveau.

  • Fatima

    Hola ! J’aimerais beaucoup aller en Amérique Latine en 3A mais je ne fais pas d’espagnol en cours alors que mon niveau frole le 4, comment je pourrais avoir plus d’infos svp ??
    gracias, hasta pronto !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.